Celgene Corporation (NASDAQ : CELG) a annoncé aujourd’hui que l’U.S.
Food and Drug Administration (FDA) a approuvé l’OTEZLAMD (apremilast),
l’inhibiteur sélectif de la phosphodiestérase 4 (PDE4) pour le
traitement des patients adultes atteints de polyarthrite psoriasique
évolutive. Un trouble chronique, la polyarthrite psoriasique se
caractérise par la douleur, la rigidité, l’enflure et la sensibilité des
articulations, l’inflammation des ligaments et des tendons associés aux
articulations touchées et une diminution de la capacité physique
fonctionnelle. L’OTEZLA est le seul médicament administré par voie orale
qui est approuvé par la FDA pour le traitement de la polyarthrite
psoriasique.

« L’approbation de l’OTEZLA administré par voie orale est une bonne
nouvelle pour les patients atteints de polyarthrite psoriasique, une
maladie douloureuse et débilitante qui affecte grandement les activités
quotidiennes des patients, a déclaré Dr Alvin Wells, M.D., Ph.D.,
directeur du Rheumatology and Immunotherapy Center de Franklin, dans
l’État du Wisconsin. L’OTEZLA offre aux médecins et aux patients une
nouvelle option de traitement pouvant présenter des avantages importants
pour les patients atteints de polyarthrite psoriasique, peu importe le
traitement antérieur. »

« Le mécanisme d’action de l?OTEZLA diffère de celui d’autres
médicaments approuvés pour le traitement de la polyarthrite psoriasique
au moyen de l’inhibition intracellulaire de la PDE4, a déclaré Philip
Mease, MD, directeur de la division de recherche en rhumatologie
clinique du Swedish Medical Center et professeur clinicien à
l’Université de Washington. L’approbation d’un traitement par voie orale
employant un nouveau mécanisme d’action pour les patients atteints de
polyarthrite psoriasique offre une nouvelle approche des soins aux
patients. »

L’approbation s’est fondée sur les résultats en matière d’innocuité et
d’efficacité de trois essais multicentriques, à double insu et contrôlés
par placebo ? les études PALACE 1, 2 et 3 ? menées auprès de patients
adultes atteints de polyarthrite psoriasique évolutive qui n’étaient pas
contrôlés adéquatement par un médicament antirhumatismal modificateur de
la maladie (ARMM) et/ou un produit biologique. Plus de 75 pour cent des
patients avaient précédemment été traités avec des ARMM seuls et 22 pour
cent avec des produits biologiques.

Le traitement à l’OTEZLA avec ou sans (±) ARMM concomitant,
comparativement à un placebo ± ARMM concomitant, a conduit à une
atténuation significative des signes et symptômes de la polyarthrite
psoriasique, attestée par la proportion de patients ayant obtenu une
réponse ACR 20 à la seizième semaine de traitement. Dans l’étude
PALACE-1, 38 pour cent des patients recevant une dose de 30 mg
d’OTEZLAMD (apremilast) deux fois par jour ont obtenu une réponse ACR 20
à la seizième semaine comparativement à 19 pour cent seulement pour les
patients recevant un placebo. Des résultats semblables ont été observés
au cours des études PALACE-2 et PALACE-3. Dans les trois études, une
amélioration des réponses ACR 50 et ACR 70 a été observée à la seizième
semaine.

Une des caractéristiques de la polyarthrite psoriasique est la
sensibilité et l’enflure aux articulations. À la seizième semaine, les
patients recevant de l’OTEZLA avaient moins d’articulations enflées et
sensibles comparativement à ceux qui recevaient un placebo. À la
seizième semaine, le traitement à l’OTEZLA, comparativement au placebo,
amenait une amélioration de chacune des sept composantes des réponses
ACR. Des améliorations de la capacité physique fonctionnelle ont aussi
été constatées.

Le traitement à l’OTEZLA a amené une amélioration des symptômes de
dactylite (inflammation des doigts et des orteils) et d’enthésite
(inflammation des sites où les tendons ou les ligaments s’insèrent l’os)
chez les patients où ces symptômes étaient préexistants. L’enthésite et
la dactylite sont des manifestations caractéristiques de la polyarthrite
psoriasique.

