Gemalto : résultats du premier semestre 2014

  • Au premier semestre, le chiffre d’affaires est de 1,13 milliard d’euros et le résultat des activités opérationnelles en cours de 120 millions d’euros
  • Croissance du chiffre d’affaires de +10 % dans les Plateformes logicielles & Services et de +5% dans les Logiciels embarqués & Produits
  • La solide progression des Services financiers mobiles (+24 %) et des cartes de paiement EMV (+22 %) a été modérée par un chiffre d’affaires plus faible des documents d’e-gouvernement et de Netsize
  • Sans tenir compte de l’acquisition de SafeNet annoncée récemment, Gemalto prévoit une augmentation à deux chiffres du résultat de ses activités opérationnelles en 2014, ainsi qu’une accélération de la croissance en glissement annuel de son chiffre d’affaires à taux de change constants au second semestre. Avec SafeNet, Gemalto ambitionne de relever d’environ 10 % son objectif de résultat de ses activités opérationnelles de 600 millions d’euros pour 2017.
Pour permettre de mieux apprécier les performances financières passées et futures, le compte de résultat est présenté sur une base ajustée ; le chiffre d’affaires ci-dessus et dans le présent document concerne les activités en cours et les variations sont à taux de change constants sauf indication contraire (cf. page 2 « Base de préparation de l’information financière »). Les agrégats non-GAAP ne sont pas destinés à être utilisés isolément ni à remplacer les agrégats IFRS correspondants et doivent être analysés conjointement avec les états financiers consolidés. L’Annexe 1 donne une synthèse des informations relatives aux activités en cours et aux activités totales ; l’Annexe 2 présente le tableau de passage vers l’information financière IFRS. L’état de la situation financière est établi selon les normes IFRS et le tableau de variation de la position de trésorerie est dérivé du tableau de financement établi selon les normes IFRS. Tous les chiffres figurant dans le présent communiqué de presse sont non audités.

Amsterdam, le 28 août 2014 – Gemalto (Euronext NL0000400653 – GTO), leader mondial de la sécurité numérique, publie aujourd’hui ses résultats pour le premier semestre 2014.

Chiffres clés du compte de résultat ajusté

Variations en glissement annuel
Activités en cours[1]
(en millions d’euros)
Premier semestre 2014 Premier semestre 2013 à taux de change courants à taux de change constants
Chiffre d’affaires 1 133 1 129 +0 % +5 %
Marge brute 418 428 (2 %)
Charges d’exploitation (298) (297) +0 %
Résultat des activités opérationnelles 120 131 (8 %)
Marge opérationnelle 10,6 % 11,6 % (1,0 pt)

Olivier Piou, Directeur général : « Le premier semestre a été particulièrement actif, en vue d’une année caractérisée par un effet saisonnier prononcé. Nous avons poursuivi notre dynamique commerciale, avec une accélération de la croissance du segment Mobile et la signature de nouveaux contrats dans le segment Paiement & Identité qui vont générer un important chiffre d’affaires. La montée en puissance de l’EMV, l’accélération du secteur Gouvernement stimulée par les contrats récemment remportés, le lancement des services sans contact par mobile précédemment reportés et l’expansion de notre activité Identité et Gestion des accès sont autant de facteurs qui portent notre anticipation d’une croissance du revenu accélérant dans la seconde partie de l’année. Avec notre fort effet de levier opérationnel, nous confirmons notre objectif d’une croissance à deux chiffres du résultat des activités opérationnelles pour l’exercice 2014.»

Base de préparation de l’information financière

Sauf mention contraire, les informations relatives aux premiers semestres 2014 et 2013 sont présentées pour les Activités en cours et selon le format de présentation de l’information sectorielle adopté en 2014.

Compte de résultat ajusté et résultat des activités opérationnelles non-GAAP
Les états financiers semestriels consolidés résumés ont été établis selon les normes comptables internationales (IFRS).

Afin de mieux évaluer ses performances passées et futures, la Société élabore également un compte de résultat ajusté, dans lequel le résultat des activités opérationnelles constitue la valeur de référence permettant d’évaluer l’activité et de prendre les décisions relatives à l’exploitation de la période de 2010 à 2017.

