Paris, 3 août 2016

T2-16 : DES RESULTATS SOLIDES DANS UN CONTEXTE DIFFICILE

  • Produit net bancaire hors éléments non économiques** à 7,2 Md EUR (contre 6,5 Md EUR au T2-15), +11,5%*, intégrant la plus value de cession de Visa (725 M EUR). Bonne performance commerciale des métiers       
  • Frais de gestion stables /T2-15
  • Poursuite de la baisse du coût du risque (coût du risque commercial (1) de 38 pb au T2-16 contre 44 pb au T2-15)
  • Résultat net part du Groupe comptable de 1 461 M EUR au T2-16 contre 1 351 M EUR au T2-15.     Résultat net part du Groupe hors éléments non-économiques** : 1 599 M EUR au T2-16 (+44,6%* /T2-15)
  • Bonne génération de capital : ratio CET 1 non phasé de 11,1% (10,9% fin 2015). Ratio global de solvabilité de 16,7% (16,3% à fin 2015)

S1-16 : BONS RESULTATS SEMESTRIELS

  • Produit net bancaire hors éléments non économiques** à 13,2 Md EUR (contre 12,8 Md EUR au S1-15)
  • Frais de gestion stables hors effet du remboursement de l'amende Euribor et retraités d'IFRIC 21
  • Charge du risque en baisse de -11,1% /S1-15.
  • Résultat net part du Groupe : 2 385 M EUR au S1-16 contre 2 219 M EUR au S1-15
    Résultat net part du Groupe hors éléments non-économiques** : 2 428 M EUR (+25,5%* /S1-15)

BNPA** : 2,77 EUR au S1-16 contre 2,22 EUR au S1-15 (+25%) (2)                  

Les éléments relatifs aux données financières de l'année 2015 ont été retraités en produit net bancaire et pour le capital alloué aux métiers afin de tenir compte de la nouvelle règle d'allocation du capital sur la base de 11% des RWA (encours pondérés) des métiers.

Les notions de Produit net bancaire des piliers, Frais de gestion, ajustement d'IFRIC 21, coût du risque en points de base, ROE, RONE, Actif net, Actif net tangible, BNPA, éléments non-économiques et les montants servant de base aux différents retraitements effectués sont présentés dans les notes méthodologiques, section 10 de ce communiqué de presse, ainsi que les principes de présentation des ratios prudentiels.

Les renvois * et ** dans ce document sont précisés ci-dessous :

  *   A périmètre et taux de change constants.

**   Hors éléments non économiques.

(1)  Hors litiges, en points de base sur encours de début de période, y compris locations simples. Calcul annualisé
(2)  Hors éléments non-économiques. BNPA brut au S1-15 :2,54 EUR et 2,71 EUR au S1-16. Voir note méthodologique n°3


Le Conseil d'administration de Société Générale, réuni le 2 août 2016 sous la présidence de Lorenzo Bini Smaghi, a examiné les résultats du premier semestre et du deuxième trimestre de l'année 2016.

Le résultat net part du Groupe comptable du trimestre est de 1 461 millions d'euros contre 1 351 millions d'euros en 2015, sous l'effet de la progression du résultat des activités de Banque de détail et Services Financiers Internationaux ainsi que de l'enregistrement de la plus value de cession des titres Visa Inc. (soit 662 millions d'euros après impôt dans les résultats du Hors Pôles). Les résultats du pôle de Banque de détail et Services Financiers Internationaux progressent de près de 36%, en hausse dans toutes les activités. Les résultats sont résilients dans les activités de Banque de détail en France (-5,2% par rapport au deuxième trimestre 2015) dans un environnement de taux très défavorable. La contribution des activités de Banque de Grande Clientèle et Solutions Investisseurs est en baisse par rapport à un deuxième trimestre 2015 exceptionnellement élevé, à 448 millions d'euros, son meilleur niveau depuis le T2-15 dans un contexte toujours incertain (702 millions d'euros au T2-15). Au premier semestre 2016, le résultat net part du Groupe s'inscrit à 2 385 millions d'euros contre 2 219 millions d'euros au premier semestre 2015. Hors éléments non-économiques, il est de 2 428 millions d'euros (contre 1 970 millions au premier semestre 2015). Dans un contexte économique difficile pour les activités bancaires, marqué par un environnement de taux bas et d'instabilité des marchés, le Groupe bénéficie de l'équilibre de son modèle bancaire diversifié, avec une contribution en forte hausse des activités de Banque de détail au premier semestre.

Le produit net bancaire s'élève à 6 984 millions d'euros au deuxième trimestre 2016 (+3,0%* par rapport au deuxième trimestre 2015). Hors éléments non économiques, il s'établit à 7 195 millions d'euros (+11,5%* par rapport au T2-15), intégrant notamment la plus value de cession Visa (725 millions d'euros). Au premier semestre, le produit net bancaire du Groupe atteint 13 159 millions d'euros contre 13 222 millions d'euros au premier semestre 2015, en hausse de 0,7%* à périmètre et change constants. Hors éléments non-économiques, la progression est de +4,3%*, à 13 225 millions d'euros contre 12 843 millions d'euros en 2015.

Le Groupe poursuit son effort de maîtrise des frais de gestion, qui ressortent à 4 119 millions d'euros au deuxième trimestre 2016, stables par rapport au deuxième trimestre 2015. En cumul semestriel, les frais de gestion sont de -8 403 millions d'euros au premier semestre 2016, contre -8 566 millions d'euros en 2015. Hors remboursement de l'amende Euribor et ajustés d'IFRIC 21, les frais de gestion sont stables au premier semestre 2016 par rapport à la même période en 2015.

Le coût du risque commercial du Groupe poursuit sa baisse, à 42 points de base au premier semestre 2016 contre 49 points de base au S1-15, dans le bas de la fourchette annoncée par le Groupe en début d'année, et à 38 points de base au T2-16, en baisse de -6 points de base par rapport au T2-15. La charge nette du risque s'établit à -1 188 millions d'euros au premier semestre (­-1 337 millions d'euros au premier semestre 2015). Au cours du deuxième trimestre, le Groupe a enregistré une dotation complémentaire à la provision pour litiges de -200 millions d'euros, comme au T2-15. Le coût du risque total du deuxième trimestre 2016 est de -664 millions d'euros contre -724 millions d'euros au T2-15.

Le ratio Common Equity Tier 1 (CET1 non phasé) s'inscrit à 11,1 % dans le référentiel « Bâle 3 » (10,9% à fin 2015). La génération de capital du deuxième trimestre a permis de financer les acquisitions ciblées du Groupe, (groupe de gestion de flotte automobile Parcours en France ainsi que des activités de Banque Privée de Kleinwort-Benson au Royaume-Uni), et la progression des encours pondérés des risques du Groupe. Le ratio global de solvabilité atteint 16,7% à fin juin 2016 (contre 16,3% fin 2015).

Commentant les résultats du Groupe du premier semestre 2016, Frédéric Oudéa – Directeur général – a déclaré :

« Société Générale a enregistré de solides résultats au deuxième trimestre grâce aux bonnes performances commerciales et financières de tous les métiers du Groupe, qui dégage ainsi sur les six premiers mois de 2016 un résultat net part du Groupe de 2 385 millions d'euros, en forte hausse par rapport au premier semestre 2015. Ces résultats acquis dans un environnement difficile reflètent le dynamisme et la force du modèle bancaire équilibré du Groupe, la qualité de ses portefeuilles et l'engagement de ses équipes au service de ses clients. Société Générale poursuit avec détermination la transformation en profondeur de son modèle pour l'adapter à l'évolution des besoins de ses clients et au nouveau contexte réglementaire avec pour objectif de développer encore les synergies, renforcer l'efficacité opérationnelle et accroître sa rentabilité.  »

  1. RESULTATS CONSOLIDES DU GROUPE
En m EUR T2-16 T2-15 Variation S1-16 S1-15 Variation
Produit net bancaire 6 984 6 869 +1,7% +3,0%* 13 159 13 222 -0,5% +0,7%*
Produit net bancaire(1) 7 195 6 543 +10,0% +11,5%* 13 225 12 843 +3,0% +4,3%*
Frais de gestion (4 119) (4 124) -0,1% +1,3%* (8 403) (8 566) -1,9% -0,6%*
Résultat brut d'exploitation 2 865 2 745 +4,4% +5,6%* 4 756 4 656 +2,1% +3,2%*
Résultat brut d'exploitation(1) 3 076 2 419 +27,2% +28,8%* 4 822 4 277 +12,7% +14,0%*
Coût net du risque (664) (724) -8,3% -5,3%* (1 188) (1 337) -11,1% -7,4%*
Résultat d'exploitation 2 201 2 021 +8,9% +9,4%* 3 568 3 319 +7,5% +7,2%*
Résultat d'exploitation(1) 2 412 1 695 +42,3% +43,0%* 3 634 2 940 +23,6% +23,2%*
Gains ou pertes nets sur autres actifs (16) (7) n/s n/s (12) (41) +70,7% +66,7%*
Pertes de valeur des écarts d'acquisition 0 0 n/s n/s 0 0 n/s n/s
Résultat net part du Groupe 1 461 1 351 +8,1% +10,8%* 2 385 2 219 +7,5% +9,3%*
Résultat net part du Groupe(1) 1 599 1 137 +40,6% +44,6%* 2 428 1 970 +23,2% +25,5%*
ROE (après impôts) 11,7% 11,2%     9,4% 9,1%    
ROE ajusté (2) 11,0% 10,6%     10,1% 9,7%    
  1. Hors réévaluation de la dette liée au risque de crédit propre et DVA
  2. Corrigé de l'application d'IFRIC 21