Au cours des essais cliniques sur l’OTEZLA, la majorité des effets
indésirables les plus courants apparaissaient durant les deux premières
semaines de traitement et tendaient à se dissiper avec le temps sans
modification du dosage. Les effets indésirables signalés par au moins
deux pour cent des patients recevant une dose de 30 mg d’OTEZLA deux
fois par jour et ayant une intensité au moins un pour cent plus élevé
que celle observée chez les patients recevant un placebo pendant jusqu’à
16 semaines étaient les suivants : diarrhée, nausées, maux de tête,
infection des voies respiratoires supérieures, vomissements,
rhinopharyngite et douleurs abdominales supérieures. La proportion des
patients qui ont arrêté le traitement pour cause d’effets indésirables a
atteint 4,6 pour cent pour les patients recevant 30 mg d’OTEZLA deux
fois par jour et 1,2 pour cent pour les patients recevant un placebo.
Les effets indésirables évoqués par les patients qui ont arrêté le
traitement après avoir reçu une dose de 30 mg d’OTEZLA deux fois par
jour pendant jusqu’à 16 semaines étaient les nausées (1,8 pour cent), la
diarrhée (1,8 pour cent) et les maux de tête (1,2 pour cent).

L’OTEZLA est contre-indiqué chez les patients qui ont eu une réaction
allergique grave à l’OTEZLA ou à des composants de l’OTEZLA. Au cours
des trois études du programme PALACE, 1,0 pour cent (10/998) des
patients traités avec l’OTEZLA ont signalé une dépression ou une humeur
dépressive comparativement à 0,8 pour cent (4/495) des patients recevant
un placebo; 0,3 pour cent (4/1441) des patients traités avec l’OTEZLA
ont arrêté le traitement pour cause de dépression ou d’humeur dépressive
comparativement à aucun des patients recevant un placebo. Au cours du
programme PALACE, 10 pour cent des patients traités par OTEZLA,
comparativement à 3,3 pour cent des patients recevant un placebo, ont
signalé une perte de poids de cinq à dix pour cent. Il est recommandé
aux patients traités par OTEZLA de vérifier leur poids régulièrement.

Durant la phase contrôlée par placebo des essais cliniques, les groupes
recevant un placebo et ceux recevant de l’OTEZLA ont affiché un taux
comparable d’incidents cardiovasculaires majeurs et d’infections graves,
notamment des infections opportunistes et des lymphomes et d’autres
cancers. D’après l’étiquette du produit, les patients traités par OTEZLA
n’ont pas à se soumettre à des examens de laboratoire systématiques.

« Les patients et les médecins ont fait part de leur souhait d’un
traitement sûr et efficace de la polyarthrite psoriasique pouvant
simplifier la gestion des patients. Celgene est enthousiaste à l’idée de
mettre ses acquis en matière de science transformationnelle au service
du traitement des inflammations et de l’immunologie, en proposant une
nouvelle approche aux patients atteints de polyarthrite psoriasique, a
affirmé Scott Smith, directeur mondial, Inflammation et immunologie,
Celgene Corporation. L’approbation d’OTEZLA par la FDA est une bonne
nouvelle pour les patients et les professionnels de la santé qui sont à
la recherche d’une nouvelle façon de gérer la maladie. »

L’OTEZLAMD (apremilast) devrait être offert sur le marché des États-Unis
en mars 2014 à travers un réseau étendu de pharmacies spécialisées. Pour
obtenir des informations supplémentaires sur la distribution d’OTEZLA et
les services exclusifs de soutien du traitement (y compris l’aide pour
obtenir un remboursement et un soutien infirmier 24 heures par jour 7
jours par semaine), les médecins et les patients peuvent contacter
Otezla SupportPlus? au numéro 1-844-4OTEZLA (1-844-468-3952) ou visiter
le site www.OTEZLA.com.

À propos du programme PALACE

Le programme PALACE comporte trois études pivots de phase III
multicentriques, à double insu, contrôlées par placebo, en groupes
parallèles, possédant deux groupes de traitement actif. Dans ces études,
quelque 1 500 patients ont été répartis également et aléatoirement en
trois groupes recevant soit une dose de 20 mg d’OTEZLA deux fois par
jour, une dose de 30 mg d’OTEZLA deux fois par jour ou un placebo
d’apparence semblable, pendant 16 semaines. À la seizième semaine, une
partie des patients recevant un placebo ont été répartis aléatoirement
et assimilés à un des deux groupes recevant de l’OTEZLA tandis que le
reste de ces patients continuait de recevoir un placebo jusqu’à la
vingt-quatrième semaine. Après la vingt-quatrième semaine, les patients
ont commencé une phase de traitement actif à long terme avec étiquetage
en clair. Les études 1, 2 et 3 du programme PALACE ont porté sur un
vaste éventail de patients atteints de polyarthrite psoriasique
évolutive, y compris des patients qui avaient précédemment été traités
avec des ARMM oraux ou des produits biologiques, et un certain nombre de
patients qui n’avaient pas été soulagés par un antagoniste du facteur de
nécrose tumorale.