Le Résultat des activités opérationnelles est un indicateur non-GAAP correspondant au résultat d’exploitation IFRS retraité de l’amortissement et de la dépréciation des actifs incorporels résultant d’acquisitions, des éléments de rémunération fondés sur des actions et des coûts liés aux restructurations et acquisitions, qui se définissent, respectivement, comme suit :

  • Amortissement et dépréciation des actifs incorporels résultant d’acquisitions : charges d’amortissement et de dépréciation liées aux immobilisations incorporelles reconnues dans le cadre de l’allocation de l’excédent de la contrepartie transférée par rapport à la valeur de l’actif net acquis.
  • Éléments de rémunération fondés sur des actions : (i) décote accordée aux salariés se portant acquéreurs d’actions Gemalto dans le cadre des plans Gemalto de souscription d’actions ; et (ii) amortissement de la juste valeur des options d’achat d’actions et des unités d’actions restreintes accordées par le Conseil d’administration aux salariés, ainsi que les coûts afférents.
  • Coûts liés aux restructurations et acquisitions : (i) coûts supportés dans le cadre d’une opération de restructuration telle que définie par la norme IAS 37 (cession ou cessation d’activité, fermeture d’usine.) et coûts afférents ; (ii) charges de réorganisation correspondant aux coûts supportés au titre de la réduction des effectifs, de la consolidation de sites de production ou administratifs, de la rationalisation et de l’harmonisation du portefeuille de produits et services, ainsi que de l’intégration des systèmes informatiques, suite à un regroupement d’entreprises ; (iii) coûts de transaction (comme les honoraires versés dans le cadre des processus d’acquisition).

Ces agrégats non-GAAP ne sont pas destinés à être utilisés isolément ni à remplacer les agrégats IFRS correspondants, ils doivent être analysés parallèlement à nos états financiers consolidés, établis conformément aux normes comptables internationales (IFRS).

Dans le compte de résultat ajusté, les charges d’exploitation correspondent à la somme des frais d’étude et recherche, des frais commerciaux et de marketing, des frais généraux et administratifs, et des autres produits (ou charges) nets.

L’EBITDA est égal au résultat des activités opérationnelles retraité des dotations aux amortissements. Il n’inclut pas les dotations aux amortissements ci-dessus relatifs aux actifs incorporels résultant des acquisitions.

L’Annexe 2 présente le tableau de passage du compte de résultat ajusté vers le compte de résultat IFRS.

Activités en cours

Afin de mieux comprendre les évolutions présentes et futures de ses activités, la Société présente également un compte de résultat ajusté au titre des « Activités en cours » pour les premiers semestres 2014 et 2013.

Le compte de résultat ajusté au titre des « Activités en cours » exclut à la fois la contribution des activités abandonnées au compte de résultat, comme dans le compte de résultat IFRS, et celle des actifs comptabilisés dans les actifs détenus en vue de la vente ainsi que la contribution d’autres postes non liés aux activités en cours.

Dans le présent rapport, les chiffres publiés pour les activités en cours ne diffèrent des chiffres pour l’ensemble des opérations qu’à hauteur de la contribution des actifs non stratégiques détenus en vue de la vente au titre de l’exercice 2013. Aucune différence n’est constatée au titre de l’exercice 2014.

L’Annexe 1 présente le tableau de passage du compte de résultat ajusté vers le compte de résultat ajusté pour toutes les opérations.

Analyse sectorielle

L’analyse sectorielle a été modifiée à compter du 1er janvier 2014 afin de rendre compte des progrès dans la poursuite des objectifs fixés dans le cadre du nouveau plan de développement de la Société, officiellement présenté le 5 septembre 2013 et qui couvre les années 2014 à 2017.

Le segment Mobile désigne ainsi les activités liées aux technologies mobiles cellulaires et englobe les anciens segments Téléphonie mobile et Machine-to-Machine. L’activité d’évaluation de la sécurité pour des tiers, dont la contribution au segment Téléphonie mobile était marginale, est dorénavant gérée avec l’activité Brevets, et l’information la concernant est présentée au sein du segment Brevets & Autres à compter de 2014.

Le segment Paiement & Identité rend compte des activités liées aux interactions personnelles sécurisées. Les anciens segments Transactions sécurisées et Sécurité en font désormais partie.

