Thu, 02 Aug 2018 15:57:21 GMT

Paris, le 2 août 2018

Hausse du PNB 1 au S1-18 à 12,2 Mds€, + 2,0 % (+  2,8 % au T2-18 )
et du RNPG publié à 1,6  Mds€, + 3,0 %  (+  6,1 % au T2-18 )

RESULTATS DES METIERS [1]   au premier semestre 2018 : Croissance du PNB portée par le développement des commissions et des métiers d'Assurance
Banque de Proximité et Assurance :

  • S1-18 : PNB en baisse limitée de 1,1 % sur un an à 8 468 M€
  • Hausse des commissions (hors IRA [2] ) en Banques Populaires et Caisses d'Epargne : (+ 4,5 % au S1-18)
  • Assurance : développement soutenu de l'activité et des revenus (+ 7,8 % au S1-18)
  • Progression des revenus des métiers de Paiements (+15 % au S1-18)
  • T2-18 : Inflexion positive des revenus en banque de proximité portant l'évolution du PNB sur un an du pôle à + 0,8 %, soit 4 292 M€

Gestion d'Actifs :

  • Forte croissance du pôle avec une contribution au PNB de 1 596 M€ en hausse de 17,7 % à change constant sur un an (+10,2 % à 819 M€ au T2-18)

Banque de Grande Clientèle :

  • Contribution au PNB de 1 904 M€, stable sur un an à change constant (- 5,3 % à 965 M€ au T2-18)

SOLVABILITE ET NOTATION : Niveau de solvabilité élevée et amélioration de la notation du groupe

  • Ratios de CET1 [3] pf et de TLAC [4] de 15,2 % et 21,6 % au 30 juin 2018 – objectif TLAC du plan stratégique TEC 2020 atteint
  • Relèvement de la note Moody's de crédit long terme senior préféré du groupe de A2 perspective positive à A1 perspective stable 

             

AVANCEES STRATEGIQUES : Poursuite du plan de transformation du groupe

  • Projet d'intégration du Crédit Foncier [5]  : pérennisation des activités et des compétences au sein du groupe annoncée en juin 2018
  • Innovation : premier groupe bancaire en France à déployer l'Instant Payment
  • Gestion d'actifs : projet d'acquisition de MV Crédit (Royaume Uni) et projet de partenariat avec WCM Investment Management (États-Unis)

Le 2 août 2018, le conseil de surveillance du Groupe BPCE, présidé par Michel Grass, a examiné les comptes du groupe pour le deuxième trimestre et le premier semestre de l'année 2018.

Pour Laurent Mignon, président du directoire du Groupe BPCE  : «   Le groupe publie, ce semestre, de bons résultats qui démontrent l'efficacité de notre modèle de banque coopérative universelle, entièrement dédiée à ses clients avec une base de revenus récurrente et diversifiée. La hausse notable de la part des commissions grâce à la Gestion d'actifs, aux métiers de Paiements ainsi qu'au sein de la Banque de proximité, illustre notre capacité à offrir toujours plus de solutions à valeur ajoutée pour nos clients. Notre solidité financière s'est encore accrue, comme en témoigne le relèvement de notre notation par Moody's à A1. La transformation du groupe continue de progresser dans de nombreux domaines ; nouvelles acquisitions dans la Gestion d'actifs, lancement de l'Instant Payment. Ce trimestre a été également celui du lancement du projet ambitieux de redéploiement de l'ensemble des savoir-faire et expertises du Crédit Foncier, projet créateur de valeur pour le groupe, ses clients et collaborateurs. Grâce à l'engagement de tous, le Groupe BPCE a atteint un niveau de performance qui va lui permettre d'amplifier son développement, innover pour ses clients, poursuivre sa transformation et les objectifs de son plan stratégique TEC 2020 ».


Sauf indication contraire, les données financières et commentaires afférents portent sur les résultats sous-jacents, c'est à dire retraités des éléments non économiques et exceptionnels détaillés en page 20.

Information sectorielle au premier semestre 2018
L'information sectorielle n'a pas évolué depuis le quatrième semestre 2017 et se présente de la manière suivante :

Trois pôles métiers :

  • La Banque de proximité et Assurance, comprenant le réseau Banque Populaire, le réseau Caisse d'Epargne, les Services Financiers Spécialisés (Financements spécialisés, Paiements et Services financiers) et l'Assurance de Natixis et les Autres réseaux (Crédit Foncier, Banque Palatine, BPCE International) 
     
  • La Gestion d'actifs, comprenant la Gestion d'actifs (y compris le private equity ) et la Gestion de fortune de Natixis;
     
  • La Banque de Grande Clientèle, comprenant les métiers Global markets , Global finance , et Investment banking de Natixis.

Un pôle Hors métiers, qui regroupe le Corporate Center (comprenant BPCE SA et le Hors Pôle de Natixis), les Participations financières et les autres activités (activités transverses, activités d'investissement, filiales immobilières.).

1. UN NIVEAU DE RÉSULTATS [6] ASSURANT UN BON DEMARRAGE DU PLAN STRATEGIQUE TEC 2020

Pour ce premier semestre 2018, les résultats du Groupe traduisent la solidité du modèle de banque universelle et l'efficacité de notre plan de transformation.

La hausse des commissions et le fort développement des métiers de l'Assurance viennent compenser la baisse de la marge nette d'intérêt – qui subit toujours les effets de l'environnement de taux bas des dernières années. Ainsi, le produit net bancaire sous-jacent du groupe est en légère hausse à 12 244 millions d'euros au premier semestre 2018 (+ 0,5 %, + 2,0 % à change constant). Les commissions sous-jacentes (hors indemnités de remboursement anticipé) des réseaux Banque Populaire et Caisse d'Epargne ont augmenté de 4,5 % au premier semestre 2018 pendant que les revenus de la Gestion d'actifs et des Paiements ont bondi de, respectivement, 17,7 % (à change constant) et de 15 %. Les revenus de l'Assurance ont, eux, progressé de 7,8 %.

La maîtrise de nos frais de gestion (+1 %, +2,2 % à change constant) combinée à un niveau bas du coût du risque (18 pb) permettent au groupe d'afficher une hausse du résultat net part du groupe sous-jacent (après retraitement de l'impact de l'IFRIC 21) de près de 2 milliards d'euros (+ 3,6 %).

La solvabilité du groupe demeure élevée avec un ratio de CET1 pro forma estimé à 15,2 % et un objectif TEC 2020 de capacité totale d'absorption des pertes atteint dès le 30 juin 2018 (ratio de TLAC 4 de 21,6 %). Le relèvement par Moody's de la note de crédit long terme senior préféré du groupe de A2 perspective positive à A1 perspective stable, reflète la diversification réussie des sources de revenus du groupe et le renforcement du bilan.

Autre fait marquant du semestre, l'annonce, le 26 juin 2018, du projet d'intégration des activités et des compétences du Crédit Foncier qui s'inscrit dans le plan de transformation du Groupe BPCE. Depuis le 20 juillet 2018, le processus d'information-consultation des Instances Représentatives du Personnel du Crédit Foncier est en cours. En adéquation avec les valeurs du groupe, ce projet d'intégration visera à pérenniser les activités et l'expertise du Crédit Foncier au sein du groupe tout en étant responsable vis-à-vis des collaborateurs et des clients notamment de l'accession sociale à la propriété.

