Résultats du quatrième trimestre et de l’exercice 2013

Boulogne-Billancourt, le 26 février 2014 – Vallourec, leader mondial des solutions tubulaires premium, annonce aujourd’hui ses résultats pour le quatrième trimestre et l’ensemble de l’exercice 2013. Les comptes consolidés ont été présentés par le Directoire au Conseil de Surveillance.

Résultats 2013 :

  • Chiffre d’affaires de 5 578 millions d’euros, en hausse de 4,7 % (+9,8 % à taux de change constants)

  • Résultat brut d’exploitation de 920 millions d’euros, en hausse de 16,8 %, avec un taux de marge brute d’exploitation de 16,5 %

  • Solide performance au quatrième trimestre, soutenue par la hausse des ventes de l’activité Pétrole et gaz et par une bonne maîtrise des coûts

  • Résultat net, part du Groupe de 262 millions d’euros, en hausse de 18,6 % par rapport à 2012

  • Dette nette stable à 1 631 millions d’euros à fin 2013 contre 1 614 millions d’euros à fin 2012

  • Dividende proposé[1]de 0,81 ? par action, en hausse de 17,4 %

CHIFFRES CLÉS

Données consolidées T4 T4 2012 Variation 2013 2012 Variation
En millions d’euros 2013 retraité1 T4/T4 retraité1 2013/2012
Production expédiée (milliers de tonnes) 584 535 +9,2 % 2 159 2 092 +3,2 %
Chiffre d’affaires 1 609 1 465 +9,8 % 5 578 5 326 +4,7 %
Résultat brut d’exploitation 259 237 +9,3 % 920 788 +16,8 %
(en % du CA) 16,1 % 16,2 % -0,1 pt 16,5 % 14,8 % +1,7 pt
Résultat d’exploitation 146 143 +2,1 % 534 476 +12,2 %
Résultat net, part du Groupe 85 74 +14,9 % 262 221 +18,6 %
  1. Les données publiées au titre de l’exercice 2012 ont été retraitées de l’impact lié au changement de méthode de comptabilisation des écarts actuariels relatifs aux avantages du personnel postérieurs à l’emploi (norme IAS 19 révisée)

Commentant ces résultats, Philippe Crouzet, Président du Directoire, a déclaré :

« L’année 2013 a été marquée par une amélioration de la performance financière de Vallourec, avec une progression de 4,7 % des ventes du Groupe (+9,8 % à taux de change constants) et un résultat brut d’exploitation en hausse de 16,8 %.

Je suis particulièrement satisfait de la forte progression de nos ventes Pétrole et gaz, qui ont représenté les deux tiers du chiffre d’affaires du Groupe en 2013 et ont contribué à l’accroissement de notre taux de marge brute d’exploitation à 16,5 %, ainsi qu’à l’augmentation de 18,6 % du résultat net par rapport à 2012.

Après plusieurs années d’investissements stratégiques, Vallourec a, au cours de l’année 2013, bénéficié des premiers effets de sa nouvelle organisation industrielle sur sa performance financière et commerciale. Nous avons continué à élargir notre offre de produits et de services, ce qui nous a permis de renforcer notre position concurrentielle et d’accroître nos volumes sur les principaux marchés du Pétrole et gaz. L’augmentation des ventes de produits très premium tels que le VAM® 21 ou le VAM® BOLT et la signature, annoncée aujourd’hui, de deux nouveaux contrats à long terme avec Petrobras pour des services et des accessoires, témoignent de notre capacité à transformer l’innovation et l’investissement en succès commerciaux.

Par ailleurs, l’accent mis sur la gestion rigoureuse des coûts et du besoin en fonds de roulement, ainsi que le contrôle strict des dépenses d’investissement au cours de la période, nous ont permis de stabiliser la dette nette du Groupe.

Je suis convaincu que nos positions fortes dans les régions clés, notre portefeuille clients et produits et une organisation industrielle remodelée nous permettront d’augmenter à nouveau nos ventes Pétrole et gaz en 2014. Nous n’anticipons pas de changement concernant les tendances pour les autres marchés où nous sommes présents.

Vallourec réaffirme son engagement en matière de discipline financière et de retour aux actionnaires et pour y répondre, continuera d’adapter sa base de coûts en Europe, de compenser l’inflation sur les coûts grâce au programme d’économies Capten+, de réduire les dépenses d’investissement et de gérer rigoureusement le besoin en fonds de roulement.

Pour 2014, sur la base des tendances actuelles de marché et de taux de change, et sous réserve d’autres changements les affectant, Vallourec vise un chiffre d’affaires et un résultat brut d’exploitation stables ou en croissance modérée ainsi qu’une génération de cash-flow disponible positif.