Le paramètre primaire des études 1, 2 et 3 du programme PALACE était le
critère modifié de l’American College of Rheumatology pour une
amélioration de 20 pour cent (ACR20) à la seizième semaine. Les
paramètres secondaires comprenaient d’autres mesures des signes et
symptômes de la polyarthrite psoriasique, de la capacité physique
fonctionnelle et des résultats constatés par les patients.

Dans son ensemble, le programme PALACE est à ce jour le plus important
programme sur la polyarthrite psoriasique à faire l’objet d’une
présentation réglementaire.

À propos de l’OTEZLA

L’OTEZLA est un inhibiteur oral à petite molécule de la
phosphodiestérase 4 (PDE4) visant l’adénosine monophosphate cyclique
(AMPc). L’inhibition de la PDE4 augmente le niveau intracellulaire de
l’AMPc.

Renseignements importants en matière d’innocuité

Contre-indications

L’OTEZLAMD (apremilast) est contre-indiqué chez les patients qui
présentent une hypersensibilité connue à l’apremilast ou à tout
excipient contenu dans sa formulation.

Mises en garde et précautions

Dépression

Le traitement à l’OTEZLA est associé à une augmentation des effets
indésirables de la dépression. Au cours des essais cliniques, 1,0 pour
cent (10/998) des patients traités avec l’OTEZLA ont signalé une
dépression ou une humeur dépressive comparativement à 0,3 pour cent
(4/1441) des patients recevant un placebo et 0,3 pour cent (4/1441) des
patients traités avec l’OTEZLA ont arrêté le traitement pour cause de
dépression ou d’humeur dépressive comparativement à aucun des patients
recevant un placebo (0/495). Des symptômes graves de dépression ont été
signalés chez 0,2 % (3/1441) des patients exposés à l’OTEZLA,
comparativement à aucun des patients recevant un placebo (0/495). Des
pensées et des comportements suicidaires ont été observés chez 0,2 %
(3/1441) des patients prenant de l’OTEZLA, comparativement à aucun des
patients recevant un placebo (0/495). Deux patients qui recevaient un
placebo se sont suicidés, comparativement à aucun des patients qui
prenaient de l’OTEZLA.

Il importe de peser soigneusement les risques et les avantages d’un
traitement à l’OTEZLA pour les patients ayant des antécédents de
dépression ou de pensées et de comportements suicidaires, et de la
poursuite d’un traitement à l’OTEZLA pour les patients présentant ces
symptômes. Les patients, les personnes soignantes et les familles des
patients doivent être informés de la nécessité d’exercer de la vigilance
vis-à-vis de l’apparition ou de l’aggravation des symptômes de
dépression, de pensées suicidaires ou de sauts d’humeur et, le cas
échéant, de communiquer avec leur fournisseur de soins de santé.

Perte de poids

Une perte de poids de 5 à 10 % a été signalée chez 10 % des patients
traités par OTEZLA et chez 3,3 % des patients recevant un placebo. Il
faut surveiller le poids régulièrement, évaluer les pertes de poids
importantes inexpliquées ou cliniquement significatives, et envisager
l’arrêt du traitement à l’OTEZLA.

Interactions médicamenteuses

L’exposition à l’apremilast est réduite lorsque l’OTEZLA est administré
conjointement avec de forts inducteurs du CYP450, comme la rifampicine,
qui peut diminuer l’efficacité de l’OTEZLA. L’utilisation concomitante
de l’OTEZLA et d’inducteurs du CYP450 enzyme (p. ex., rifampicine,
phénobarbital, carbamazépine, phénytoïne) n’est pas recommandée.