Les synergies de revenus  s'élèvent à 126 millions d'euros au 30 juin 2018 (pour un objectif 2020 de 750 millions d'euros). 64 % d'entre elles proviennent du métier Assurance reflétant ainsi la montée en puissance du modèle de Bancassurance.

En ligne avec son plan stratégique TEC 2020, le groupe continue d'innover et devient le premier groupe bancaire en France à offrir à ses clients l'Instant Payment et Samsung Pay.

RÉSULTATS CONSOLIDÉS DU PREMIER SEMESTRE 2018 DU GROUPE BPCE

En millions d'euros S1-18 Impact des éléments non économiques et exceptionnels  S1-18
sous-jacent
Produit net bancaire12 2518 12 244
Frais de gestion– 8 841– 162 – 8 679
Frais de gestion hors FRU – 8 501     – 8 339
Résultat brut d'exploitation 3 410 – 154   3 565
Coût du risque– 576  – 576
Résultat avant impôt 2 966 – 154   3 120
Impôts sur le résultat– 92753  – 981
Intérêts minoritaires– 3961  – 396
Résultat net part du groupe 1 643 – 100   1 743
Retraitement de l'impact IFRIC 21 214     214
 

Résultat net part du groupe – après retraitement de l'impact de l'IFRIC 21
1 856 – 100                1 957


En millions d'euros S1-17 pf  sous-jacent  S1-18
sous-jacent /
S1-17 pf  sous-jacent
variation %
Change constant
variation %
Produit net bancaire12 182 0,5 % 2,0 %
Frais de gestion– 8 597  1,0 % 2,2 %
Frais de gestion hors FRU – 8 337     –  1,3 %
Résultat brut d'exploitation 3 585   – 0,6 %  1,5 %
Coût du risque– 691 – 16,6 % 
Résultat avant impôt 3 067    1,7 %  
Impôts sur le résultat– 1 082  – 9,3 % 
Intérêts minoritaires– 289      37,2 % 
Résultat net part du groupe 1 696    2,8 %  
Retraitement de l'impact IFRIC 21 192       
 

Résultat net part du groupe – après retraitement de l'impact de l'IFRIC 21
1 888    3,6 % 

Données pro forma (pf) : se reporter à la note méthodologique à la fin de ce communiqué de presse
Données retraitées : détail des éléments non économiques et exceptionnels à la fin de ce communiqué de presse


RÉSULTATS CONSOLIDÉS DU DEUXIEME TRIMESTRE 2018 DU GROUPE BPCE

En millions d'euros T2-18 Impact des éléments non économiques et exceptionnels  T2-18
sous-jacent
Produit net bancaire6 24120 6 221
Frais de gestion– 4 235– 116 – 4 119
Résultat brut d'exploitation 2 006 – 96   2 102
Coût du risque– 317    – 317
Résultat avant impôt 1 744 – 96  1 840
Impôts sur le résultat– 47233  – 505
Intérêts minoritaires– 233– 8  – 225
Résultat net part du groupe 1 038 – 71   1 109
Retraitement de l'impact IFRIC 21              – 107    – 107
 

Résultat net part du groupe – après retraitement de l'impact de l'IFRIC 21
931 – 71   1 002


En millions d'euros T2-17 pf sous-jacent  T2-18
sous-jacent /
T2-17 pf sous-jacent
variation %
Change constant
variation %
Produit net bancaire6 113 1,8 % 2,8 %
Frais de gestion– 4 090  0,7 % 1,6 %
Résultat brut d'exploitation 2 023    3,9 %  5,3 %
Coût du risque– 325  – 2,5 %  
Résultat avant impôt 1 797   2,4 % 
Impôts sur le résultat– 585  – 13,6 %  
Intérêts minoritaires– 174      29,3 % 
Résultat net part du groupe 1 038    6,9 % 
Retraitement de l'impact IFRIC 21 – 96     
 

Résultat net part du groupe – après retraitement de l'impact de l'IFRIC 21
942    6,4 %  

Données pro forma (pf) : se reporter à la note méthodologique à la fin de ce communiqué de presse
Données retraitées : détail des éléments non économiques et exceptionnels à la fin de ce communiqué de presse


Sauf indication contraire, les données financières et commentaires afférents portent sur les résultats sous-jacents, c'est à dire retraités des éléments non économiques et exceptionnels détaillés en page 20.

1.1 R ésultats consolidés du premier semestre 2018 : progression des revenus de 2 % à change constant grâce au développement des commissions

Le produit net bancaire du Groupe BPCE s'élève, pour le premier semestre 2018, à 12 244 millions d'euros, en légère hausse (+ 0,5 %) par rapport au premier semestre 2017. A taux de change constant, afin de mieux rendre compte de la performance intrinsèque des métiers, le produit net bancaire progresse de 2,0 %. Cette évolution est portée par le développement des revenus en Gestion d'actifs (+17,7 % à change constant) et en Paiements (+15 %), et le développement de l'Assurance (+7,8 %).

Les frais de gestion du groupe s'élèvent à 8 679 millions d'euros pour le premier semestre 2018, en hausse de 1,0 % et de 2,2 % à taux de change constant. Hors contribution au fonds de résolution unique (FRU), les frais de gestion s'établissent à 8 339 millions d'euros, stables sur la période (+ 1,3 % à change constant).

Le résultat brut d'exploitation du groupe s'élève à 3 565 millions d'euros, en baisse limitée de 0,6 % par rapport au premier semestre 2017. A taux de change constant, il augmente de 1,5 %.

Le coût du risque s'élève à 576 millions d'euros pour ce premier semestre 2018. Il enregistre, par rapport au premier semestre 2017, une baisse de 16,6 % en valeur absolue et s'établit à 18 points de base [7] (contre 20 points au premier semestre 2017). Le taux d'encours douteux sur les encours bruts diminue, passant de 3,2 % au 1 er janvier 2018 à 3,0 % au 30 juin 2018, et le taux de couverture des créances douteuses (y compris les sûretés relatives aux encours dépréciés) s'établit à 73,7 % au 30 juin 2018 (contre 71,4 % au 1 er janvier 2018).

  • Pour la Banque de proximité et Assurance , l'évolution du coût du risque7 à 17 points de base au 30 juin 2018 est en baisse de 3 points de base par rapport au premier semestre 2017;
     
  • Pour la Banque de Grande Clientèle , le coût du risque7 est en baisse à 24 points de base contre 26 points de base au premier semestre 2017.

Le résultat avant impôt du groupe augmente de 1,7 %, et s'établit à 3 120 millions d'euros pour le premier semestre 2018.

Le  résultat net part du groupe s'établit à 1 743 millions d'euros, en hausse de 2,8 % comparé au premier semestre 2017. Après retraitement de l'impact de l'IFRIC 21, le résultat net part du groupe s'établit à 1 957 millions d'euros, soit une hausse de 3,6 %.