Produit net bancaire
Le produit net bancaire du Groupe s'élève à 6 984 millions d'euros au deuxième trimestre 2016, portant le produit net bancaire semestriel à 13 159 millions d'euros. En 2015, le produit net bancaire du deuxième trimestre était de 6 869 millions d'euros et le produit net bancaire du premier semestre de 13 222 millions d'euros. Retraité de l'incidence de la réévaluation de la dette liée au risque de crédit propre et de la DVA, le produit net bancaire s'élève au T2-16 à 7 195 millions d'euros, contre 6 543 millions d'euros en 2015 (+11,5%*) et à 13 225 millions d'euros pour le premier semestre 2016, à rapprocher de 12 843 millions d'euros pour le premier semestre 2015 (+4,3%*). Il intègre la plus-value de cession des titres Visa Inc, enregistrée en Hors-Pôles à hauteur de 725 millions d'euros au deuxième trimestre 2016. Retraité de cet élément non-récurrent, le produit net bancaire du Groupe hors éléments non-économiques est de 12 500 millions d'euros pour le premier semestre 2016 (dont 6 470 millions d'euros au deuxième trimestre).

  • Le produit net bancaire des activités de Banque de détail en France (RBDF) s'inscrit en baisse de -2,0% hors PEL/CEL au deuxième trimestre 2016 et de -2,5% au premier semestre 2016 par rapport à une très bonne année 2015. Dans un contexte de taux bas, la marge d'intérêt se réduit tandis que les commissions financières baissent dans un environnement de marché défavorable.
  • Le produit net bancaire de la Banque de détail et Services Financiers Internationaux (IBFS) progresse de +4,2%* au deuxième trimestre 2016 et de +4,6%* au premier semestre 2016 par rapport aux mêmes périodes en 2015, avec un produit net bancaire en hausse dans l'ensemble des activités. L'Assurance poursuit son développement (+8,1%* par rapport au premier semestre 2015, et +8,3%* au deuxième trimestre). Le produit net bancaire des Financements Spécialisés aux Entreprises est en hausse de +9,3%* au deuxième trimestre 2016 par rapport au T2-15, soit une variation semestrielle de +8,1%*, tiré par le dynamisme des activités de location longue durée et de gestion de flottes de véhicules (+11,7%* au S1-16 par rapport au S1-15).
  • Dans un contexte de marchés instable notamment à la suite du référendum britannique et des mouvements sur les marchés de matières premières, la Banque de Grande Clientèle et Solutions Investisseurs (GBIS) démontre une fois de plus la résilience de son modèle multi-spécialiste au service de leurs clients. Le produit net bancaire du premier semestre 2016 est en retrait de -8,7%* comparé à un début d'année 2015 très élevé (-8,3%* entre le T2-15 et le T2-16).


L'incidence comptable de la réévaluation de la dette liée au risque de crédit propre est de -212 millions d'euros au T2-16, et de -67 millions d'euros sur le premier semestre 2016. En 2015, la réévaluation de la dette liée au risque de crédit propre avait conduit à l'enregistrement d'un produit net de +312 millions d'euros au T2 et de +374 millions d'euros sur le premier semestre. L'effet de la DVA est d'un million d'euros en 2016, constaté au T2-16 – il était de +14 millions d'euros au T2-15 pour un total semestriel de +5 millions d'euros (voir note méthodologique n°7). Ces deux facteurs constituent les éléments non économiques retraités dans les analyses des résultats du Groupe. Ils conduisent en effet à constater un résultat sur soi-même reflétant l'évaluation par le marché du risque de contrepartie sur le Groupe. Ils sont également retraités du résultat du Groupe pour les calculs de ratios prudentiels.

Frais de gestion
Les frais de gestion du Groupe s'élèvent à 8 403 millions d'euros au S1-16, contre 8 566 millions d'euros au S1-15. Sans prise en compte du remboursement d'une partie de l'amende Euribor et après correction de l'impact IFRIC 21, les frais du S1-16 sont stables par rapport au S1-15. Les taxes enregistrées dans leur intégralité au premier semestre 2016 s'élèvent à 523 millions d'euros au S1-16 contre 400 millions d'euros en 2015 (en hausse de +123 millions d'euros). L'ajustement IFRIC 21 consiste à lisser la charge ainsi constatée sur l'exercice afin de donner une idée plus économique des coûts réellement imputables à l'activité de la période.

Les frais de gestion sont de 4 119 millions d'euros au T2-16, stables par rapport au T2-15 (4 124 millions d'euros). Cette stabilité traduit la poursuite des efforts de maîtrise des coûts engagés depuis plusieurs années. Le plan en cours a ainsi permis de dégager 400 millions d'euros d'économies cumulées à fin juin 2016 pour des coûts de mise en oeuvre non-récurrents de 129 millions d'euros. A l'échéance de ce plan fin 2017, le Groupe aura ainsi réduit de 2 milliards d'euros par an sa base de coûts en cinq ans.

Résultat d'exploitation
Le résultat brut d'exploitation du Groupe s'établit à 4 756 millions d'euros au premier semestre 2016 (4 656 millions d'euros au S1-15), dont 2 865 millions d'euros au T2-16 (contre 2 745 millions d'euros au T2-15)

Le coût du risque du Groupe au T2-16 est de -664 millions d'euros, en baisse de -5,3%* par rapport au T2-15, confirmant la bonne qualité des actifs du Groupe. Pour le premier semestre 2016, le coût du risque s'inscrit en baisse de -7,4%* par rapport au S1-15, à 1 188 millions d'euros. Il intègre une dotation à la provision pour litiges de -200 millions d'euros au T2-16, portant le total de cette provision à 1,9 milliard d'euros.

La baisse du coût du risque commercial se poursuit : il se situe dans le bas de la fourchette-cible annuelle du Groupe, à 38 points de base au deuxième trimestre 2016 et à 42 points de base au premier semestre 2016 (contre 44 et 49 points de base respectivement pour les mêmes périodes en 2015) :

  • Dans la Banque de détail en France, le coût du risque commercial poursuit son repli et s'établit à 33 points de base au T2-16 et 34 points de base au S1-16 (contre 38 points de base au T2-15 et 43 points de base au S1-15), grâce à une baisse sur l'ensemble des segments de clientèle.
  • A 64 points de base au T2-16 et 69 points de base au S1-16 (contre 96 points de base au T2-15 et 106 points de base au S1-15), le coût du risque du pôle Banque de détail et Services Financiers Internationaux est en forte baisse, en raison notamment d'une amélioration du coût du risque sur la clientèle d'entreprise en Europe. Le coût du risque en Russie demeure stable dans un contexte économique toujours difficile.
  • Le coût du risque de la Banque de Grande Clientèle et Solutions Investisseurs s'établit à 29 points de base au deuxième trimestre 2016 et 35 points de base au S1-16 (contre 10 points de base au T2-15 et 11 points de base au S1-15. Ce deuxième trimestre est marqué par une stabilité du coût du risque sur le secteur du pétrole et du gaz.

Le taux brut d'encours douteux s'élève à 5,1% à fin juin 2016 (contre 5,7% à fin juin 2015). Le taux de couverture brut des encours douteux du Groupe s'établit à 64%, en hausse de +1 point par rapport à fin juin 2015. L'amélioration de ces indicateurs confirme la tendance observée depuis plusieurs années, et reflète la qualité des actifs du Groupe.

Le résultat d'exploitation du Groupe est de 2 201 millions d'euros au T2-16 soit 3 568 millions d'euros pour le premier semestre, (contre 2 021 millions d'euros au T2-15 et 3 319 millions d'euros au S1-15).


Résultat net
Le résultat net part du Groupe s'élève à 1 461 millions d'euros au deuxième trimestre 2016, soit 2 385 millions d'euros au premier semestre 2016, à rapprocher d'un résultat net part du Groupe de 1 351 millions d'euros pour le deuxième trimestre 2015 et 2 219 millions d'euros au premier semestre 2015. Cette progression s'explique notamment par l'effet de la plus value de cession des titres Visa Inc., partiellement compensée par une forte baisse de la réévaluation de la dette liée au risque de crédit propre. Les résultats des métiers du Groupe sont globalement stables (-1,6%), les bons résultats des activités de Banque de détail compensant les moindres résultats de activités de Banque de Grande clientèle et Solutions Investisseurs dans un environnement défavorable.