Outre cette information sectorielle, la Société présente également en 2014 le chiffre d’affaires de ses segments Mobile et Paiement & Identité par type d’activité, en distinguant l’activité Logiciels embarqués et Produits (E&P) et l’activité Plateformes logicielles et Services (P&S).

L’Annexe 6 présente le chiffre d’affaires du premier semestre aux formats de présentation 2014 et 2013.

Taux de change courants et taux de change constants

Les variations du chiffre d’affaires sont à taux de change constants, sauf indication contraire.

Tous les autres chiffres figurant dans le présent communiqué de presse sont à taux de change courants, sauf indication contraire.

La Société vend ses produits et services dans un très grand nombre de pays et les règlements sont en général effectués dans d’autres devises que l’euro. Les fluctuations monétaires de ces autres devises ont en particulier un impact sur la valeur en euros du chiffre d’affaires publié de la Société. Les comparaisons exprimées à taux de change constants visent à neutraliser les effets de ces fluctuations sur les résultats de la Société, en réévaluant le chiffre d’affaires de l’année précédente au taux de change moyen de l’année courante.

Résultats IFRS

Les états financiers semestriels consolidés résumés ont été préparés conformément aux normes comptables internationales (IFRS) telles qu’adoptées par l’Union européenne. Pour permettre de mieux apprécier ses performances financières passées et futures, le Groupe établit également un compte de résultat ajusté. L’Annexe 2 présente le tableau de passage entre le compte de résultat IFRS et le compte de résultat ajusté.

Les coûts liés aux restructurations et acquisitions se sont élevés à 21 millions d’euros (1 million d’euros au premier semestre 2013), essentiellement en raison d’un rééquilibrage de certaines capacités de recherche et de production sur les différents sites du groupe à travers le monde en vue d’optimiser la productivité future. La charge associée aux éléments de rémunération fondés sur des actions s’est établie à 27 millions d’euros (13 millions d’euros au premier semestre 2013) suite à la mise en place d’un nouveau plan d’intéressement à long terme aligné sur les objectifs du plan de développement pluriannuel 2014-2017 et conditionné à l’ensemble des progrès cumulés sur la période. L’amortissement et la dépréciation des actifs incorporels résultant d’acquisitions ont été de 11 millions d’euros (13 millions d’euros au premier semestre 2013).

En conséquence de ces charges supplémentaires, le résultat d’exploitation aux normes IFRS de la Société pour le premier semestre 2014 ressort à 61 millions d’euros (104 millions d’euros au premier semestre 2013). Le résultat net IFRS s’établit à 46 millions d’euros au premier semestre 2014, contre 81 millions d’euros un an plus tôt.

Le résultat par action avant dilution et le résultat par action après dilution, selon les normes IFRS, s’élèvent à respectivement 0,53 et 0,52 euro au premier semestre 2014, contre 0,96 et 0,94 au premier semestre 2013.

Information financière ajustée pour toutes les opérations

L’information financière présentée dans cette section concerne toutes les opérations. Par rapport au compte de résultat ajusté pour les activités en cours, le compte de résultat ajusté pour toutes les opérations comprend également la contribution des actifs détenus en vue de la vente.
En 2013, les actifs détenus en vue de la vente correspondaient à des actifs non stratégiques mineurs, qui ont été cédés en 2013. Les comptes de la Société ne comportent plus d’actifs détenus en vue de la vente en 2014.

Premier semestre 2014 Premier semestre 2013
Extrait du compte de résultat ajusté pour toutes les opérations en millions d’euros en % du chiffre d’affaires en millions d’euros en % du chiffre d’affaires Variation annuelle à taux de change courants
Chiffre d’affaires 1 133,1 1 134,0 (0 %)
Marge brute 418,3 36,9 % 427,0 37,7 % (0,7 pt)
Charges d’exploitation (298,1) (26,3 %) (296,9) (26,2 %) (0,1 pt)
EBITDA 165,7 14,6 % 172,4 15,2 % (0,6 pt)
Résultat des activités opérationnelles 120,3 10,6 % 130,1 11,5 % (0,9 pt)
Résultat net 95,4 8,4 % 105,0 9,3 % (0,8 pt)
Résultat par action avant dilution (?) 1,11 1,24 (11 %)
Résultat par action après dilution (?) 1,08 1,21 (11 %)