Après retraitement de l'impact de l'IFRIC 21 et hors éléments non économiques et exceptionnels :

  • Le coefficient d'exploitation est en légère baisse à 68,6 % (- 0,1 point à change constant) ;
  • Le ROE est stable à 6,2%.

Après prise en compte des éléments non économiques et exceptionnels et sans retraitement de l'impact de l'IFRIC 21, le résultat net part du groupe publié s'élève à 1 643 millions d'euros, en hausse de 3,0 %.


Sauf indication contraire, les données financières et commentaires afférents portent sur les résultats sous-jacents, c'est à dire retraités des éléments non économiques et exceptionnels détaillés en page 20.

1.2 R ésultats consolidés du deuxième trimestre 2018 : bon trimestre avec une progression du résultat net part du groupe [8] de 6,4 % à 1 Md€

Le produit net bancaire du Groupe BPCE s'élève, pour le deuxième trimestre 2018, à 6 221 millions d'euros, en hausse de 1,8 % par rapport au deuxième trimestre 2017. Cette évolution est portée par les commissions et le développement des relais de croissance améliorant ainsi les revenus du pôle Banque de proximité et Assurance (+ 0,9 % hors variation de la provision d'épargne logement). A taux de change constant, afin de mieux rendre compte de la performance intrinsèque des métiers, le produit net bancaire progresse de 2,8 %.

Les frais de gestion du groupe s'élèvent à 4 119 millions d'euros pour le deuxième trimestre 2018, en hausse de 0,7 % et de 1,6 % à taux de change constant.

Le résultat brut d'exploitation du groupe s'élève à 2 102 millions d'euros, en hausse de 3,9 % par rapport au deuxième trimestre 2017. A taux de change constant, il progresse de 5,3 %.

Le coût du risque s'élève à 317 millions d'euros pour ce deuxième trimestre 2018. Il enregistre, par rapport au deuxième trimestre 2017, une baisse de 2,5 % en valeur absolue et s'établit à 20 points de base [9] (contre 19 points au deuxième trimestre 2017).

Le résultat avant impôt du groupe augmente de 2,4 %, et s'établit à 1 840 millions d'euros pour le deuxième trimestre 2018.

Le  résultat net part du groupe s'établit à 1 109 millions d'euros, en hausse marquée de 6,9 % comparé au deuxième trimestre 2017. Après retraitement de l'impact de l'IFRIC 21, le résultat net part du groupe s'établit à 1 002 millions d'euros, soit une hausse de 6,4 %.

Après retraitement de l'impact de l'IFRIC 21 et hors éléments non économiques et exceptionnels:

  • Le coefficient d'exploitation s'améliore de 0,6 point, à 68,4 % à change constant ;
  • Le ROE augmente de 0,3 point, à 6,4 %.

Après prise en compte des éléments non économiques et exceptionnels et sans retraitement de l'impact de l'IFRIC 21, le résultat net part du groupe publié s'élève à 1 038 millions d'euros, en hausse de 6,1 %.


2. DES NIVEAUX DE SOLVABILITÉ ET D'ABSORPTION DES PERTES ÉLEVÉS

2.1 Un niveau de CET1 [10] élevé malgré l'impact de deux effets ponctuels 

Le ratio de CET1 du Groupe BPCE a légèrement diminué au 30 juin 2018 avec un niveau estimé à 15,2 % pro forma contre 15,4 % au 31 décembre 2017. Cette baisse s'explique principalement par l'impact de deux effets ponctuels : l'un dû à la première application de la norme IFRS 9 (impact de – 17 points de base), l'autre à la déduction des fonds propres des contributions au FRU et FGDR constatées sous forme d'engagements de paiement irrévocables (« irrevocable payment commitments » ou IPC), à la suite des instructions du superviseur (impact de – 12 points de base).

2.2 Ratio de TLAC 10, [11]  : Objectif du plan stratégique TEC 2020 atteint

La capacité totale d'absorption des pertes 4 (TLAC, pour Total Loss Absorbing Capacity ) s'élève à 85,1 milliards d'euros à fin juin 2018 (incluant l'impact de la déduction des IPC). Le ratio de TLAC (en pourcentage des risques pondérés), a ainsi augmenté, passant de 20,8 % au 31 décembre 2017 à un niveau estimé à 21,6 % au 30 juin 2018 atteignant ainsi avec six mois d'avance, l'objectif fixé dans le plan stratégique TEC 2020 d'un niveau supérieur à 21,5 % à début 2019.

Au 31 mars 2018, le ratio de levier [12] s'établit à 5,0 % en tenant compte de la déduction des IPC.

2.3 Ratio de MREL [13]

Le niveau d'exigence de MREL (Minimum Requirement for own funds and Eligible Liabilities / exigence minimale de fonds propres et passifs exigibles) a été notifié au Groupe BPCE avec une entrée en vigueur immédiate. Le Groupe BPCE se conforme déjà à son exigence. Il n'y aura pas d'impact sur les programmes de refinancement moyen-long terme du Groupe BPCE (montant et nature d'instruments).

2.4 Programmes 2018 de refinancement moyen-long terme marché réalisé à 84 % au 5 juillet 2018

L'accès du Groupe BPCE aux grands marchés de dette lui a permis de lever 18,5 milliards d'euros de ressources à moyen-long terme (MLT) au 5 juillet 2018, soit une réalisation de 84 % du programme 2018 de 22 milliards d'euros. La durée moyenne à l'émission est de 7,5 ans et le coût moyen de la liquidité est de mid-swap + 18 points de base. Sur la période, 65 % du refinancement MLT a été effectué sous la forme d'émissions publiques et 35 % sous la forme de placements privés.

Sur les 18,5 milliards d'euros levés au 5 juillet 2018 :

  • 12,7 milliards d'euros ont été levés sous la forme d'émissions non sécurisées (5,5 milliards d'euros de dette senior non-préférée et 7,2 milliards d'euros de dette senior préférée), ce qui représente 69 % du refinancement MLT levé.
     
  • 5,8 milliards d'euros ont été levés sous la forme d'émissions sécurisées, ce qui représente 31 % du refinancement MLT levé.

Le Groupe BPCE continue d'être un émetteur important d'obligations sociales sur le marché japonais. A date, les obligations émises sur ce marché en 2018 représentent 132,1 milliards de yens japonais, soit plus d'un milliard d'euros.

Sur la période, le Groupe BPCE a continué à lever des montants importants grâce à une diversification significative de sa base d'investisseurs. Ainsi, 50 % des émissions sur le compartiment non sécurisé ont été effectuées en devises autres que l'euro (notamment 29 % en dollar américain, 12 % en yen et 6 % en dollar australien).

Sauf indication contraire, les données financières et commentaires afférents portent sur les résultats sous-jacents c'est-à-dire retraités des éléments non économiques et exceptionnels détaillés en page 20.