Corrigé des éléments non économiques (réévaluation de la dette liée au risque de crédit propre et DVA), le résultat net part du Groupe est de 1 599 millions d'euros au deuxième trimestre 2016, et de 2 428 millions d'euros pour le premier semestre, contre 1 137 millions d'euros au T2-15 et 1 970 millions d'euros au S1-15.

Le ROE du Groupe est de 8,1% (1) au deuxième trimestre (11,7% en données brutes) et de 7,4% (1) au premier semestre (9,4% en données brutes). Sur base comparable, le ROE du premier trimestre 2015 s'élevait à 10,3% pour le T2-15 (9,1% en données brutes) et 9,7% pour le S1-15 (11,2% en données brutes).

Le bénéfice net par action s'élève pour le premier semestre à 2,71 euros (contre 2,54 euros en S1-15). Ajusté des éléments non-économiques, le BNPA du premier semestre 2016 est de 2,77 euros, à rapprocher de 2,22 euros au premier semestre 2015.


  1. STRUCTURE FINANCIERE DU GROUPE

Au 30 juin 2016, les capitaux propres part du Groupe s'élèvent à 58,5 milliards d'euros (59,0 milliards d'euros au 31 décembre 2015). L'actif net par action est de 61,41 euros, dont 1,77 euro de plus-values latentes. L'actif net tangible par action est de 55,37 euros

Le total du bilan consolidé s'établit à 1 460 milliards d'euros au 30 juin 2016 (1 334 milliards d'euros au 31 décembre 2015). Le montant net des encours de crédits à la clientèle, y compris location financement, est de 393 milliards d'euros (386 milliards d'euros au 31 décembre 2015) – hors valeurs et titres donnés en pension. Parallèlement les dépôts de la clientèle atteignent 379 milliards d'euros, contre 360 milliards d'euros au 31 décembre 2015 (hors valeurs et titres donnés en pension).

Au premier semestre 2016, le Groupe a émis 20,0 milliards d'euros de dette à moyen et long terme dont 17,8 milliards d'euros au niveau de la maison mère (sur un programme de financement de 31 milliards d'euros en 2016), avec une maturité moyenne de 5,6 ans et un spread moyen de 47 points de base (par rapport au mid-swap 6 mois, hors dette subordonnée), et 2,2 milliards d'euros par les filiales. Le LCR (Liquidity Coverage Ratio) progresse et s'inscrit bien au dessus des exigences réglementaires à 148% à fin juin 2016, contre 124% à fin 2015.

Les encours pondérés par les risques du Groupe s'élèvent à 355,1 milliards d'euros au 30 juin 2016 (contre 356,7 milliards d'euros à fin décembre 2015) selon les règles CRR/CRD4. Les encours pondérés au titre du risque de crédit représentent 83% du total, à 293,6 milliards, en baisse de 1,6% par rapport au 31 décembre 2015.

Au 30 juin 2016, le ratio Common Equity Tier 1 (1) non phasé du Groupe s'établit à 11,1% (10,9% à fin décembre 2015), stable au second trimestre 2016 et en progression de +22 points de base par rapport à fin décembre 2015. Le ratio Tier 1 est de 13,6% (13,5% à fin décembre 2015) et le ratio global de solvabilité s'établit à 16,7% (16,3% à fin décembre 2015) et en progression de +23 points de base par rapport à fin mars 2016 et de +40 points de base par rapport à fin décembre 2015. Le Groupe poursuit ses efforts de renforcement des capitaux propres et vise un ratio Common Equity Tier 1 de 11,5% à 12% à horizon 2018.

Le ratio de levier s'établit à 3,9% au 30 juin 2016 (4,0% à fin décembre 2015).

L'Autorité Bancaire Européenne a publié le 29 juillet dernier les résultats du test de résistance 2016. Société Générale confirme la solidité de son bilan et la qualité de son portefeuille permettant de résister à une situation de stress sévère : le ratio de capital réglementaire à fin 2018 ressort à 11,9% selon le scénario de stress standard et à 8,0% en situation de stress sévère.

Le Groupe est noté par les agences de notation DBRS (notation long terme : « A(high) » assortie de perspectives stables; notation court-terme : « R-1(middle) »), FitchRatings (notation long terme : « A » assortie de perspectives stables ; notation court-terme : « F1 »), Moody's (notations dépôts et « senior unsecured » long terme : « A2 » assorties de perspectives stables ; notation court-terme : « P-1 » et « Counterparty Risk Assessment » long-terme de « A1 »), Standard and Poor's (notation long terme « A » assortie de perspectives Stables ; notation court-terme : « A-1 ») et R&I (notation long terme « A » assortie de perspectives stables).


  1. BANQUE DE DETAIL EN FRANCE
En m EUR T2-16 T2 15 Variation S1-16 S1-15 Variation
Produit net bancaire 2 100 2 163 -2,9% 4 184 4 227 -1,0%
Produit net bancaire hors PEL/CEL 2 087 2 129 -2,0% 4 194 4 302 -2,5%
Frais de gestion (1 340) (1 304) +2,8% (2 765) (2 695) +2,6%
Résultat brut d'exploitation 760 859 -11,5% 1 419 1 532 -7,4%
Résultat brut d'exploitation hors PEL/CEL 747 825 -9,5% 1 429 1 607 -11,1%
Coût net du risque (168) (183) -8,2% (348) (413) -15,7%
Résultat d'exploitation 592 676 -12,4% 1 071 1 119 -4,3%
Résultat net part du Groupe 403 425 -5,2% 731 704 +3,8%
RONE 15,7% 15,8%   14,1% 13,1%  
RONE ajusté (1) 14,8% 14,7%   14,8% 14,4%  
  1. Corrigé de l'application d'IFRIC 21 et PEL/CEL

             

Au T2-16 et au S1-16, la Banque de détail en France bénéficie d'une bonne dynamique commerciale qui s'accompagne d'une solide rentabilité en dépit de l'environnement de taux bas.

Le développement de la base de clientèle se poursuit au S1-16 : sur le segment des particuliers, Boursorama première banque 100% mobile conforte sa position de leader en France avec près de 870 000 clients et les entrées en relation sont solides dans les réseaux d'agences (+230 000). Sur le segment des entreprises, la Banque de détail en France est entrée en relation avec plus de 2,800 nouvelles entreprises sur le semestre (+8% par rapport au S1-15) grâce au dynamisme de ses équipes et la qualité reconnue de ses services. Société Générale demeure leader en France sur le marché des entreprises qui se développent à l'international (source CSA).

Les encours moyens de crédits progressent de +3,5% au T2-16 par rapport au T2-15 et atteignent 183,0 milliards d'euros. Cette hausse est notamment tirée par la croissance des encours de crédits immobiliers (+5,7%) ainsi que par les crédits aux entreprises (+1,9%). La production de crédits d'investissement est en hausse de 27% par rapport au T2-15, illustrant le rebond observé depuis quelques trimestres. Après une année 2015 record, la production de crédits immobiliers est en retrait au T2-16 de -33% sur un an, avec toutefois une reprise de la production par rapport au T1-16.

Les dépôts au bilan sont toujours en forte croissance de 6,9% à 182,5 milliards d'euros par rapport au T2-15, tirée par les dépôts à vue (+17,9%). Sur la même période, le niveau de collecte brute d'assurance-vie reste soutenu (+2,6 milliards d'euros), de même que la collecte nette de la Banque Privée en France (+1,1 milliard d'euros). Les autres relais de croissance sont également bien orientés, avec notamment une hausse solide des produits de l'affacturage et du cash management. Poursuivant sa tendance baissière, le ratio crédits sur dépôts moyens atteint désormais 100% (contre 105% au T4-15).

Cette bonne dynamique commerciale se reflète partiellement dans le produit net bancaire de la Banque de détail en France qui subit les effets négatifs de l'environnement de taux bas et de la renégociation des prêts immobiliers. Après neutralisation de l'impact des provisions PEL/CEL, le produit net bancaire ressort à 2 087 millions d'euros en baisse de 2,0% par rapport au T2-15, en ligne avec les anticipations.

La marge d'intérêt hors provision PEL/CEL s'inscrit en retrait de -2,7% par rapport au T2-15, la production de crédits à plus forte marge et la forte collecte de dépôt n'atténuant qu'en partie l'impact des taux bas et des renégociations. Les commissions sont en recul de -0,8%, reflétant des tendances contrastées : les commissions de service progressent de +4,0%, grâce au développement des synergies avec les autres métiers du Groupe et la forte conquête de clientèle, alors que les commissions financières sont en baisse de -15,4% sous l'effet d'une diminution des volumes de transactions dans un environnement de marché instable.

La Banque de détail en France enregistre une progression des frais de gestion de +2,8% au T2-16 (par rapport au T2-15), traduisant l'accroissement des investissements dans la transformation digitale alors que les autres dépenses sont strictement maitrisées. Dans le cadre de son plan de transformation, Société Générale a notamment lancé la souscription 100% en ligne de crédits à la consommation et le Groupe a fermé 43 agences en France depuis le début de l'année.

Sur le trimestre, le coût du risque se réduit de 8,2% par rapport au T2-15, reflétant la qualité du portefeuille. Sur le T2-16, le résultat d'exploitation s'établit à 592 millions d'euros (en baisse de -12,4%).