I – CHIFFRE D’AFFAIRES PAR MARCHÉ

Au quatrième trimestre 2013, Vallourec a enregistré un chiffre d’affaires de 1 609 millions d’euros, en hausse de 9,8 % par rapport au quatrième 2012 (+15,5 % à taux de change constants). L’effet de change négatif (-5,7 %) lié à la faiblesse du dollar US et du real brésilien par rapport à l’euro, ainsi qu’un niveau de prix inférieur des tubes sur le marché américain du pétrole et du gaz, ont été plus que compensés par l’amélioration des volumes (+9 %) et un effet mix produit positif résultant en particulier de la contribution accrue de l’activité Pétrole et gaz. Le quatrième trimestre a par ailleurs été marqué par d’excellentes performances opérationnelles.

Pour l’ensemble de l’exercice 2013, Vallourec a enregistré un chiffre d’affaires de 5 578 millions d’euros, en progression de 4,7 % par rapport à 2012 (+9,8 % à taux de change constants). La hausse des volumes et l’effet mix positif ont été en partie atténués par un niveau de prix inférieur des tubes OCTG aux Etats-Unis et par l’effet de change négatif lié à l’affaiblissement du real brésilien et du dollar US par rapport à l’euro.

Données consolidées T4 T4 Variation 2013 2012 Variation
En millions d’euros 2013 2012 T4/T4 2013/2012
Pétrole et gaz 1 065 901 +18,2 % 3 669 3 233 +13,5 %
Pétrochimie 91 88 +3,4 % 308 358 -14,0 %
Total Pétrole et gaz, Pétrochimie 1 156 989 +16,9 % 3 977 3 591 +10,7 %
En % du CA total 71,8 % 67,5 % 71,3 % 67,4 %
Energie électrique 188 228 -17,5 % 572 644 -11,2 %
En % du CA total 11,7 % 15,6 % 10,3 % 12,1 %
Mécanique 106 118 -10,2 % 415 494 -16,0 %
Automobile 51 49 +4,1 % 231 231 +0,0 %
Construction & autres 108 81 +33,3 % 383 366 +4,6 %
Total Industrie & autres 265 248 +6,9 % 1 029 1 091 -5,7 %
En % du CA total 16,5 % 16,9 % 18,4 % 20,5 %
Total 1 609 1 465 +9,8 % 5 578 5 326 +4,7 %

Pétrole et gaz

Au quatrième trimestre 2013, le chiffre d’affaires Pétrole et gaz a progressé de 18,2 % par rapport au quatrième trimestre 2012, à 1 065 millions d’euros. Cette amélioration est principalement liée à l’accroissement des volumes et à l’amélioration du mix au Moyen-Orient, ainsi qu’à la progression des volumes aux Etats-Unis.

Sur l’ensemble de l’exercice, le chiffre d’affaires Pétrole et gaz a progressé de 13,5 % par rapport à 2012 (+19,3 % à taux de change constants), pour atteindre 3 669 millions d’euros, soit 66 % du chiffre d’affaires total du Groupe, contre 61 % en 2012.

  • Aux Etats-Unis, le chiffre d’affaires de l’exercice 2013 a été soutenu par la hausse des volumes, notamment au quatrième trimestre, grâce à l’élargissement de l’offre rendue possible par le nouveau laminoir. Ce dernier nous a permis de mieux répondre aux besoins de nos clients en matière de gamme de produits, de délais et de services. Après un ajustement à la baisse réalisé au premier trimestre 2013, les prix sont restés globalement stables sur l’ensemble de l’année. Suite à la décision préliminaire du Département du Commerce relative à l’anti-dumping, l’environnement de prix devrait rester concurrentiel à court terme.

Le mix produit a été affecté progressivement par l’augmentation de la proportion des produits standard (API) ou semi-premium dans nos ventes, en raison d’une demande de produits tubulaires essentiellement portée par l’extraction de pétrole de schiste. Le nombre moyen total d’appareils de forage en activité a diminué en 2013 par rapport à 2012, du principalement à la forte diminution du forage gazier. Cette diminution a toutefois été partiellement compensée par une meilleure efficacité des appareils de forage permettant le forage de puits plus profonds et en nombre plus important.