3. RÉSULTATS [14] DES MÉTIERS

Contribution des pôles métiers aux résultats du Groupe BPCE

Pour le premier semestre 2018, à change constant, la contribution des pôles métiers aux résultats du Groupe BPCE (excluant le pôle Hors métiers et à change constant) se décompose comme suit :

  • La Banque de proximité et Assurance contribue à hauteur de 71 % au produit net bancaire total des métiers du groupe (contre 73 % au premier semestre 2017) et à hauteur de 68 % au résultat brut d'exploitation total des métiers (contre 70 % pour le premier semestre 2017).
     
  • La Gestion d'actifs, qui connait une croissance dynamique de son activité, contribue à hauteur de 13 % au produit net bancaire total des métiers du groupe (contre 11 % pour le premier semestre 2017) et à hauteur de 13 % au résultat brut d'exploitation total des métiers (contre 10 % pour le premier semestre 2017).
     
  • La Banque de Grande Clientèle contribue à hauteur de 16 % au produit net bancaire total des métiers du groupe (stable par rapport au premier semestre 2017) et à hauteur de 19 % au résultat brut d'exploitation total des métiers (contre 20 % pour le premier semestre 2017).

3.1 Banque de proximité et Assurance : bon niveau de résultats avec un RAI stable à 2,4 Md€ [15]

Le métier Banque de proximité et Assurance regroupe les activités du réseau Banque Populaire, du réseau Caisse d'Epargne, des Services Financiers Spécialisés de Natixis, de l'Assurance de Natixis et des Autres réseaux comprenant les filiales Crédit Foncier, Banque Palatine et BPCE International.

La Banque de proximité et Assurance a conservé une activité commerciale soutenue durant ce premier semestre 2018.  

Ainsi, le volume de production de crédits , sur tous les segments, a atteint un niveau de plus de 52 milliards d'euros sur ce premier semestre 2018, en baisse de 24,4 % par rapport au premier semestre 2017 qui avait connu une production exceptionnelle. Les encours de crédit de la Banque de proximité et Assurance s'établissent à 555 milliards d'euros au 30 juin 2018, en hausse de 4,8 % sur un an. Les crédits immobiliers augmentent de 5,5 % sur un an, les crédits d'équipement, de 7,8 %.

Les encours d'épargne de la Banque de proximité et Assurance s'établissent à 702 milliards d'euros au 30 juin 2018, en hausse de 2,9 % depuis le 30 juin 2017. L'épargne de bilan collectée (hors centralisation de l'épargne règlementée) atteint 15 milliards d'euros sur un an et provient notamment des dépôts à vue dont les encours progressent de 10,8 %. L'épargne bilancielle hors centralisation croit ainsi de 3,7 % entre le premier semestre 2017 et le premier semestre 2018.


Sauf indication contraire, les données financières et commentaires afférents portent sur les résultats sous-jacents c'est-à-dire retraités des éléments non économiques et exceptionnels détaillés en page 20.

Banque de proximité et Assurance : résultats financiers du premier semestre 2018 et du deuxième trimestre 2018


   

 

S1-18

 
% variation N-1  

T2-18
%
variation N-1
En millions d'euros hors éléments non économiques et exceptionnels
Produit net bancaire8 468-1,1%4 2920,8%
Produit net bancaire hors EL8 464-1,1%4 2810,9%
Frais de gestion-5 664-0,8%-2 762– 0,9%
Résultat brut d'exploitation 2 804 -1,6% 1 530  3,9%
Coût du risque– 478-13,7%-2655,7%
Résultat avant impôt après retraitement IFRIC 21 2 415 0,1% 1 217 2,2%
Coefficient d'exploitation après retraitement IFRC 2165,9%0,2 pt65,3%– 1,2 pt
Impact des éléments exceptionnels– 90 -59 
Réintégration de l'impact IFRIC 21– 81 41 
Résultat avant impôt publié 2 244 0,3% 1 199   –

Le produit net bancaire de la Banque de proximité et Assurance s'établit à 8 464 millions d'euros (hors variation de la provision épargne logement) pour le premier semestre 2018, enregistrant une baisse de 1,1 % sur un an. La baisse s'établit à 1,8 % (hors variation de la provision épargne logement) pour les réseaux Banque Populaire et Caisse d'Epargne en cumulé.
Cette diminution provient de la baisse de la marge nette d'intérêt en lien avec l'environnement de taux d'intérêt bas partiellement compensée par le bon développement des commissions (hors indemnités de remboursement anticipé), en hausse de 4,5 % par rapport au premier semestre 2017, alors que les indemnités de remboursements anticipés sont en forte baisse. Le pôle SFS (incluant les métiers de paiements) ainsi que l'Assurance progressent respectivement de 6,1 %, à 733 millions d'euros et de 7,8 %, à 397 millions d'euros. Au deuxième trimestre 2018, le produit net bancaire (hors variation de la provision épargne logement) progresse de 0,9 % sur un an pour s'établir à 4 281 millions d'euros. 

Les frais de gestion sont maîtrisés, s'établissant à 5 664 millions d'euros au premier semestre 2018, en légère baisse (- 0,8 %) par rapport au premier semestre 2017. Les réseaux Banque Populaire et Caisse d'Epargne marquent la tendance avec une baisse enregistrée de 1,3 %. Au deuxième trimestre 2018, les frais de gestion affichent une tendance similaire (- 0,9 %) depuis le deuxième trimestre 2017 à 2 762 millions d'euros.

Le résultat brut d'exploitation (RBE) diminue de 1,6 % sur le premier semestre 2018 et s'élève à 2 804 millions d'euros. Au deuxième trimestre 2018, le RBE est en hausse de 3,9 % à 1 530 millions d'euros. 

Le coût du risque s'établit à 478 millions d'euros sur le premier semestre 2018, en baisse de 13,7 %. Au deuxième trimestre 2018, il progresse de 5,7 % à 265 millions d'euros.

Après retraitement de l'impact de l'IFRIC 21 et hors éléments exceptionnels :

  • Le résultat avant impôt (RAI) s'établit à 2 415 millions d'euros pour le premier semestre 2018, stable comparé au premier semestre 2017 (+ 0,1 %). Au deuxième trimestre 2018, le RAI progresse de 2,2 % sur un an et atteint 1 217 millions d'euros. 
  • Le coefficient d'exploitation (COEX) s'établit à 65,9 % pour ce premier semestre stable par rapport au premier semestre 2017 (+ 0,2 pt). Au deuxième trimestre 2018, le COEX s'améliore de 1,2 point en un an à 65,3 % par rapport au deuxième trimestre 2017.

Après prise en compte des éléments exceptionnels et annulation du retraitement de l'impact de l'IFRIC 21, le résultat avant impôt publié s'établit à 2 244 millions d'euros pour le premier semestre 2018, en augmentation de 0,3 % comparé au premier semestre 2017. Il s'élève à 1 199 millions d'euros au deuxième trimestre 2018, stable sur la période.


Sauf indication contraire, les données financières et commentaires afférents portent sur les résultats sous-jacents c'est-à-dire retraités des éléments non économiques et exceptionnels détaillés en page 20.