La Banque de détail en France enregistre un résultat net part du Groupe de 403 millions d'euros au T2-16 (contre 425 millions d'euros au T2-15). Hors PEL/CEL, le résultat net s'inscrit en légère baisse de -2,5%, toutefois le niveau de rentabilité demeure solide (ROE de 14,8% hors PEL/CEL et proforma IFRIC).

Sur le premier semestre 2016, la Banque de détail en France affiche un produit net bancaire de 4,184 millions d'euros (-2.5% hors PEL/CEL par rapport au S1-15), des frais de gestion de -2 765 millions d'euros (+2,6%), un résultat d'exploitation de 1 071 millions d'euros (-4,3%). Son résultat net part du Groupe s'établit à 731 millions d'euros en progression de +3,8% par rapport au S1-15, soit une rentabilité très satisfaisante de 14,8% (hors PEL/CEL et retraitée d'IFRIC 21).


  1. BANQUE DE DÉTAIL ET SERVICES FINANCIERS INTERNATIONAUX

Au T2-16, le pôle réalise un résultat net part du Groupe de 436 millions d'euros, en hausse de +35,8% par rapport au T2-15. Cette évolution s'explique par la croissance des revenus de +4,2%*, une baisse du coefficient d'exploitation de 1 point et un coût du risque en net recul de -27,5%*, par rapport au T2-15.

Sur le premier semestre 2016, les revenus s'élèvent à 3 716 millions d'euros, en hausse de +4,6%* par rapport au S1-15, le résultat d'exploitation s'établit à 1 142 millions d'euros (+32,3%*) et le résultat net part du Groupe ressort à 736 millions d'euros (+56,9%).

En m EUR T2-16 T2 15 Variation S1-16 S1-15 Variation
Produit net bancaire 1 891 1 867 +1,3% +4,2%* 3 716 3 662 +1,5% +4,6%*
Frais de gestion (1 038) (1 047) -0,9% +2,9%* (2 171) (2 204) -1,5% +2,3%*
Résultat brut d'exploitation 853 820 +4,0% +5,7%* 1 545 1 458 +6,0% +8,1%*
Coût net du risque (191) (287) -33,4% -27,5%* (403) (620) -35,0% -29,0%*
Résultat d'exploitation 662 533 +24,2% +21,7%* 1 142 838 +36,3% +32,3%*
Gains ou pertes nets sur autres actifs 13 (1) n/s n/s 13 (26) n/s n/s
Pertes de valeur des écarts d'acquisition 0 0 n/s n/s 0 0 n/s n/s
Résultat net part du Groupe 436 321 +35,8% +32,4%* 736 469 +56,9% +49,4%*
RONE 16,6% 12,3%     14,0% 9,0%    
RONE ajusté (1) 16,0% 11,6%     14,7% 9,9%    
  1. Corrigé de l'application d'IFRIC 21

Banque de détail à l'International
Au T2-16 les encours de crédits de la Banque de détail à l'International progressent de +6,8%* par rapport au T2-15, pour s'établir à 80,4 milliards d'euros ; la hausse est particulièrement soutenue en Europe et en Afrique. La croissance des dépôts reste également forte dans la quasi-totalité des implantations du Groupe ; les encours de dépôts s'établissent en effet à 72,2 milliards d'euros à fin juin 2016, en hausse de +5,2%* sur un an, avec une collecte très dynamique dans les pays d'Europe centrale et orientale et en Afrique.

Au T2-16, la Banque de détail à l'International affiche un produit net bancaire de 1 243 millions d'euros (+3,4%*), en raison notamment de la bonne performance de l'activité en Europe centrale et orientale et en Afrique subsaharienne, ainsi que du redressement progressif en Russie et en Roumanie. Le résultat brut d'exploitation s'établit à 517 millions d'euros (+9,5%*) et le résultat net part du Groupe à 195 millions d'euros, contre 128 millions au T2-15 (+52,3%).

Sur le S1-16, le produit net bancaire de la Banque de détail à l'International s'élève à 2 461 millions d'euros, en hausse de +4,9%* par rapport au S1-15, et le résultat net part du Groupe ressort à 317 millions d'euros comparé à 162 millions d'euros au S1-15.

En Europe de l'ouest, les encours de crédits sont en hausse de +7,6%* à 15,0 milliards d'euros ; le financement automobile est particulièrement dynamique sur la période. Au T2-16 la région affiche un produit net bancaire de 171 millions d'euros, un résultat brut d'exploitation de 81 millions d'euros et un résultat net part du Groupe de 45 millions d'euros en hausse de +25.0% par rapport au T2-15.

En République tchèque, Komercni Banka (KB) enregistre une solide performance commerciale au T2-16. Les encours de crédits progressent de +9,4%* par rapport au T2-15 à 20,8 milliards d'euros, portés par le dynamisme de la production de crédits aux particuliers et aux grandes entreprises. Sur la même période, les encours de dépôts augmentent de +6,5%* à 25,8 milliards d'euros. Au T2-16, le produit net bancaire est en léger recul (-0,4%*) par rapport au T2-15 à 259 millions d'euros, compte tenu de la persistance de l'environnement de taux bas. Sur la même période, les frais de gestion sont en baisse de -12,8%* compte tenu notamment de la plus faible contribution au fonds de garantie des dépôts ce trimestre. Le coût du risque se normalise et s'établit à 17 millions d'euros au T2-16. La contribution au résultat net part du Groupe est stable à 52 millions d'euros.

La filiale de KB, Essox a conclu le 1er juillet 2016 un accord pour l'acquisition de 100% des parts dans PSA Finance en République Tchèque et en Slovaquie.

En Roumanie (BRD), l'environnement économique s'améliore progressivement. Les encours de crédits de BRD progressent de +3,7%* à 6,3 milliards d'euros, notamment sur les segments des particuliers et des grandes entreprises. Les encours de dépôts sont en hausse de +6,4%*, à 8,9 milliards d'euros. Dans ce contexte, le produit net bancaire du groupe BRD est en hausse de +6,3%* par rapport au T2-15 à 136 millions d'euros. Les frais de gestion sont en baisse de -1,3%* sur la période sous l'effet d'un contrôle strict des coûts, à 74 millions d'euros, et le coût du risque est en baisse de -47,1%* à 18 millions d'euros. Sur le trimestre, BRD affiche un résultat net part du Groupe de 21 millions d'euros, comparé à 8 millions d'euros au T2-15.

Dans les autres pays d'Europe, le Groupe maintient une forte collecte de dépôts au T2-16 (encours en progression de +6,1%* à 11,2 milliards d'euros) alors que les encours de crédits sont en hausse de +6,6%* à 11,6 milliards d'euros, principalement sur le segment des particuliers. Sur le trimestre, le produit net bancaire est en hausse de +4,5%* par rapport au T2-15 à 186 millions d'euros, les frais de gestion sont en baisse de -0,9%* à 109 millions d'euros et le coût du risque est en baisse de -8,3%*. Le résultat net part du Groupe ressort à 40 millions d'euros en hausse de +21,2% par rapport au T2-15.

En Russie, l'environnement se stabilise. L'activité reste soutenue sur les entreprises et l'on observe une reprise progressive de la production de crédits aux particuliers. Dans ce contexte, les encours de crédits sont en légère baisse de -1,5%* par rapport au T2-15 à 8,3 milliards d'euros. Les encours de dépôts sont en baisse de -7,4%* par rapport au T2-15 à 6,4 milliards d'euros, en raison d'une baisse des encours de dépôts en dollars en ligne avec les objectifs. Sur le trimestre, le produit net bancaire augmente de +22,9%*, à 145 millions d'euros, en lien avec l'amélioration des marges et des volumes de production; les coûts restent maîtrisés à 120 millions d'euros, en hausse de +0,8%* dans un contexte d'inflation élevée. Au total, l'ensemble SG Russie (1) réalise une perte de -12 millions d'euros au T2-16, en amélioration par rapport au T1-16 (-18 millions d'euros) et au T2-15 (-43 millions d'euros). Dans cet environnement, le Groupe confirme pour 2016 l'anticipation d'une perte de -50 à -100 millions d'euros pour SG Russie.

En Afrique et dans les autres zones d'implantation de la Banque à l'International, les encours de crédits progressent de +8,4%* par rapport au T2-15 et s'établissent à 18,4 milliards d'euros ; l'activité est particulièrement dynamique en Algérie et en Côte d'Ivoire. Sur la même période, les encours de dépôts s'établissent à 18,1 milliards d'euros, en hausse de +7,0%*. A 346 millions d'euros, le produit net bancaire progresse de +1,5%* par rapport au T2-15. Les frais de gestion sont en hausse de +7,4%* et le coût du risque en baisse de -24,0%*. Au global, le résultat net part du Groupe progresse de +3,4% à 60 millions d'euros.