Au premier semestre, le chiffre d’affaires de toutes les opérations est ressorti à 1 133 millions d’euros, en hausse de +5 % à taux de change constants et stable à taux de change courants, les principaux segments contribuant tous deux à cette croissance. L’essentiel de l’effet de change défavorable de 5 points de pourcentage est venu de la dépréciation du dollar américain et du renminbi chinois face à l’euro par rapport au premier semestre 2013. Dans tous les segments, certaines activités ont affiché des performances particulièrement notables. Ainsi, l’activité des cartes de paiement au sein du segment Paiement & Identité a poursuivi sa dynamique de développement rapide au premier semestre, avec un chiffre d’affaires en hausse de +22 % et une progression à deux chiffres dans toutes les régions, tirée par la poursuite du déploiement de la norme EMV dans le monde. Le segment Mobile a enregistré une croissance de +4 % en glissement annuel au deuxième trimestre, en accélération après la stabilité du premier trimestre. Dans l’activité Gouvernement, la baisse du chiffre d’affaires des documents officiels électroniques, en raison de circonstances particulières dans certaines régions – notamment au Moyen-Orient, a limité l’expansion du segment Paiement & Identité, qui affiche toutefois une croissance de +10 % au premier semestre. L’activité commerciale s’est montrée soutenue, avec la signature de nouveaux contrats importants, et la part de marché de Gemalto est restée inchangée. A l’échelle du Groupe, les Plateformes logicielles & Services ont progressé de +10 %, représentant 40 % de la croissance du chiffre d’affaires total, et atteint 219 millions d’euros au premier semestre, avec des performances particulièrement remarquables dans le paiement mobile et dans le secteur Gouvernement, modérées par la diminution du chiffre d’affaires de Netsize.

La marge brute s’inscrit en repli de 9 millions d’euros, à 418 millions d’euros, ce qui correspond à un taux de marge brute de 37 %. La progression de la marge brute du segment Paiement & Identité n’a pas totalement compensé la moindre contribution des segments Mobile et Brevets & Autres. Les retards mentionnés au premier trimestre de certains projets haut de gamme du segment Mobile et des charges d’amortissement supplémentaires pour l’activité Machine-to-Machine ont conduit à une réduction du taux de marge brute et diminué la contribution saisonnière à la marge brute totale.

Les charges d’exploitation pour toutes les opérations sont ressorties à 298 millions d’euros, soit globalement au même niveau que l’année précédente, des investissements opérationnels soigneusement évalués venant équilibrer l’impact positif sur les charges des effets de change.

En conséquence, le résultat des activités opérationnelles pour toutes les opérations s’établit à 120 millions d’euros pour le premier semestre 2014, soit 10,6 % du chiffre d’affaires. Ceci représente une réduction de 0,9 point de pourcentage par rapport au premier semestre 2013, qui provient de la baisse de la contribution des opérations en cours des segments Mobile et Brevets & Autres mentionnée ci-dessus et de l’impact négatif des fluctuations de devises ne faisant pas l’objet de couverture.

Le résultat financier de Gemalto pour toutes les opérations se solde par une charge de 3,9 millions d’euros, contre une charge de 3,1 millions d’euros au premier semestre 2013, avec une charge nette d’intérêts négligeable et une charge de 3,8 millions d’euros relative aux transactions de change et autres éléments financiers.

Compte tenu d’une contribution de 0,6 million d’euros due à la quote-part du Groupe dans le résultat des sociétés mises en équivalence, le résultat ajusté avant impôt de toutes les opérations ressort à 117 millions d’euros, contre 125 millions d’euros un an plus tôt.

La charge d’impôt ajustée s’élève à 22 millions d’euros, avec un taux d’imposition annuel IFRS estimé de 21 % pour l’année.

En conséquence, le résultat net ajusté au titre de toutes les opérations de la Société s’élève à 95 millions d’euros, moindre de 9 % par rapport au premier semestre 2013 où il était de 105 millions d’euros.

Le résultat par action ajusté avant dilution pour toutes les opérations de la Société s’établit à 1,11 euro, et le résultat par action ajusté après dilution pour toutes les opérations atteint 1,08 euro, contre respectivement 1,24 euro et 1,21 euro au premier semestre 2013.