3.1.1 Banque Populaire : effet de ciseau positif

Le réseau Banque Populaire regroupe les 14 Banques Populaires, dont la CASDEN Banque Populaire et le Crédit Coopératif ainsi que leurs filiales, le Crédit Maritime Mutuel et les sociétés de caution mutuelle.

  • Fonds de commerce (variations sur un an)

La stratégie de bancarisation des clients particuliers du réseau Banque Populaire s'est poursuivie avec une croissance des clients bancarisés principaux de + 2,3 % (+ 85 800 clients). Le nombre de clients en gestion privée et gestion de fortune a augmenté de 5,5 % (+ 20 000 clients). Sur le marché des professionnels, le nombre de clients actifs augmente de 0,8 % (+ 3 500 clients sur un an). Sur le marché des entreprises, il a progressé de 3,4 % (+ 1 500 clients).

  • Encours de crédit et d'épargne

Les encours de crédit s'établissent à 203 milliards d'euros au 30 juin 2018, en croissance de 6,2 % par rapport au 30 juin 2017.

Les encours d'épargne s'établissent à 265 milliards d'euros au 30 juin 2018, en croissance de 4,7 % par rapport au 30 juin 2017.

  • Résultats financiers
   

 

S1-18

 
% variation N-1  

T2-18
%
variation N-1
En millions d'euros hors éléments non économiques et exceptionnels
Produit net bancaire3 2260,6%1 6412,7%
Produit net bancaire hors EL3 2290,5%1 6402,6%
Frais de gestion-2 158-0,5%-1 062  –
Résultat brut d'exploitation 1 068 3,0% 579 7,9%
Coût du risque– 24818,7%-14134,2%
Résultat avant impôt après retraitement IFRIC 21 868 -0,9% 436 2,6%
Coefficient d'exploitation après retraitement IFRIC 2166,0%-0,7 pt65,6%-1,8 pt
Impact des éléments exceptionnels– 42 -19 
Réintégration de l'impact IFRIC 21– 28 14 
Résultat avant impôt publié 799 – 2,6% 431 1,6%

Le produit net bancaire du premier semestre 2018 s'établit à 3 229 millions d'euros (hors variation de la provision épargne logement), en hausse de 0,5 % par rapport au premier semestre 2017. Cette tendance est marquée notamment par une diminution de 1,0 % de la marge nette d'intérêt (hors variation de la provision épargne logement). Retraitée des plus-values de cession d'actifs financiers (qui ont été élevées au premier semestre 2017 en vue de l'entrée en vigueur d'IFRS 9), la marge nette d'intérêt croît de 3,6 % sur la période (hors variation de la provision épargne logement). Hors indemnités de remboursement anticipé en baisse de 55,7 % sur la période, les commissions sont en hausse de 4,4 % par rapport au premier semestre 2017. Au deuxième trimestre 2018, le produit net bancaire progresse de 2,6 % (hors variation de la provision épargne logement) sur un an pour s'établir à 1 640 millions d'euros. 

Les frais de gestion restent maîtrisés, s'établissant à 2 158 millions d'euros au premier semestre 2018, en légère baisse (- 0,5 %) par rapport au premier semestre 2017. Au deuxième trimestre 2018, les frais de gestion s'élèvent à 1 062 millions d'euros, stables sur la période.

Le résultat brut d'exploitation (RBE) augmente de 3,0 % pour le premier semestre 2018 et s'élève à 1 068 millions d'euros. Au deuxième trimestre, le RBE est en hausse marquée de 7,9 % à 579 millions d'euros.

Le coût du risque s'établit à 248 millions d'euros pour le premier semestre 2018, en hausse de 18,7 %. Au deuxième trimestre 2018, le coût du risque progresse de 34,2 % à 141 millions d'euros.

Sauf indication contraire, les données financières et commentaires afférents portent sur les résultats sous-jacents c'est-à-dire retraités des éléments non économiques et exceptionnels détaillés en page 20.

Après retraitement de l'impact de l'IFRIC 21 et hors éléments exceptionnels:
             

  • Le résultat avant impôt (RAI) s'établit à 868 millions d'euros, soit un léger repli de 0,9 % par rapport au premier semestre 2017. Au deuxième trimestre 2018, le RAI progresse en revanche de 2,6 % sur un an pour atteindre 436 millions d'euros ;
  • Le coefficient d'exploitation (COEX) s'améliore de 0,7 point, à 66,0 %. Au deuxième trimestre 2018, le COEX s'améliore de 1,8 point en un an à 65,6 %.

Après prise en compte des éléments exceptionnels et annulation du retraitement de l'impact de l'IFRIC 21, le résultat avant impôt publié s'élève à 799 millions d'euros au premier semestre, en diminution de 2,6 % par rapport au premier semestre 2017. Au deuxième trimestre 2018, le RAI publié progresse de 1,6 % à 431 millions d'euros comparé au deuxième trimestre 2017.

3.1.2 Caisse d'Epargne : bonne maîtrise des frais de gestion

Depuis la fusion des Caisses d'Epargne d'Alsace et de Lorraine Champagne-Ardenne le 23 juin 2018 donnant naissance à la Caisse d'Epargne Grand Est Europe, le réseau Caisse d'Epargne regroupe 15 Caisses d'Epargne ainsi que leurs filiales.

  • Fonds de commerce (variations sur un an)

La stratégie de bancarisation des clients particuliers du réseau Caisse d'Epargne s'est poursuivie avec une croissance des clients bancarisés principaux de 1,1 % (+ 72 000 clients). Le nombre de clients en gestion privée et gestion de fortune a augmenté de 3,7 % (+ 15 700 clients). La stratégie de conquête sur les marchés des professionnels et des entreprises se traduit par des progressions significatives du nombre de clients actifs en hausse de 3,2 % (+ 6 216 clients) pour les professionnels et de 8,0 % (+ 1 000 clients) pour les entreprises.

  • Encours de crédit et d'épargne

Les encours de crédit s'établissent à 261 milliards d'euros au 30 juin 2018, en croissance de 6,1 % par rapport au 30 juin 2017.

Les encours d'épargne s'établissent à 416 milliards d'euros au 30 juin 2018, en croissance de 1,9 % par rapport au 30 juin 2017.

  • Résultats financiers
   

 

S1-18

 
% variation N-1  

T2-18
%
variation N-1
En millions d'euros hors éléments non économiques et exceptionnels
Produit net bancaire3 475– 3,9%1 761– 2,2%
Produit net bancaire hors EL3 468– 3,8%1 752– 1,9%
Frais de gestion– 2 343-2,0%-1 133– 3,1%
Résultat brut d'exploitation 1 131 -7,7% 628 – 0,6%
Coût du risque– 161– 6,7%-987,1%
Résultat avant impôt après retraitement IFRIC 21 1 002 -7,9% 516 – 1,5%
Coefficient d'exploitation après retraitement IFRIC 2166,6%1,4 pt65,2%-0,7 pt
Impact des éléments exceptionnels– 29 -22 
Réintégration de l'impact IFRIC 21– 30 15 
Résultat avant impôt publié 942 – 7,2% 508 – 2,4%

Le produit net bancaire du premier semestre 2018 s'établit à 3 468 millions d'euros (hors variation de la provision épargne logement), en baisse de 3,8 % par rapport au premier semestre 2017. Cette évolution traduit la diminution de 8,2 % de la marge nette d'intérêt (hors variation de la provision épargne logement).
Retraitée des plus-values de cession d'actifs financiers (qui ont été élevées au premier semestre 2017 en vue de l'entrée en vigueur d'IFRS 9), la marge nette d'intérêt s'inscrit en repli de 4,7 % sur la période (hors variation de la provision épargne logement). Hors indemnités de remboursement anticipé en baisse de 55,5 % sur la période, les commissions sont en hausse de 4,6 % par rapport au premier semestre 2017. Au deuxième trimestre 2018, le produit net bancaire (hors variation de la provision épargne logement) baisse de 1,9 % sur un an pour s'établir à 1 752 millions d'euros.