Assurances
L'activité Assurances maintient au T2-16 sa dynamique commerciale. En Assurance-vie, les encours progressent de +2,8%* par rapport au T2-15 à 95,8 milliards d'euros ; la collecte nette s'établit à 0,6 milliard d'euros sur le trimestre, avec une part de produits en unités de compte qui se maintient à un niveau élevé (76%). En matière de Protection (Prévoyance et Assurance Dommages), l'activité est également soutenue avec des primes qui progressent de +9,2%* par rapport au T2-15 pour s'établir à 345 millions d'euros au T2-16.

La performance financière du métier Assurances demeure solide sur le trimestre. Le produit net bancaire est en hausse de +8,3%* par rapport au T2-15, à 221 millions d'euros. La contribution au résultat net part du Groupe s'inscrit en hausse de +10.2% au T2-16 à 97 millions d'euros.

Au S1-16, le produit net bancaire est en hausse de +8,1%* et le résultat net part du Groupe en hausse de +10,8% par rapport au S1-15.

Services Financiers aux Entreprises
Le métier de location longue durée et gestion de flottes de véhicules continue d'afficher sur le trimestre une croissance soutenue de son parc de +15,0% par rapport au T2-15. L'acquisition du Groupe Parcours, réalisée ce trimestre (+66 000 véhicules), permet à ALD Automotive de se renforcer sur le segment de la clientèle des PME et TPE et d'accélérer sa croissance sur les marchés français et européen. Cette performance s'appuie également sur le développement réussi de ses partenariats avec les constructeurs automobiles et les réseaux bancaires.

Les activités de Financement de biens d'équipement professionnels affichent des encours de crédits de 16,0 milliards d'euros (hors affacturage), en hausse de +4.9%* par rapport au T2 15, tirés par les secteurs du transport et de l'équipement industriel. Les marges à la production se maintiennent malgré un environnement concurrentiel intense.

Au T2-16, les Services Financiers aux Entreprises affichent une dynamique toujours soutenue avec un produit net bancaire de 418 millions d'euros, en forte progression par rapport au T2-15 (+9,3%*). Les frais de gestion s'élèvent à 207 millions d'euros, en hausse de +6,4%*. Les résultats sont en hausse de +23,3% par rapport au T2-15, avec une contribution au résultat net part du Groupe de 148 millions d'euros. Sur le premier semestre 2016, le produit net bancaire des Services Financiers aux Entreprises ressort à 803 millions d'euros (+8,1%* par rapport au S1-15), et le résultat net s'établit à 276 millions d'euros (+20,0% par rapport au S1-15).


  1. BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE ET SOLUTIONS INVESTISSEURS
En m EUR T2-16 T2 15 Variation S1-16 S1-15 Variation
Produit net bancaire 2 435 2 691 -9,5% -8,3%* 4 792 5 295 -9,5% -8,7%*
Frais de gestion (1 753) (1 760) -0,4% +0,6%* (3 470) (3 634) -4,5% -3,8%*
Résultat brut d'exploitation 682 931 -26,7% -25,2%* 1 322 1 661 -20,4% -19,5%*
Coût net du risque (106) (56) +89,3% +86,0%* (246) (106) x 2,3 x 2,4
Résultat d'exploitation 576 875 -34,2% -32,6%* 1 076 1 555 -30,8% -30,1%*
Résultat net part du Groupe 448 702 -36,2% -32,3%* 902 1 234 -26,9% -23,2%*
RONE 11,8% 16,5%     11,7% 15,5%    
RONE ajusté (1) 10,6% 15,7%     10,1% 16,3%    
  1. Corrigé de l'application d'IFRIC 21 et de l'impact non-récurrent positif du remboursement de l'amende Euribor au T1-16

Au T2-16, le produit net bancaire de la Banque de Grande Clientèle et Solutions Investisseurs atteint 2 435 millions d'euros, en hausse pour le troisième trimestre consécutif. Il s'inscrit toutefois en retrait de -9,5% par rapport à un T2-15 qui bénéficiait d'un environnement de marché particulièrement favorable sur l'ensemble des activités (2 691 millions d'euros).

Sur le premier semestre 2016, le produit net bancaire s'élève à 4 792 millions d'euros, en baisse de -9,5% sur un an.

Activités de Marché et Services aux Investisseurs
Au T2-16, le produit net bancaire des Activités de Marché et Services aux Investisseurs s'inscrit à 1 544 millions d'euros, en baisse de -11,3% par rapport au T2-15 (et de -12,1% au S1-16 à 3 093 millions d'euros). Dans la continuité du trimestre précédent, le second trimestre a été marqué par une normalisation progressive des marchés et une activité commerciale globalement soutenue, malgré le résultat du referendum sur la sortie du Royaume-Uni de l'UE.

  • Les activités Actions présentent un produit net bancaire en baisse de -29,2% au T2-16 par rapport au T2-15, à 568 millions d'euros, et une baisse de -33,1% au S1-16 par rapport au S1-15. En dépit d'une reprise de la demande sur les produits structurés, notamment en Asie, l'activité est en baisse par rapport à un premier semestre 2015 très porteur. Les produits listés, dans lesquels le Groupe conserve une position reconnue de leader mondial, confirment la bonne tendance du premier trimestre, avec une forte demande des clients, alors que les autres activités du métier, notamment le « cash actions » connaissent des résultats en baisse.
  • A 629 millions d'euros, le produit net bancaire des activités Taux, crédit, changes et matières premières est en hausse de +2,8% par rapport au T2-15 et de +9,7% au S1-16. Cette bonne performance est tirée par les activités Taux et Matières Premières qui continuent sur leur lancée du premier trimestre, ainsi que de la contribution en hausse de l'activité Emergents.
  • Le produit net bancaire des activités de Prime Services s'élève à 176 millions d'euros au T2-16, en progression de +23,1% par rapport au T2-15 (et de +17,0% au S1-16 par rapport au S1-15). Ce résultat reflète une dynamique commerciale soutenue et la réussite de l'intégration de Newedge.
  • Les actifs en conservation du Métier Titres atteignent 4 012 milliards d'euros à fin juin 2016, en progression de 1,0% sur un an. Sur la même période, les actifs administrés sont en recul de -4,0% à 580 milliards d'euros. Sur le T2-16, les revenus du Métier Titres sont en baisse de -7,1% par rapport au T2-15 à 171 millions d'euros (et de -11,5% au S1-16 par rapport au S1-15), sous l'effet d'une moindre activité transactionnelle, de la baisse des marchés et d'un environnement de taux négatif.


Financement et Conseil
Le produit net bancaire des métiers de Financement et Conseil ressort à 637 millions d'euros, en recul de -7,8% par rapport à un T2-15 très élevé, mais quasiment stables au S1-16 (-0,7% par rapport au S1-15). La performance est tirée par les activités de marchés de capitaux, notamment sur Debt Capital Markets qui tire profit d'un marché actif ce trimestre. Le T2-16 est également marqué par le dynamisme commercial des activités de banque d'investissement, tant sur les émissions actions que sur les métiers de conseil. Les activités de financement de ressources naturelles conservent leur dynamisme, dans un environnement fortement concurrentiel. L'expertise de Société Générale a été à nouveau saluée ce trimestre par le titre de « Best Export Finance Bank » décerné par Trade Export Finance .

Gestion d'Actifs et Banque Privée
Le produit net bancaire de la ligne-métier Gestion d'Actifs et Banque Privée s'établit à 254 millions d'euros au T2-16, en recul de -1,9% par rapport au T2-15. Sur le semestre, le recul s'établit à -12,2%, dans un contexte de marché baissier et de faible activité transactionnelle.

Les actifs sous gestion de la Banque Privée atteignent 116,8 milliards d'euros à fin juin 2016. Tirés par une collecte de +0,7 milliard d'euros, notamment en France et au Royaume-Uni. Après l'intégration de Kleinwort Benson, les actifs sous gestion sont en légère hausse (+0,4%) par rapport au S1-15, malgré des effets de marché et de change négatifs. Le produit net bancaire est en hausse de +1,5% par rapport au T2-15, à 204 millions d'euros, grâce aux effets périmètre, mais en recul de -9.5% au S1-16. La marge brute se maintient à un niveau satisfaisant de 106 points de base.

Les actifs sous gestion de Lyxor ressortent à 100,9 milliards d'euros (+1,4% par rapport au S1-15), soutenus par une collecte positive. Lyxor conserve sa position de n°3 en Europe sur les ETF avec une part de marché de 10.1% (source ETFGI). Sur le T2-16, le produit net bancaire s'élève à 43 millions d'euros, en retrait par rapport à 2015 (-17,3% par rapport au T2-15 et -27,9% au S1-16 par rapport au S1-15) mais en forte progression comparativement au premier trimestre.

Frais de gestion
Les frais de gestion de la Banque de Grande Clientèle et Solutions Investisseurs sont en léger recul de -0,4% au T2-16 par rapport au T2-15. Sur le semestre, ils sont en baisse de -4,5%, le premier trimestre intégrant l'effet négatif de l'application de la norme IFRIC 21, compensée par le remboursement d'une partie de l'amende Euribor ( [1] ) . Retraité de ces deux effets, les frais de gestion sont globalement stables par rapport au S1-15, reflétant les efforts de maîtrise des coûts réalisés. Le coefficient d'exploitation s'établit à 72,4% au S1-16.