État de la situation financière et tableau de variation de la position de trésorerie

Au premier semestre 2014, les opérations d’exploitation ont dégagé un flux de trésorerie positif de 128 millions d’euros avant variation du besoin en fonds de roulement, un montant quasiment inchangé par rapport aux 127 millions d’euros dégagés au premier semestre 2013. La variation du besoin en fonds de roulement a réduit la trésorerie de 75 millions d’euros, contre 83 millions d’euros au premier semestre 2013. Les créances d’exploitation ont augmenté en glissement annuel, tandis que des factures clients non émises et les dettes d’exploitation se sont inscrites en baisse.

Les acquisitions d’immobilisations corporelles et incorporelles se sont élevées à 50 millions d’euros, soit 4,4 % du chiffre d’affaires, les acquisitions d’immobilisations corporelles représentant 30 millions d’euros, soit un peu moins que les 35 millions d’euros du premier semestre 2013. Les coûts de développement capitalisés et le coût total d’acquisition d’actifs incorporels ressortent à respectivement 1,5 % et 1,8 % du chiffre d’affaires, comparables dans les deux cas aux niveaux de l’année précédente.

Les acquisitions, nettes de la trésorerie acquise, ont absorbé 43 millions d’euros de trésorerie. Ce montant comprend les acquisitions effectuées pour préparer la migration vers les cartes de paiement EMV aux États-Unis, qui devrait s’accélérer au second semestre 2014.

Dans le cadre de son programme de rachat d’actions, Gemalto a utilisé 14 millions d’euros de trésorerie au premier semestre 2014 pour racheter 136 780 actions, après prise en compte du programme destiné à assurer la liquidité des titres. Au 30 juin 2014, la Société détenait 1 522 549 actions en autocontrôle, soit 1,73 % du total. Le nombre total d’actions Gemalto émises est resté inchangé à 88 015 844 titres. Après déduction des 1 522 549 actions détenues en autocontrôle, le nombre d’actions en circulation s’élevait à 86 493 295 au 30 juin 2014. Le prix d’acquisition moyen des actions rachetées par la Société dans le cadre de son programme de rachat d’actions et détenues en autocontrôle à cette même date s’élevait à 52,01 euros.

Le 24 mai 2014, Gemalto a versé un dividende en numéraire de 0,38 euro par action au titre de l’exercice 2013, soit une hausse de 12 % par rapport au dividende payé l’année précédente (0,34 euro par action). Cette distribution a été financée par 33 millions d’euros de trésorerie. Les autres activités de financement ont dégagé 6 millions d’euros de trésorerie, dont 7 millions de produits reçus par la Société suite à l’exercice d’options de souscription d’actions par ses salariés, et 1 million d’euros consacré au remboursement des emprunts.

Du fait de ces éléments, la trésorerie et les découverts bancaires représentaient 372 millions d’euros au 30 juin 2014.

La trésorerie nette de Gemalto, qui inclut 9 millions d’euros d’emprunts, s’élevait donc à 363 millions d’euros au 30 juin 2014, en hausse de +32 % par rapport au 30 juin 2013.

Analyse sectorielle

Dans cette section, et pour une bonne compréhension de l’évolution de l’activité de Gemalto, les commentaires et comparaisons concernent les activités en cours, c’est-à-dire hors actifs détenus en vue de la vente. Les variations du chiffre d’affaires sont à taux de change constants, sauf indication contraire.

Contributions au chiffre d’affaires, par segment

Premier semestre 2014
(en millions d’euros, activités en cours)
Mobile Paiement et
Identité
Total des deux principaux segments Brevets et Autres
Chiffre d’affaires 586 537 1 123 10
En pourcentage du chiffre d’affaires des activités en cours 52 % 47 % 99 % 1 %
En pourcentage du résultat des activités opérationnelles en cours 53 % 44 % 97 % 3 %

Contributions au chiffre d’affaires, par activité

Premier semestre 2014
(en millions d’euros, activités en cours)
Logiciels embarqués et Produits Plateformes logicielles et Services Total des deux principaux segments
Chiffre d’affaires 903 219 1 123
En pourcentage du chiffre d’affaires total 80 % 19 % 99 %
En pourcentage de la croissance du chiffre d’affaires total
(à taux de change constants)
74 % 37 % 110 %