Sauf indication contraire, les données financières et commentaires afférents portent sur les résultats sous-jacents c'est-à-dire retraités des éléments non économiques et exceptionnels détaillés en page 20.

Les frais de gestion demeurent très contenus, s'établissant à 2 343 millions d'euros au premier semestre 2018, en baisse (- 2,0 %) par rapport au premier semestre 2017. Au deuxième trimestre 2018, ils affichent une baisse (- 3,1 %) comparée au deuxième trimestre 2017, à 1 133 millions d'euros.

Le résultat brut d'exploitation (RBE) baisse de 7,7 % pour le premier semestre 2018 et s'élève à 1 131 millions d'euros. Au deuxième trimestre, il est en légère baisse de 0,6 % à 628 millions d'euros.

Le coût du risque s'établit à 161 millions d'euros pour le premier semestre 2018, en baisse de 6,7 %. Au deuxième trimestre 2018, il progresse de 7,1 % à 98 millions d'euros.

Après retraitement de l'impact de l'IFRIC 21 et hors éléments exceptionnels:
             

  • Le résultat avant impôt (RAI) s'établit à 1 002 millions d'euros, soit un repli de 7,9 % par rapport au premier semestre 2017. Au deuxième trimestre 2018, le RAI baisse de 1,5 % sur un an et atteint 516 millions d'euros.
  • Le coefficient d'exploitation (COEX) progresse de 1,4 point, à 66,6 %. Au deuxième trimestre 2018, le COEX s'améliore de 0,7 point en un an à 65,2 %.

Après prise en compte des éléments exceptionnels et annulation du retraitement de l'impact de l'IFRIC 21, le résultat avant impôt publié s'élève à 942 millions d'euros au premier semestre 2018, en diminution de 7,2 % par rapport au premier semestre 2017. Au deuxième trimestre 2018, le RAI publié s'inscrit en repli de 2,4 % à 508 millions d'euros comparé au deuxième trimestre 2017.


Sauf indication contraire, les données financières et commentaires afférents portent sur les résultats sous-jacents c'est-à-dire retraités des éléments non économiques et exceptionnels détaillés en page 20.

3.1.3 Services Financiers Spécialisés : forte croissance des activités de paiements

Le pôle Services Financiers Spécialisés (SFS) de Natixis compte trois métiers – les Financements spécialisés, les Paiements et les Services Financiers

   

 

S1-18

 
% variation N-1  

T2-18
%
variation N-1
En millions d'euros hors éléments non économiques et exceptionnels
Produit net bancaire733 6,1%371 7,0%
Frais de gestion– 4916,6%– 2478,3%
Résultat brut d'exploitation 242 5,1% 124 4,4%
Coût du risque– 7– 81,1%3  ns
Résultat avant impôt après retraitement IFRIC 21 241  20,4% 125 22,4%
Coefficient d'exploitation après retraitement IFRIC 2166,3%0,3 pt67,2%0,8 pt
Impact des éléments exceptionnels– 5 -3 
Réintégration de l'impact IFRIC 21– 5 2 
Résultat avant impôt publié 232 18,9 % 124 18,9 %

Le produit net bancaire s'établit à 733 millions d'euros pour le premier semestre 2018, en hausse de 6,1 % par rapport au premier semestre 2017. Plus particulièrement, celui des Paiements progressent de manière marquée de 15% (dont 60% générés par les acquisitions réalisées en 2017). Les Financements spécialisés enregistrent une hausse de 4 %, portée par les activités de cautions et garanties financières et d'affacturage. Celui des Services Financiers progresse de 2 % sur un an grâce à l'activité d'Epargne salariale (+4 %).

Au deuxième trimestre 2018, le produit net bancaire s'établit à 371 millions d'euros, soit une hausse de 7,0 % comparé au deuxième trimestre 2017.

Les frais de gestion s'établissent à 491 millions d'euros pour le premier semestre 2018, en hausse de 6,6 % par rapport au premier semestre 2017 (+2 % à périmètre constant) et en ligne avec le développement de l'activité. Au deuxième trimestre 2018, les frais de gestion affichent une hausse (8,3 %) comparé au deuxième trimestre 2017 à 247 millions d'euros.

Le résultat brut d'exploitation (RBE) augmente de 5,1 % pour le premier semestre 2018 et s'élève à 242 millions d'euros. Au deuxième trimestre, le RBE est en hausse de 4,4 % à 124 millions d'euros.

Le coût du risque s'améliore significativement à 7 millions d'euros pour le premier semestre 2018, en baisse de 81,1 %. Au deuxième trimestre 2018, le coût du risque suit la même tendance, et s'établit à 3 millions d'euros de reprise nette, sous l'effet de l'amélioration de notations de crédit sectorielles.

Après retraitement de l'impact de l'IFRIC 21 et hors éléments exceptionnels:
             

  • Le résultat avant impôt (RAI) s'établit à 241 millions d'euros, soit une hausse significative de 20,4 % par rapport au premier semestre 2017. Au deuxième trimestre 2018, le RAI augmente de 22,4 % sur un an et atteint 125 millions d'euros.
     
  • Le coefficient d'exploitation (COEX) progresse légèrement de 0,3 point, à 66,3 %. Hors acquisitions du métier Paiements, le COEX s'établit à 64,8 %. Au deuxième trimestre 2018, le COEX suit la même tendance (+ 0,8 point en un an) à 67,2 %.

Après prise en compte des éléments exceptionnels et annulation du retraitement de l'impact de l'IFRIC 21, le résultat avant impôt publié s'élève à 232 millions d'euros ce premier semestre, en hausse significative de 18,9 % par rapport au premier semestre 2017. Au deuxième trimestre 2018, le RAI publié connait une évolution identique à 124 millions d'euros comparé au deuxième trimestre 2017.

Les résultats contributifs au Groupe BPCE sont différents de ceux publiés par Natixis. Pour une analyse plus détaillée des métiers et des résultats de Natixis, merci de vous reporter au communiqué de presse de Natixis que vous trouverez en ligne sur www.natixis.com .


Sauf indication contraire, les données financières et commentaires afférents portent sur les résultats sous-jacents c'est-à-dire retraités des éléments non économiques et exceptionnels détaillés en page 20.