Résultat d'exploitation
Le résultat brut d'exploitation s'établit à 682 millions d'euros, en recul de -26,7% par rapport à un niveau élevé au T2-15, et de -20,4% au S1-16 par rapport au S1-15, à 1 322 millions d'euros.

Le coût du risque s'élève à -106 millions d'euros au T2-16 en amélioration de 36 millions d'euros par rapport au T1-16. Au S1-16 le coût du risque est de -246 millions (-106 millions d'euros au S1-15).

Au total, le pôle enregistre un résultat d'exploitation de 576 millions d'euros au T2-16 en recul de -34,2% en par rapport au T2-15 et de 1 076 millions d'euros au S1-16 en recul de -30,8%.

Résultat net
Au T2-16, la contribution du pôle au résultat net part du Groupe s'élève à 448 millions d'euros (-36,2% par rapport au T2-15) et à 902 millions d'euros au S1-16. Retraité de l'effet de la norme IFRIC 21 et du remboursement partiel de l'amende Euribor, le ROE du pôle s'établit à 10,1% au S1-16 (11,7% en données brutes).


  1. HORS PÔLES
En m EUR T2-16 T2 15 S1-16 S1-15
Produit net bancaire 558 148 467 38
Produit net bancaire (1) 770 (164) 534 (336)
Frais de gestion 12 (13) 3 (33)
Résultat brut d'exploitation 570 135 470 5
Résultat brut d'exploitation (1) 782 (177) 537 (369)
Coût net du risque (199) (198) (191) (198)
Gains ou pertes nets sur autres actifs (29) (12) (11) (3)
Résultat net part du Groupe 174 (97) 16 (188)
Résultat net part du Groupe (1) 313 (302) 60 (433)
  1. Hors réévaluation de la dette liée au risque de crédit propre

Le Hors Pôles inclut :

  • la gestion immobilière du siège social du Groupe,
  • le portefeuille de participations du Groupe,
  • les fonctions de centrale financière du Groupe,
  • certains coûts relatifs aux projets transversaux et certains coûts engagés par le Groupe et non refacturés aux métiers.

Le produit net bancaire du Hors Pôles s'élève à 558 millions d'euros au T2-16 (148 millions d'euros au T2-15), et à 770 millions d'euros hors réévaluation de la dette liée au risque de crédit propre (-164 millions au T2-15). Le résultat brut d'exploitation du Hors Pôles s'élève à 570 millions d'euros au T2-16 contre 135 millions d'euros au T2-15. Retraité de la réévaluation de la dette liée au risque de crédit propre (voir note méthodologique n°7), le résultat brut d'exploitation s'élève à 782 millions d'euros au T2-16 (contre -177 millions d'euros au T2-15).

Les revenus du Hors Pôles intègrent au T2-16 la plus value de cession des titres Visa Inc, pour 725 millions d'euros au T2-16, reflétant les cessions de titres réalisées par les différentes entités et filiales du Groupe. Le résultat brut d'exploitation, hors éléments non-économiques et plus value de cession s'élève ainsi à 57 millions d'euros au T2-16 et -188 millions d'euros au S1-16.

La contribution au résultat net part du Groupe du Hors Pôles est de 174 millions d'euros au T2-16, contre -97 millions d'euros en au T2-15.


  1. CONCLUSION

Au premier semestre 2016, Société Générale dégage un résultat net part du Groupe de 2 385 millions d'euros. Ce résultat solide réalisé dans des conditions difficiles reflète le dynamisme et la force du modèle bancaire équilibré du Groupe, la qualité de ses portefeuilles et l'engagement de ses équipes au service de ses clients. Soutenu par la cession des titres Visa, le BNPA est en forte progression au premier semestre, à 2,77 euros hors éléments non-économiques (+25% par rapport au premier semestre 2015). L'Actif Net Tangible par Action est en hausse de +4,1% par rapport à fin juin 2015 et de +18,4% en quatre ans. Société Générale réaffirme ce trimestre ses engagements de maîtrise des frais de gestion, de poursuite d'une transformation en profondeur de son modèle vers plus de synergies et d'efficience, pour compenser la hausse des coûts réglementaires financer son développement, et accroître sa rentabilité.


  1. CALENDRIER FINANCIER 2016-2017

Calendrier de communication financière 2016-2017

  3 novembre  2016     Résultats du troisième trimestre et des neuf premiers mois de l'année 2016
  9    février     2017     Résultats du quatrième trimestre et de l'année 2016
  4      mai       2017     Résultats du premier trimestre 2017
  2     août      2017     Résultats du deuxième trimestre et du premier semestre 2017
  3 novembre  2017     Résultats du troisième trimestre 2017



 

Ce document comporte des éléments de projection relatifs aux objectifs et stratégies du Groupe Société Générale.

Ces projections reposent sur des hypothèses, à la fois générales et spécifiques, notamment l'application de principes et de méthodes comptables conformes au référentiel IFRS (International Financial Reporting Standards) tel qu'adopté dans l'Union européenne, ainsi que l'application de la réglementation prudentielle en vigueur à ce jour.

Ces éléments sont issus de scenarii fondés sur un certain nombre d'hypothèses économiques dans un contexte concurrentiel et réglementaire donné. Le Groupe peut ne pas être en mesure :

– d'anticiper tous les risques, incertitudes ou autres facteurs susceptibles d'affecter son activité et d'en évaluer leurs conséquences potentielles ;

– d'évaluer avec précision dans quelle mesure la matérialisation d'un risque ou d'une combinaison de risques pourrait entraîner des résultats significativement différents de ceux projetés dans cette présentation.

 Par conséquent, bien que Société Générale estime qu'ils reposent sur des hypothèses raisonnables, ces éléments de projection sont soumis à de nombreux risques et incertitudes, notamment des sujets dont le Groupe ou sa direction n'ont pas encore connaissance ou actuellement jugés non significatifs, et rien ne garantit que les événements anticipés se matérialiseront ou que les objectifs mentionnés seront atteints. Les facteurs importants susceptibles d'entraîner une différence marquée entre les résultats réels et les résultats anticipés dans les éléments de projection comprennent, entre autres, les tendances de l'activité économique en général et celles des marchés de Société Générale en particulier, les changements réglementaires et prudentiels et le succès des initiatives stratégiques, opérationnelles et financières de Société Générale.

Des informations détaillées sur les risques potentiels susceptibles d'affecter les résultats financiers de Société Générale sont consultables dans le Document de référence déposé auprès de l'Autorité des Marchés Financiers.

Il est recommandé aux investisseurs de tenir compte des facteurs d'incertitudes et de risque susceptibles d'affecter les opérations du Groupe lorsqu'ils examinent les informations contenues dans les éléments de projection. Au-delà des obligations légales en vigueur, Société Générale ne s'engage aucunement à mettre à jour ou à réviser ses éléments de projection. Sauf mention contraire, les sources des classements et des positions de marché sont internes.



  1. ANNEXE 1 : DONNÉES CHIFFRÉES

COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE
(en millions d'euros)

  S1-16 S1-15 Variation T2-16 T2-15 Variation
En M EUR                
Produit net bancaire 13 159 13 222 -0,5% +0,7%* 6 984 6 869 +1,7% +3,0%*
Frais de gestion (8 403) (8 566) -1,9% -0,6%* (4 119) (4 124) -0,1% +1,3%*
Résultat brut d'exploitation 4 756 4 656 +2,1% +3,2%* 2 865 2 745 +4,4% +5,6%*
Coût net du risque (1 188) (1 337) -11,1% -7,4%* (664) (724) -8,3% -5,3%*
Résultat d'exploitation 3 568 3 319 +7,5% +7,2%* 2 201 2 021 +8,9% +9,4%*
Gains ou pertes nets sur autres actifs (12) (41) +70,7% +66,7%* (16) (7) n/s n/s
Quote-part des résultats net des entreprises mises en équivalence 68 110 -38,2% +7,9%* 33 42 -21,4% x 2,2
Pertes de valeur des écarts d'acquisition        
Impôts sur les bénéfices (1 011) (967) +4,6% +4,2%* (627) (597) +5,0% +5,8%*
Résultat net 2 613 2 421 +7,9% +9,6%* 1 591 1 459 +9,0% +11,5%*
Dont participations ne donnant pas le contrôle 228 202 +12,9% +12,9%* 130 108 +20,4% +20,4%*
Résultat net part du Groupe 2 385 2 219 +7,5% +9,3%* 1 461 1 351 +8,1% +10,8%*
Ratio Tier 1 fin de période 13,6% 12,7%     13,6% 12,7%    

*   A périmètre et taux de change constants

RESULTAT NET PART DU GROUPE APRES IMPOT PAR METIER
(en millions d'euros)

  S1-16 S1-15 Variation T2-16 T2-15 Variation
Banque de détail en France 731 704 +3,8% 403 425 -5,2%
Banque de détail et Services Financiers Internationaux 736 469 +56,9% 436 321 +35,8%
Banque de Grande Clientèle et Solutions Investisseurs 902 1 234 -26,9% 448 702 -36,2%
TOTAL METIERS 2 369 2 407 -1,6% 1 287 1 448 -11,1%
Hors Pôles 16 (188)   174 (97)  
GROUPE 2 385 2 219 +7,5% 1 461 1 351 +8,1%