Variations en glissement annuel et effets de change
(en millions d’euros)
Mobile Paiement et Identité Total des deux principaux segments Brevets et Autres Total activités en cours
Deuxième trimestre
Chiffre d’affaires 315 284 599 2 601
À taux de change constants +4 % +7 % +6 % (88 %) +3 %
À taux de change courants (1 %) +2 % +0 % (88 %) (2 %)
Premier semestre
Revenue 586 537 1 123 10 1 133
À taux de change constants +2 % +10 % +6 % (36 %) +5 %
À taux de change courants (3 %) +5 % +1 % (36 %) +0 %
Résultat des activités opérationnelles 64 53 117 3 120
À taux de change courants (19 %) +16 % (6 %) (44 %) (8 %)

Au premier semestre 2014, le chiffre d’affaires des activités en cours de Gemalto a progressé de +5 % à taux de change constants ; il est resté stable à taux de change courants. Les segments Mobile et Paiement & Identité sont tous deux en croissance. La poursuite du développement du segment Paiement & Identité continue de rééquilibrer les contributions des différentes activités de Gemalto au chiffre d’affaires. Ainsi, ce segment représentait 47 % du chiffre d’affaires de la Société et 44 % du résultat de ses activités opérationnelles au premier semestre 2014, contre respectivement 45 % et 35 % au premier semestre 2013. Poursuivant sa dynamique de croissance rentable sur le long terme, le résultat des activités opérationnelles de ce segment s’est inscrit en hausse de +16 %, pour une croissance de son chiffre d’affaires de +10 % au premier semestre 2014, grâce notamment aux ventes soutenues de solutions de paiement électronique dans toutes les régions.

Les activités des Logiciels embarqués & Produits et des Plateformes logicielles & Services ont contribué à la croissance de Gemalto au premier semestre 2014, avec des progressions respectives de +5 % et +10 %. La croissance des Logiciels embarqués & Produits a procédé principalement des cartes de paiement EMV, qui ont affiché une hausse de +22 % sur la période, ce qui a largement compensé l’effet des reports de projets et de livraisons dans les autres activités. Les Plateformes logicielles & Services ont contribué à hauteur de 37 % à la croissance du chiffre d’affaires total au premier semestre, la progression à deux chiffres de leur chiffre d’affaires provenant des solides performances des Services financiers mobiles, mais aussi des activités pour les entreprises, la banque en ligne et les programmes gouvernementaux.

Tout comme au premier trimestre, les effets défavorables des fluctuations liées à la conversion des montants reçus en devises ont été très marqués au deuxième trimestre, puisque le chiffre d’affaires des deux principaux segments affiche une croissance de +6 % à taux de change constants et reste stable à taux de change courants.

Mobile

Premier semestre 2014 Premier semestre 2013 Variation annuelle
en millions d’euros en % du chiffre d’affaires en millions d’euros en % du chiffre d’affaires à taux de change courants à taux de change constants
Chiffre d’affaires 586,1 601,2 (3 %) +2 %
Marge brute 237,3 40,5 % 250,1 41,6 % (1,1 pt)
Charges d’exploitation (173,3) (29,6 %) (170,7) (28,4 %) (1,2 pt)
Résultat des activités opérationnelles 64,0 10,9 % 79,4 13,2 % (2,3 pt)

Le segment Mobile enregistre un chiffre d’affaires de 586 millions d’euros, en hausse de +2 % à taux de change constants par rapport au premier semestre 2013. Après la stabilisation du chiffre d’affaires au premier trimestre, la croissance s’est accélérée de façon séquentielle, avec une progression de +4 % au deuxième trimestre 2014, qui vient s’ajouter à la solide croissance annuelle de +12 % déjà enregistrée au deuxième trimestre 2013. Les Logiciels embarqués & Produits et les Plateformes logicielles & Services ont tous deux contribué à la croissance du chiffre d’affaires.