3.1.4 Assurance : activité commerciale soutenue sur tous les métiers

Les résultats présentés ci-dessous concernent le pôle Assurance de Natixis.

   

 

S1-18

 
% variation N-1  

T2-18
%
variation N-1
En millions d'euros hors éléments non économiques et exceptionnels
Produit net bancaire3977,8 %193 7,9 %
Frais de gestion– 2257,7 %– 1076,8 %
Résultat brut d'exploitation 171 8,0 % 85 9,3 %
Résultat avant impôt après retraitement IFRIC 21 184 6,2 % 81 4,4 %
Coefficient d'exploitation après retraitement IFRIC 2154,4%-0,5 pt58,1%– 0,2 pt
Impact des éléments exceptionnels– 1 -1 
Réintégration de l'impact IFRIC 21– 9 5 
Résultat avant impôt publié 173 20,0 % 85 6,0 %

Le produit net bancaire s'établit à 397 millions d'euros pour le premier semestre 2018, en hausse de 7,8 %, porté à la fois par l'Assurance vie et la Prévoyance (+2 % de primes acquises sur un an) et à l'Assurance non-vie (+8 % de primes acquises sur un an). Cela correspond à un chiffre d'affaires en croissance de 3 % sur un an à 6,6 milliards d'euros (hors traité de réassurance avec CNP Assurances).  Au deuxième trimestre 2018, les revenus progressent de 7,9 % à 193 millions d'euros.

Les frais de gestion s'établissent à 225 millions d'euros pour le premier semestre 2018, en hausse de 7,7 % par rapport au premier semestre 2017 due notamment à une hausse de 5 millions d'euros de la C3S (contribution sociale de solidarité des sociétés) [16] . Hors impact de cette taxe, l'augmentation des frais de gestion est de 6 % en ligne avec le développement de l'activité. Au deuxième trimestre 2018, les frais de gestion affichent une hausse de 6,8 % comparé au deuxième trimestre 2017 à 107 millions d'euros.

Le résultat brut d'exploitation (RBE) augmente de 8,0 % pour le premier semestre 2018 et s'élève à 171 millions d'euros. Au deuxième trimestre, le RBE est en hausse significative de 9,3 % à 85 millions d'euros.

Après retraitement de l'impact de l'IFRIC 21 et hors éléments exceptionnels:
             

  • Le résultat avant impôt (RAI) s'établit à 184 millions d'euros, soit une hausse de 6,2 % par rapport au premier semestre 2017. Au deuxième trimestre 2018, le RAI augmente de 4,4 % sur un an et atteint 81 millions d'euros.
  • Le coefficient d'exploitation (COEX) s'améliore de 0,5 point, à 54,4 %. Au deuxième trimestre 2018, le COEX suit la même tendance (- 0,2 point en un an) à 58,1 %.

Après prise en compte des éléments exceptionnels et annulation du retraitement de l'impact de l'IFRIC 21, le résultat avant impôt publié s'élève à 173 millions d'euros ce premier semestre, en hausse significative de 20,0 % par rapport au premier semestre 2017. Au deuxième trimestre 2018, le RAI publié s'établit à 85 millions d'euros (+ 6,0 % comparé au deuxième trimestre 2017).

Les résultats contributifs au Groupe BPCE sont différents de ceux publiés par Natixis. Pour une analyse plus détaillée des métiers et des résultats de Natixis, merci de vous reporter au communiqué de presse de Natixis que vous trouverez en ligne sur www.natixis.co m.


3.1.5 Autres réseaux

Le pôle Autres réseaux est constitué principalement par Crédit Foncier, Banque Palatine et BPCE International .
              

  • Crédit Foncier

Sous l'effet de taux toujours bas et de forte concurrence, le Crédit Foncier affiche un ralentissement de sa production, soit 4,7 milliards sur les six premiers mois de l'année. Le financement immobilier des particuliers reste le principal contributeur, avec 3,4 milliards d'euros.
Parallèlement, le Crédit Foncier connaît une baisse graduelle de ses encours de crédit qui s'élèvent ainsi à 77,3 milliards d'euros au 30 juin 2018 contre 79,1 milliards d'euros au 30 juin 2017.

Dans ce contexte, le produit net bancaire baisse de 14,1 % en raison, notamment, de l'impact sur la marge nette d'intérêt des remboursements anticipés élevés intervenus depuis 2015. Le Crédit Foncier poursuit par ailleurs sa politique de réduction significative des coûts. Ainsi pour ce premier semestre 2018, les frais de gestion sont en baisse de 13,4 %. Ainsi, la contribution du Crédit Foncier au résultat avant impôt du groupe après retraitement de l'impact de l'IFRIC 21 s'élève à 60 millions d'euros, en baisse de 2,7 % par rapport au premier semestre 2017.

  • Banque Palatine

L'encours de crédit moyen augmente passant de 8,2 milliards d'euros au premier semestre 2017 à 8,8 milliards d'euros au premier semestre 2018. L'encours d'épargne est en légère baisse sur la période, s'élevant à 16,6 milliards d'euros au 30 juin 2018 contre 16,8 milliards d'euros au 30 juin 2017.

La contribution de Banque Palatine au résultat avant impôt du groupe après retraitement de l'impact de l'IFRIC 21 s'élève à 46 millions d'euros pour ce premier semestre 2018, soit une augmentation de 10,8 %.

  • BPCE International

BPCE International regroupe les filiales internationales du Groupe BPCE hors Natixis.

L'encours de crédit s'élève à 5,2 milliards d'euros au 30 juin 2018 (contre 5,4 milliards d'euros au 30 juin 2017). L'encours d'épargne de 5,0 milliards d'euros est stable sur la période.

La contribution de BPCE International au résultat avant impôt du groupe après retraitement de l'impact de l'IFRIC 21 est positive pour ce premier semestre 2018, s'établissant à 14 millions d'euros. Elle est en forte hausse par rapport au deuxième semestre 2017 qui intégrait une dotation complémentaire de provisions sur les portefeuilles de crédits en Tunisie.


3.2 Gestion d'actifs : hausse continue des taux de marge et solide croissance des revenus

Le pôle Gestion d'Actifs regroupe les activités de Gestion d'actifs et de Gestion de fortune de Natixis.

  S1-18 %
variation N-1
  Change constant % variation N-1     T2-18 %
variation N-1
En millions d'euros    
Produit net bancaire1 59610,2%  17,7% 81910,2%
Frais de gestion– 1 0773,7% 10,5% -5495,5%
Résultat brut d'exploitation 518 26,9%   36,3%   270 21,2%
Résultat avant impôt après retraitement IFRIC 21 520 23,7%       267 20,3%
Coefficient d'exploitation  après retraitement IFRIC 2167,3%-4,3pts -4,4pts 67,2%-3,0 pts
Réintégration de l'impact IFRIC 21-3    1 
Résultat avant impôt publié 516 23,5%       268 20,3%

Le produit net bancaire s'élève à 1 596 millions d'euros au premier semestre 2018, soit une augmentation significative de 10,2 % (+ 17,7 % à change constant) par rapport au premier semestre 2017. Au premier semestre 2018, les commissions de performance atteignent 119 millions d'euros, équivalent à près de 8 % des revenus de la gestion d'actifs, portées par les bons résultats de H2O. Parallèlement, la gestion de fortune voit ses revenus progresser de 17 % sur un an. Au deuxième trimestre, le produit net bancaire progresse de 10,2 % à 819 millions d'euros. Ces revenus en forte progression sont notamment dus à une amélioration des marges hors commissions hors performance (supérieures à 31 pb au deuxième trimestre 2018, + 3,3 pb en un an).