BILAN CONSOLIDE

Actif – en Md EUR 30.06.2016 31.12.2015
Caisse, banques centrales 105,9 78,6
Actifs financiers à la juste valeur 560,3 519,3
Instruments dérivés de couverture 22,8 16,5
Actifs financiers disponibles à la vente 145,3 134,2
Prêts et créances sur les établissements de crédit 79,7 71,7
Prêts et créances sur la clientèle 420,1 405,3
Ecart de réévalution des portefeuilles couverts en taux 3,2 2,7
Actifs financiers détenus jusqu'à l'échéance 4,1 4,0
Actifs d'impôts 6,3 7,4
Autres actifs 85,6 69,4
Actifs non courants destinés à être cédés 0,1 0,2
Participations dans les sociétés mises en équivalence 1,1 1,4
Immobilisations corporelles et incorporelles 20,9 19,4
Ecarts d'acquisition 4,7 4,4
Total 1 460,2 1 334,4



Passif – en Md EUR 30.06.2016 31.12.2015
Banques centrales 8,2 7,0
Passifs financiers à la juste valeur par résultat 522,5 455,0
Instruments dérivés de couverture 13,7 9,5
Dettes envers les établissements de crédit 104,1 95,5
Dettes envers la clientèle 400,5 379,6
Dettes représentées par un titre 105,2 106,4
Ecart de réévaluation des portefeuilles couverts en taux 11,2 8,1
Passifs d'impôts 1,1 1,6
Autres passifs 100,9 83,1
Dettes liées aux actifs non courants destinés à être cédés 0,2 0,5
Provisions techniques des entreprises d'assurance 111,4 107,3
Provisions 5,8 5,2
Dettes subordonnées 13,8 13,1
Capitaux propres part du Groupe 58,5 59,0
Participations ne donnant pas le contrôle 3,5 3,6
Total 1 460,2 1 334,4

(1) Les prêts et créances sur la clientèle incluent les créances de location-financement.


  1. NOTES METHODOLOGIQUES

1 – Les résultats consolidés du Groupe au 30 juin 2016 ont été examinés par le Conseil d'administration en date du 2 août 2016. Les procédures d'examen limité par les Commissaires aux comptes sont en cours sur les comptes consolidés semestriels résumés au 30 juin 2016.

A noter que les données relatives à l'exercice 2015 ont été retraitées en raison de la modification des règles de calcul d'allocation des fonds propres normatifs (sur la base de 11% des RWA – encours pondérés des risques – depuis le 1er janvier 2016 contre 10% auparavant).

2 – Produit net bancaire

Le produit net bancaire des piliers est défini en page 39 du Document de référence 2016 de Société Générale. Les termes « Revenus » ou « Produit net bancaire » sont utilisés indifféremment. Ils donnent une mesure normalisée des produits nets bancaires de chaque pilier tenant compte des capitaux propres normatifs mobilisés pour son activité.

3- Frais de gestion

Les Frais de gestion correspondent aux « Charges Générales d'exploitation » telles que présentées dans la note 8.1 aux Etats financiers consolidés du Groupe au 31 décembre 2015 (pages 361 et s. du Document de référence 2016 de Société Générale). Le terme « coûts » est également utilisé pour faire référence aux Charges générales d'exploitation.

Le Coefficient d'exploitation est défini en page 488 du Document de référence 2016 de Société Générale.

4 – Ajustement IFRIC 21

L'ajustement IFRIC 21 corrige le résultat des charges constatées en comptabilité dans leur intégralité dès leur exigibilité (fait générateur) pour ne reconnaître que la part relative au trimestre en cours, soit un quart du total. Il consiste à lisser la charge ainsi constatée sur l'exercice afin de donner une idée plus économique des coûts réellement imputables à l'activité sur la période analysée.

Les corrections apportées à ce titre aux frais de gestion pour les différents pôles et le Groupe pour le premier semestre 2016 sont rappelées ci-dessous :

  Banque de détail en France Banque de détail et Services Financiers Internationaux Banque de Grande Clientèle et Solutions Investisseurs Hors pôles Groupe
En M EUR S1-16 S1-15 S1-16 S1-15 S1-16 S1-15 S1-16 S1-15 S1-16 S1-15
Total IFRIC 21 – Frais de gestion -85 -62 -126 -116 -261 -188 -49 -35 -523 -400
dont Fonds de Résolution -34 -20 -34 -23 -160 -100 -5   -232 -142


5 – Retraitements et autres éléments notables de la période

Les éléments non économiques correspondent à la réévaluation de la dette liée au risque de crédit propre et à l'ajustement de valeur lié au risque de crédit propre sur instruments dérivés (DVA). Ces deux facteurs constituent les éléments non économiques retraités dans les analyses des résultats du Groupe. Ils conduisent à constater un résultat sur soi-même reflétant l'évaluation par le marché du risque de contrepartie sur le Groupe. Ils sont également retraités du résultat du Groupe pour les calculs de ratios prudentiels.

Par ailleurs, le Groupe retraite des revenus et résultats du pilier de Banque de détail en France les dotations ou reprises aux provisions PEL/CEL . Cet ajustement permet de mieux identifier les revenus et résultats relatifs à l'activité du pilier, en excluant la part volatile liée aux engagements propres à l'épargne réglementée.

Ces éléments, ainsi que les autres éléments faisant l'objet d'un retraitement ponctuel ou récurrent, sont détaillés ci-après.

En M EUR                        
T2-16   Produit net bancaire Frais de gestion   Autres   Coût du risque   Résultat net
part du Groupe
Réévaluation des dettes liées au risque de crédit propre* (212)               (139)   Hors Pôles
Impact DVA comptable*   1               0   Groupe
Impact CVA comptable**   (24)               (17)   Groupe
Plus value de cession Visa   725               662   Hors Pôles
Provision pour litiges               (200)   (200)   Hors Pôles
Provision PEL/CEL   13               9   Banque de détail en France
En M EUR                        
T2-15   Produit net bancaire Frais de gestion   Autres   Coût du risque   Résultat net
part du Groupe
Réévaluation des dettes liées au risque de crédit propre* 312               204   Hors Pôles
Impact DVA comptable*   14               9   Groupe
Impact CVA comptable**   16               10   Groupe
Provision pour litiges               (200)   (200)   Hors Pôles
Provision PEL/CEL   34               21   Banque de détail en France
                         




En M EUR                        
S1-16   Produit net bancaire Frais de gestion   Autres   Coût du risque   Résultat net
part du Groupe
Réévaluation des dettes liées au risque de crédit propre* (67)               (44)   Hors Pôles
Impact DVA comptable*   1               1   Groupe
Impact CVA comptable**   (78)               (56)   Groupe
Remboursement Amende Euribor       218           218   Banque de la Grande Clientèle et Solutions Investisseurs
Plus value de cession Visa   725               662   Hors Pôles
Provision pour litiges               (200)   (200)   Hors Pôles
Provision PEL/CEL   (10)               (7)   Banque de détail en France
En M EUR                        
S1-15   Produit net bancaire Frais de gestion   Autres   Coût du risque   Résultat net
part du Groupe
Réévaluation des dettes liées au risque de crédit propre* 374               245   Hors Pôles
Impact DVA comptable*   5               3   Groupe
Impact CVA comptable**   17               11   Groupe
Provision pour litiges               (200)   (200)   Hors Pôles
Provision PEL/CEL   (75)               (47)   Banque de détail en France
                         

6 – Coût du risque en points de base, taux de couverture des encours douteux

Le coût net du risque ou coût net du risque commercial est défini en pages 39 et 488 du Document de référence 2016 de Société Générale. Cet indicateur permet d'apprécier le niveau de risque de chacun des piliers en pourcentage des engagements de crédit bilanciels, y compris locations simples.

    T2-16 T2-15 S1-16 S1-15
Banque de détail en France Coût net du risque (M EUR) 157 169 323 380
Encours bruts de crédits (EUR M) 187 263 178 922 187 750 178 526
Coût du risque en pb 33 38 34 43
Banque de détail et services financiers internationaux Coût net du risque (M EUR) 185 283 401 618
Encours bruts de crédits (EUR M) 116 393 117 075 116 310 116 043
Coût du risque en pb 64 96 69 106
Banque de grande clientèle et services aux investisseurs Coût net du risque (M EUR) 103 36 244 73
Encours bruts de crédits (EUR M) 143 925 136 825 140 970 130 526
Coût du risque en pb 29 10 35 11
Groupe Société Générale Coût net du risque (M EUR) 442 487 958 1 071
Encours bruts de crédits (EUR M) 459 994 440 946 456 950 432 746
Coût du risque en pb 38 44 42 49

Le taux de couverture brut des encours douteux est déterminé en rapportant les provisions constatées au titre du risque de crédit aux encours bruts identifiés comme en défaut au sens de la réglementation, sans tenir compte des éventuelles garanties apportées. Ce taux de couverture mesure le risque résiduel maximal associé aux encours en défaut (« douteux »).