Le chiffre d’affaires des Logiciels embarqués & Produits s’est inscrit en hausse de +4 % au deuxième trimestre, après un recul de 1 % sur les trois premiers mois de l’année, ce qui se traduit par une croissance de +2 % au premier semestre 2014. Le déploiement des cartes SIM multi-clients UpTeq s’est poursuivi aux États-Unis et leur diffusion a progressé en Europe et en Asie, où de plus en plus de pays se préparent à lancer leurs offres. En Europe, où la plupart des opérateurs envisageant de protéger leurs services sans contact avec une carte SIM multi-clients alignent leurs feuilles de route avec la pénétration accrue des terminaux de paiement sans contact, Gemalto a conclu des accords de déploiement commercial multi-pays pour le second semestre. Dans l’ensemble, la part accrue des cartes SIM multi-clients, conjuguée à la proportion croissante de produits LTE, a compensé l’érosion du chiffre d’affaires des produits plus anciens vendus dans les pays à fort taux d’équipement en téléphonie mobile. Le mix produit des modules de connexion vendus par l’activité Machine-to-Machine s’est amélioré, et les ventes des éléments sécurisés MIM permettant « l’abonnement » des machines et l’échange sécurisé de données se sont inscrites en forte hausse.

Les Plateformes logicielles & Services ont enregistré une croissance de +6 %, soit une solide progression après la hausse du chiffre d’affaires de +44 % du premier semestre 2013, avec des résultats variables au sein du portefeuille. Les deux principales contributions à la croissance proviennent des Services financiers mobiles – Mobile Financial Services (MFS) – qui englobent les solutions de gestion de confiance (TSM) et les plateformes de paiement mobile, et des Services aux abonnés mobiles – Mobile Subscriber Services (MSS) – qui recouvrent notamment les activités de gestion des données des réseaux, des abonnements et de la relation clients. Ces activités ont enregistré des taux de croissance de respectivement +24 % et +13 % par rapport au premier semestre 2013. Le nombre de nouveaux projets TSM remportés a continué de croître au premier semestre. En remportant la plupart des appels d’offres, Gemalto s’est imposé ainsi clairement comme le leader de ce marché, tant auprès des opérateurs de réseaux mobiles que des fournisseurs de services. Une large part des marchés de la première vague d’appels d’offres ayant désormais été attribuée, le chiffre d’affaires généré par les licences, les services d’assistance et de maintenance a commencé à augmenter grâce au nombre croissant de systèmes entrés en phase d’exploitation commerciale. Les Services aux abonnés mobiles ont profité d’une activité plus intense dans les pays en développement. À l’inverse, le chiffre d’affaires des activités d’acheminement de messages et de facturation de Netsize a reculé de 12 % au premier semestre, en raison de l’obligation d’adapter l’activité d’IPX, rachetée par Gemalto en 2013, à la nouvelle réglementation européenne relative au paiement et à l’opt-in appliquée à la messagerie mobile.

La marge brute a reculé de 13 millions d’euros par rapport au premier semestre 2013, en raison principalement de la réduction du chiffre d’affaires des cartes au premier trimestre et des ventes de Netsize sur l’ensemble du semestre. Au deuxième trimestre, la marge brute des cartes est restée stable, avec un taux de marge brute en amélioration tant par rapport au premier trimestre 2014 qu’au deuxième trimestre 2013. Les autres activités du segment Mobile n’ont que peu influé sur l’évolution de la marge brute en glissement annuel.

Les charges d’exploitation ont légèrement augmenté, de 3 millions d’euros ou +2 %, avec des investissements ciblés dans certaines activités spécifiques des Plateformes logicielles & Services, et une stricte maîtrise des dépenses dans les autres activités du segment.

Le résultat des activités opérationnelles est ressorti à 64 millions d’euros, soit une marge opérationnelle de 11 %.

Paiement & Identité

Premier semestre 2014 Premier semestre 2013 Variation annuelle
en millions d’euros en % du chiffre d’affaires en millions d’euros en millions d’euros en % du chiffre d’affaires en millions d’euros
Chiffre d’affaires 536,7 512,1 +5 % +10 %
Marge brute 171,9

Print Friendly, PDF & Email

Gemalto : résultats du premier semestre 2014

ACTUALITÉS ÉCONOMIQUES ET FINANCIÈRES |
ae923410c9bfbf9fadef1b1eb23a72fa___________