Effets indésirables

Les effets indésirables signalés chez au moins 2 % des patients traités
par OTEZLA, survenant à une fréquence d’au moins 1 % plus élevée que
chez les patients recevant un placebo, pendant jusqu’à 16 semaines
(après une première période d’ajustement de 5 jours) se déclinent comme
suit (% pour l’OTEZLA, % pour le placebo) : diarrhée (7,7, 1,6); nausées
(8,9, 3,1); maux de tête (5,9, 2,2); infection des voies respiratoires
supérieures (3,9, 1,8); vomissements (3,2, 0,4); rhinopharyngite (2,6,
1,6); douleurs abdominales supérieures (2,0, 0,2).

Utilisation auprès de populations particulières

Femmes enceintes et allaitantes

L’OTEZLA est classé dans la catégorie « Grossesse catégorie C »; les
effets du médicament n’ont pas été étudiés chez les femmes enceintes. Il
est recommandé de l’utiliser pendant la grossesse seulement si les
avantages potentiels l’emportent sur les risques pour le foetus. On ne
se sait pas si l’apremilast ou ses métabolites sont présents dans le
lait maternel. Il faut toutefois faire preuve d?une certaine prudence
lorsque l’OTEZLA est administré à une femme allaitante.

Insuffisance rénale

Le dosage d’OTEZLA doit être réduit chez les patients souffrant
d’insuffisance rénale sévère (taux d’épuration de la créatinine sérique
est < 30 mL/min); voir la section Posologie et administration des
informations posologiques complètes.

Cliquez
ici
pour obtenir des informations posologiques complètes.

À propos de la polyarthrite psoriasique

La polyarthrite psoriasique est une maladie inflammatoire chronique
douloureuse qui se caractérise par la douleur, la rigidité, l’enflure et
la sensibilité des articulations, l’inflammation des ligaments et des
tendons associés aux articulations touchées et une diminution de la
capacité physique fonctionnelle. On estime que près de 38 millions de
personnes dans le monde ont une polyarthrite psoriasique. La
polyarthrite psoriasique peut affecter les activités quotidiennes et
entraîner une invalidité professionnelle. Les signes et symptômes
courants de la polyarthrite psoriasique incluent des douleurs, une
rigidité et un gonflement des articulations. Pour en savoir plus sur la
polyarthrite psoriasique, visitez le site www.discoverpsa.com.
Pour en savoir plus sur le rôle de la PDE4 dans les maladies
inflammatoires, visitez le site www.discoverpde4.com.

À propos de Celgene

Celgene Corporation, basée à Summit, dans l?État du New Jersey, est une
société pharmaceutique internationale intégrée qui se consacre
principalement à la découverte, au développement et à la
commercialisation de médicaments novateurs pour le traitement du cancer
et des maladies inflammatoires au moyen de la régulation des gènes et
des protéines. Pour de plus amples renseignements, visitez le site www.celgene.com.

Énoncés prospectifs

Le présent communiqué de presse contient des énoncés prospectifs qui
relatent généralement des faits non historiques. Les énoncés prospectifs
se caractérisent par l?emploi de termes comme « s’attend à », « anticipe
», « croit », « cherche à », « estime », « prévoit », « perspectives »
et d’expressions similaires au présent, au futur et au conditionnel. Les
énoncés prospectifs s’appuient sur les projets, estimations,
suppositions et projections actuels de la direction et ne sont valables
qu’à la date de leur formulation. Nous n’assumons aucune obligation de
mise à jour d’un quelconque énoncé prospectif, que ce soit à la lumière
de nouvelles informations ou d’événements futurs, sauf dans la mesure où
la loi l’exige. Les énoncés prospectifs comportent des incertitudes et
des risques inhérents, dont la plupart sont difficilement prévisibles et
qui sont généralement en dehors de notre contrôle. Les résultats réels
peuvent différer sensiblement de ceux qui sont sous-entendus dans les
énoncés prospectifs en raison de l’impact d’un certain nombre de
facteurs. Bon nombre de ces facteurs sont évoqués plus en détail dans
notre rapport annuel sur le formulaire 10-K et dans d’autres rapports
déposés auprès de la Securities and Exchange Commission.

Le texte du communiqué issu d?une traduction ne doit d?aucune manière
être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse
foi est celle du communiqué dans sa langue d?origine. La traduction
devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Print Friendly, PDF & Email

L'OTEZLAMD (apremilast) est le premier médicament administré par voie orale approuvé par l'U.S. Food and Drug Administration pour le traitement des adultes atteints de polyarthrite psoriasique évolutive

ACTUALITÉS ÉCONOMIQUES ET FINANCIÈRES |