7 – ROE, RONE

La notion de ROE ainsi que la méthodologie de calcul de celui-ci sont précisées en page 40 du Document de référence 2016 de Société Générale. Cette mesure permet d'apprécier le rendement des fonds propres de Société Générale.

Le RONE ( Return on Normative Equity ) détermine le rendement sur capitaux propres normatifs moyens alloués aux métiers du Groupe, selon les principes présentés en page 39 du Document de référence de Société Générale. Les données relatives à l'exercice 2015 ont été ajustées pour tenir compte du principe d'allocation en vigueur depuis le 1 er janvier 2016, sur la base de 11% des encours pondérés des métiers.

Détermination du ROE (Return on Equity) du Groupe

Les corrections apportées aux capitaux propres comptables et symétriquement au résultat net part du Groupe pour la détermination du ROE de la période sont détaillées dans le tableau ci-dessous :

 (en millions d'euros)

Fin de période S1-16 T1-16 2015 S1-15
Capitaux propres part du Groupe 58 475 59 039 59 037 56 146
Titres super subordonnés (TSS) (8 944) (8 823) (9 552) (8 282)
Titres Subordonnés à Durée Indéterminée (TSDI) (373) (358) (366) (356)
Intérêts nets d'impôts à verser sur TSS & TSDI, intérêts versés aux porteurs de TSS & TSDI, amortissements des primes d'émission (185) (235) (146) (161)
Gains/Pertes latents enregistrés en capitaux propres, hors réserves de conversion (1 414) (1 732) (1 582) (1 150)
Provision pour dividende (1 106) (1 952) (1 593) (885)
Fonds propres ROE 46 453 45 939 45 798 45 312
Fonds propres ROE moyens 46 033 45 869 44 889 44 219

Détermination du RONE : Fonds propres alloués aux métiers (M EUR)

  T2-16 T2-15 S1-16 S1-15
Banque de détail en France 10 275 10 765 10 355 10 722
Banque de détail et Services Financiers Internationaux 10 493 10 466 10 494 10 382
Banque de Grande Clientèle et Solutions Investisseurs 15 164 17 039 15 472 15 971


8 – L' Actif net et l'Actif net tangibles sont définis dans la méthodologie, page 40 du Document de référence 2016 du Groupe (« Actif Net »). Les éléments permettant de les déterminer sont présentés ci-après.

(en millions d'euros)

Fin de période S1-16 T1-16 2015 S1-15
Capitaux propres part du Groupe 58 475 59 039 59 037 56 146
Titres super subordonnés (TSS) (8 944) (8 823) (9 552) (8 282)
Titres Subordonnés à Durée Indéterminée (TSDI) (373) (358) (366) (356)
Intérêts nets d'impôts à verser sur TSS & TSDI, intérêts versés aux porteurs de TSS & TSDI, amortissements des primes d'émission (185) (235) (146) (161)
Valeur comptable des actions propres détenues dans le cadre des activités de trading 103 32 125 160
Actif Net Comptable 49 076 49 655 49 098 47 507
Ecarts d'acquisition 4 820 4 532 4 533 5 159
Actif Net Tangible par Action 44 256 45 123 44 565 42 348
         
Nombre de titres retenus pour le calcul de l'ANA** 799 217 799 217 796 726 796 533
         
ANA** (EUR) 61,4 62,1 61,6 59,6
Actif Net Tangible par Action (EUR) 55,4 56,5 55,9 53,2

9 – Détermination du Bénéfice Net par Action (BNPA)

Le BNPA publié par Société Générale est déterminé selon les règles définies par la norme IAS 33 (Cf. page 40 du Document de référence 2016 de Société Générale). Les corrections apportées au Résultat net part du Groupe pour la détermination du BNPA correspondent aux retraitements effectués pour la détermination du ROE. Ainsi que précisé en page 40 du Document de référence 2016 de Société Générale, le Groupe publie également un BNPA ajusté de l'incidence des éléments non-économiques présentés en note méthodologique n°5.

Le nombre d'actions retenu pour le calcul est le suivant :

Nombre moyen de titres, en milliers   S1-16 T1-16 2015 S1-15
Actions existantes   807 083 806 872 805 950 805 803
Déductions          
Titres en couverture des plans d'options d'achat et des actions gratuites attribuées aux salariés 3 807 3 191 3 896 3 943
Autres actions d'autodétention et d'auto-contrôle 4 889 5 709 9 551 12 112
Nombre de Titres retenus pour le calcul du BNPA 798 387 797 972 792 503 789 748
Résultat net part du Groupe   2 385 924 4 001 2 219
Intérêts net d'impôt sur TSS et TSDI   (220) (112) (442) (215)
Plus-values nette d'impôt sur rachats partiels   0 0 0 0
Résultat net part du Groupe corrigé   2 165 812 3 559 2 004
           
BNPA (en EUR) (1)   2,71 1,02 4,49 2,54

Conformément à la norme IAS 33, les données historiques par action antérieures à la date de détachement d'un Droit Préférentiel de Souscription sont retraitées du coefficient d'ajustement correspondant à l'opération

10 – Les fonds propres Common Equity Tier 1 du Groupe Société Générale sont déterminés conformément aux règles CRR/CRD4 applicables. Les ratios de solvabilité non phasés sont présentés pro-forma des résultats courus, nets de dividendes, de l'exercice en cours, sauf mention contraire. Lorsqu'il est fait référence aux ratios phasés, ceux-ci n'intègrent pas les résultats de l'exercice en cours, sauf mention contraire. Le ratio de levier est déterminé selon les règles CRR/CRD4 applicables intégrant les dispositions de l'acte délégué d'octobre 2014.

NB (1) En raison des règles d'arrondi, la somme des valeurs figurant dans les tableaux et analyses peut différer légèrement du total reporté.

(2) Société Générale rappelle que l'ensemble des informations relatives aux résultats de la période (notamment : communiqué de presse, données téléchargeables, diapositives de présentation et annexes) sont disponibles sur son site internet www.societegenerale.com dans la partie « Investisseur ».

S ociété Générale

Société Générale est l'un des tout premiers groupes européens de services financiers. S'appuyant sur un modèle diversifié de banque universelle, le Groupe allie solidité financière et stratégie de croissance durable avec l'ambition d'être la banque relationnelle, référence sur ses marchés, proche de ses clients, choisie pour la qualité et l'engagement de ses équipes.

Acteur de l'économie réelle depuis 150 ans, Société Générale emploie plus de 145 000 collaborateurs, présents dans 66 pays, et accompagne au quotidien 31 millions de clients dans le monde entier en offrant une large palette de conseils et solutions financières sur mesure aux particuliers, entreprises et investisseurs institutionnels, qui s'appuie sur trois pôles métiers complémentaires :

La banque de détail en France avec les enseignes Société Générale, Crédit du Nord et Boursorama qui offrent des gammes complètes de services financiers avec un dispositif omnicanal à la pointe de l'innovation digitale .
La banque de détail à l'international, l'assurance et les services financiers aux entreprises avec des réseaux présents dans les zones géographiques en développement et des métiers spécialisés leaders dans leurs marchés.
La banque de financement et d'investissement, banque privée, gestion d'actifs et métier titres avec leurs expertises reconnues, positions internationales clés et solutions intégrées.
Société Générale figure dans les principaux indices de développement durable : DJSI (World et Europe), FTSE4Good (Global et Europe), Euronext Vigeo (Europe, Eurozone et France), ESI Excellence (Europe) d'Ethibel et 4 des indices STOXX ESG Leaders.

Pour plus d'information, vous pouvez nous suivre sur :

www.societegenerale.com

     
@SocieteGenerale
https://twitter.com/
SocieteGenerale
http://www.linkedin.com/
company/societe-generale
https://www.youtube.com/
user/societegenerale





(1) Ajusté d'IFRIC 21 et h or s éléments non économiques, dotations PEL/CEL . En 2016, hors remboursement Euribor,et  plus-value Visa (soit une réduction du résultat net part du Groupe de -880 M EUR au S1-16, dont -662 M EUR au T2-16)

(1) Le ratio phasé, incluant les résultats de l'exercice en cours, s'élève à 11,5% à fin juin 2016, contre 11,4% à fin décembre 2015.

(1) Résultat de SG Russie : contribution des entités Rosbank, Delta Credit Bank, Rusfinance Bank, Société Générale Insurance, ALD automotive et de leurs filiales consolidées aux résultats des métiers du Groupe

( [1] ) Remboursement partiel de l'amende Euribor au T1-16 de 218 M EUR



This announcement is distributed by NASDAQ OMX Corporate Solutions on behalf of NASDAQ OMX Corporate Solutions clients.

The issuer of this announcement warrants that they are solely responsible for the content, accuracy and originality of the information contained therein.

Source: Société Générale via GlobeNewswire

HUG#2032764

Print Friendly

SOCIETE GENERALE : INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE, T2-2016 et S1-2016

ACTUALITÉS ÉCONOMIQUES ET FINANCIÈRES |