  • Dans la zone EAMEA[3], les ventes de Vallourec se sont inscrites en forte progression en 2013, notamment au quatrième trimestre, grâce à l’amélioration du mix produit, porté par des besoins élevés en produits premium parmi les plus sophistiqués (« high advanced premium »), notamment au Moyen-Orient (Arabie Saoudite, Abou Dhabi). Le niveau soutenu de la demande a permis à VSB au Brésil de fonctionner aux deux tiers de sa capacité au quatrième trimestre 2013 et de porter son résultat brut d’exploitation de l’usine à l’équilibre au cours de ce trimestre. L’important carnet de commandes enregistré au cours du quatrième trimestre 2013 dans la zone EAMEA aura une contribution positive sur le chiffre d’affaires en 2014. La nouvelle usine de finition premium de Dammam, en Arabie Saoudite, inaugurée en janvier 2014, permettra au Groupe de continuer à profiter au mieux de la croissance de la demande de produits premium au Moyen-Orient.
  • Au Brésil, en dépit de la réduction temporaire des livraisons de tubes OCTG « casing » (destinés à l’équipement de nouveaux puits) sur le marché domestique au quatrième trimestre 2013 et de l’effet de change négatif lié à l’évolution du real brésilien, le chiffre d’affaires du Groupe a progressé en 2013, avec la mise en oeuvre du contrat à long terme signé avec Petrobras en 2012. Ce contrat permet à Vallourec de renforcer ses liens avec son premier client au Brésil en offrant des produits à forte valeur ajoutée qui répondent aux exigences du marché de l’offshore brésilien. A titre d’exemple, la connexion VAM® 21 devient la référence pour satisfaire les besoins liés à l’exploitation des champs pré-salifères.

Pétrochimie

Au quatrième trimestre 2013, le chiffre d’affaires Pétrochimie a connu une progression de 3,4 % par rapport au quatrième trimestre 2012, à 91 millions d’euros.

Pour l’ensemble de l’exercice 2013, le chiffre d’affaires Pétrochimie s’est élevé à 308 millions d’euros, en baisse de 14,0 % par rapport à 2012 (-9,8 % à taux de change constants), dans un environnement très concurrentiel. Cette activité a représenté 6 % du chiffre d’affaires total du Groupe (contre 7 % en 2012).

Énergie électrique

Le chiffre d’affaires Energie électrique s’est élevé à 188 millions d’euros au quatrième trimestre 2013. Ce recul de 17,5 % par rapport au quatrième trimestre 2012 est principalement dû au déclin du marché des centrales électriques conventionnelles, non compensé par l’effet saisonnier positif des ventes de tubes pour générateurs de vapeur destinés à l’équipement des centrales nucléaires.

Sur l’ensemble de l’exercice, le chiffre d’affaires Energie électrique est ressorti à 572 millions d’euros, en baisse de 11,2 % par rapport à 2012 (-10,6 % à taux de change constants). Cette activité a représenté 10 % du chiffre d’affaires total du Groupe (contre 12 % en 2012).
Les ventes relatives à l’équipement des centrales nucléaires en 2013 ont été affectées par le report de certains projets sur 2014. La pression sur les prix et l’absence de nouveaux projets ont continué à peser sur le marché des centrales conventionnelles.

Industrie & autres

Le chiffre d’affaires Industrie & autres a atteint 265 millions d’euros au quatrième trimestre 2013, en hausse de 6,9 % par rapport à un quatrième trimestre 2012 qui avait été faible en Europe et au Brésil.

Pour l’ensemble de l’exercice, le chiffre d’affaires Industrie & autres s’est élevé à 1 029 millions d’euros, en recul de 5,7 % par rapport à 2012 (stable à taux de change constants). Cette activité a représenté 18 % du chiffre d’affaires total du Groupe en 2013 (contre 20 % en 2012).

  • En Europe, les activités industrielles ont été pénalisées par les pressions exercées sur les prix au cours de l’exercice. Par ailleurs, la morosité de l’industrie minière a eu un impact négatif sur le mix produit.

  • Au Brésil, le Groupe a bénéficié d’une reprise sur les marchés automobile et agricole. Le chiffre d’affaires lié aux ventes de minerai de fer a progressé en real brésilien, en raison d’un effet prix favorable par rapport à 2012, mais est resté stable en euro.

II – RÉSULTATS FINANCIERS

Compte de résultat consolidé résumé

Données consolidées T4 T4 2012 Variation 2013 2012 Variation
En millions d’euros 2013 retraité1 T4/T4 retraité1 2013/2012
Production expédiée (milliers de tonnes) 584 535 +9,2 % 2 159 2 092 +3,2 %
Chiffre d’affaires 1 609 1 465 +9,8 % 5 578 5 326 +4,7 %
Coûts industriels des produits vendus2 -1 173 -1 071 +9,5 % -4 035 -3 938 +2,5 %
(en % du CA) 72,9 % 73,1 % -0,2 pt 72,3 % 73,9 % -1,6 pt
Marge industrielle 436 394 +10,7 % 1 543 1 388 +11,2 %
(en % du CA) 27,1 % 26,9 % +0,2 pt 27,7 % 26,1 % +1,6 pt
Coûts administratifs, commerciaux et de recherche2 -149 -146 +2,1 % -560 -576 -2,8 %
(en % du CA) 9,3 % 10,0 % -0,7 pt 10,0 % 10,8 % -0,8 pt
Résultat brut d’exploitation 259 237 +9,3 % 920 788 +16,8 %
(en % du CA) 16,1 % 16,2 % -0,1 pt 16,5 % 14,8 % +1,7 pt
Résultat d’exploitation 146 143 +2,1 % 534 476 +12,2 %
Résultat net, part du Groupe 85 74 +14,9 % 262 221 +18,6 %
  1. Les données publiées au titre de l’exercice 2012 ont été retraitées de l’impact lié au changement de méthode de comptabilisation des écarts actuariels relatifs aux avantages du personnel postérieurs à l’emploi (norme IAS 19 révisée)

  2. Avant amortissements

Analyse du compte de résultat consolidé du quatrième trimestre 2013

Au quatrième trimestre 2013, le résultat brut d’exploitation est ressorti à 259 millions d’euros, en progression de 22 millions d’euros soit +9,3 % par rapport au quatrième trimestre 2012. Cette progression s’explique par une augmentation des ventes de produits premium sur le marché du Pétrole et gaz dans la zone EAMEA, un meilleur mix et un meilleur contrôle des coûts. Le taux de marge brute d’exploitation s’est élevé à 16,1 % du chiffre d’affaires sur la période, contre 16,2 % du chiffre d’affaires au quatrième trimestre 2012. Cette évolution s’est traduite par :

  • Une marge industrielle plus élevée, à 436 millions d’euros, représentant 27,1 % du chiffre d’affaires, contre 394 millions d’euros au quatrième trimestre 2012. La marge industrielle a bénéficié de l’amélioration du mix, notamment dans la zone EAMEA, de la montée en puissance des nouvelles usines et des efforts continus de réduction des coûts. Cette amélioration a cependant été atténuée par la réduction temporaire des livraisons OCTG au Brésil et par le faible niveau d’activité des marchés Energie électrique et Industrie.

  • Des coûts administratifs, commerciaux et de recherche (SG&A) en légère augmentation en valeur à 149 millions d’euros, mais en baisse en pourcentage du chiffre d’affaires à 9,3 %.

  • Une hausse des autres coûts en raison de l’augmentation de la provision pour intéressement liée à l’amélioration des résultats.

Analyse du compte de résultat consolidé de l’exercice 2013

Le résultat brut d’exploitation de l’exercice 2013 s’est élevé à 920 millions d’euros, en hausse de
16,8 % par rapport à 2012. Le taux de marge brute d’exploitation a progressé de 170 points de base par rapport à 2012, à 16,5 % du chiffre d’affaires. Cette amélioration s’explique par la bonne performance de l’activité Pétrole et gaz dans la zone EAMEA et au Brésil, et par de plus faibles coûts de montée en charge des nouvelles usines, malgré la baisse de la contribution de l’activité Pétrole et gaz aux Etats-Unis. Les autres marchés ont été affectés par une pression sur les prix et une détérioration du mix.

De plus, le Groupe a poursuivi et amélioré son programme récurrent de réduction des coûts Capten+ à travers plusieurs actions, dont la réduction de la consommation d’énergie, une baisse des coûts fixes, l’ajustement lié à la baisse de la charge au Brésil et a lancé de nouvelles initiatives destinées à optimiser les process et la gestion de projet. Au total, le Groupe a réalisé 293 millions d’euros d’économies, faisant plus que compenser l’inflation sur les coûts pour la période 2011-2013.

La performance financière de l’exercice 2013 s’est traduite par :

  • Une marge industrielle en hausse de 155 millions d’euros à 1 543 millions d’euros, soit 27,7 % du chiffre d’affaires.

  • Des coûts administratifs, commerciaux et de recherche (SG&A) en baisse de 2,8 % en valeur à 560 millions d’euros, soit 10,0 % du chiffre d’affaires, contre 10,8 % du chiffre d’affaires en 2012.

Le résultat d’exploitation de l’exercice 2013 s’est établi à 534 millions d’euros, en hausse de 12,2 % par rapport à 2012. L’amélioration du résultat brut d’exploitation a été en partie compensée par la hausse des amortissements sur les actifs industriels, et par la hausse d’autres dépréciations et amortissements.

Le résultat financier 2013 a été négatif à –91 millions d’euros, un niveau globalement stable par rapport à celui de l’exercice précédent. La hausse des charges d’intérêts a été compensée par l’amélioration des autres produits financiers.

Le résultat net, part du Groupe, à 262 millions d’euros, ressort en progression de 18,6 % par rapport à l’année dernière. Le taux effectif d’imposition s’est élevé à 33,3 % sur la période.

III – FLUX DE TRÉSORERIE & SITUATION FINANCIÈRE

Données consolidées T4 T4 2012 Variation 2013 2012

Print Friendly, PDF & Email

VALLOUREC : Résultats du quatrième trimestre et de l’exercice 2013

ACTUALITÉS ÉCONOMIQUES ET FINANCIÈRES |
elementum at ante. risus Sed consectetur nec ut facilisis libero.