Les frais de gestion s'établissent à 1 077 millions d'euros au premier semestre 2018, soit une hausse de 3,7 % (+ 10,5 % à change constant) en ligne avec le développement de l'activité par rapport au premier semestre 2017. Au deuxième trimestre, les frais de gestion progressent de 5,5 % à 549 millions d'euros.

Le résultat brut d'exploitation (RBE) augmente de manière significative (+ 26,9 %)  pour le premier semestre 2018 (+ 36,3 % à change constant), et s'élève à 518 millions d'euros. Au deuxième trimestre, le RBE est en hausse significative de 21,2% à 270 millions d'euros. 

Après retraitement de l'impact de l'IFRIC 21 et hors éléments exceptionnels:
             

  • Le résultat avant impôt (RAI) s'établit à 520 millions d'euros, soit une hausse marquée de 23,7 % par rapport au premier semestre 2017. Au deuxième trimestre 2018, le RAI augmente de 20,3 % sur un an et atteint 267 millions d'euros. 
  • Le coefficient d'exploitation (COEX) s'améliore de manière significative de 4,3 points, à 67,3% (4,4 points à change constant). Au deuxième trimestre 2018, le COEX suit la même tendance à   67,2 % (-3,0 points en un an).
  • Le ROE normatif augmente de 3 points à 15 %.

Après prise en compte des éléments exceptionnels et annulation du retraitement de l'impact de l'IFRIC 21, le résultat avant impôt publié s'élève à 516 millions d'euros ce premier semestre, en hausse significative de 23,5 % par rapport au premier semestre 2017. Au deuxième trimestre 2018, le RAI publié s'établit à 268 millions d'euros (+20,3 % comparé au deuxième trimestre 2017).

Les résultats contributifs au Groupe BPCE sont différents de ceux publiés par Natixis. Pour une analyse plus détaillée des métiers et des résultats de Natixis, merci de vous reporter au communiqué de presse de Natixis que vous trouverez en ligne sur www.natixis.com .


Sauf indication contraire, les données financières et commentaires afférents portent sur les résultats sous-jacents c'est-à-dire retraités des éléments non économiques et exceptionnels détaillés en page 20.

3.3 Banque de Grande Clientèle : création de valeur durable avec un ROE de 17 %, +1 point sur un an

Le pôle Banque de Grande Clientèle regroupe les activités de Global markets et de Global finance & Investment banking de Natixis.
             

  S1-18 %
variation N-1
  Change constant % variation N-1     T2-18 %
variation N-1
En millions d'euros    
Produit net bancaire1 904– 4,3 %  – 0,3 % 965– 5,3 %
Frais de gestion– 1 108– 1,2 % 1,3 % -546– 1,6 %
Résultat brut d'exploitation 796 – 8,4 %   – 2,3 %   419 – 9,7 %
Coût du risque– 68-12,7 %   -39– 20,0 %
Résultat avant impôt après retraitement IFRIC 21 752 – 7,7 %       376 – 8,2 %
Coefficient d'exploitation  après retraitement IFRIC 2157,4%2,0 pts 1,1pt 57,3%1,9 pt
Impact des éléments exceptionnels– 4    – 3 
Réintégration de l'impact IFRIC 21– 15    7 
Résultat avant impôt publié 733 – 8,0 %       381 – 9,1%

Le produit net bancaire s'établit à 1 904 millions d'euros au premier semestre 2018, en baisse de 4,3 % par rapport au premier semestre 2017. Ces revenus restent stables à change constant et hors CVA/DVA, grâce notamment à la performance de l'activité Global Finance (+17 %) qui vient compenser la baisse des revenus de Global Markets qui avait bénéficié d'un premier semestre 2017 historiquement élevé. Au deuxième trimestre, le produit net bancaire baisse de 5,3 % sur un an à 965 millions d'euros.

Les frais de gestion s'établissent à 1 108 millions d'euros au premier semestre 2018, soit une baisse de 1,2 % (+ 1,3 % à change constant) par rapport au premier semestre 2017. Au deuxième trimestre, les frais de gestion diminue de 1,6 % à 546 millions d'euros.

Le résultat brut d'exploitation (RBE) diminue (- 8,4%)  pour le premier semestre 2018 et s'élève à 796 millions d'euros (- 2,3 % à change constant) ; il est quasiment stable à change constant et hors CVA/DVA. Au deuxième trimestre, le RBE est en baisse de 9,7 % à 419 millions d'euros. 

Le coût du risque s'établit à 68 millions d'euros pour le premier semestre 2018, en baisse de 12,7 %. Au deuxième trimestre 2018, le coût du risque s'établit à 39 millions d'euros marquant une tendance plus marquée que sur le semestre (- 20,0 %).

Après retraitement de l'impact de l'IFRIC 21 et hors éléments exceptionnels:
             

  • Le résultat avant impôt (RAI) s'établit à 752 millions d'euros, soit une baisse de 7,7 % par rapport au premier semestre 2017. Au deuxième trimestre 2018, le RAI baisse de 8,2 % sur un an et atteint 376 millions d'euros.
  • Le coefficient d'exploitation (COEX) augmente de 2,0 points par rapport au premier semestre 2017, à 57,4 % (+ 1,1 point à change constant). Au deuxième trimestre 2018, le COEX suit une tendance identique s'élevant à 57,3 % (+ 1.9 point comparé au deuxième trimestre 2017).
  • Le ROE normatif augmente d'1 point au premier semestre 2018, à 17 %.

Après prise en compte des éléments exceptionnels et annulation du retraitement de l'impact de l'IFRIC 21, le résultat avant impôt publié s'élève à 733 millions d'euros ce premier semestre, en baisse de 8,0 % par rapport au premier semestre 2017. Au deuxième trimestre 2018, le RAI publié s'établit à 381 millions d'euros (- 9,1 % comparé au deuxième trimestre 2017).

Les résultats contributifs au Groupe BPCE sont différents de ceux publiés par Natixis. Pour une analyse plus détaillée des métiers et des résultats de Natixis, merci de vous reporter au communiqué de presse de Natixis que vous trouverez en ligne sur www.natixis.com
Des informations plus complètes sur les comptes sont disponibles sur le site www.groupebpce.fr , rubrique Investisseurs / Résultats.

Les résultats trimestriels du Groupe BPCE au 30 juin 2018, arrêtés par le directoire du 30 juillet 2018, ont été vérifiés et contrôlés par le conseil de surveillance du 2 août 2018. Les éléments financiers figurant dans ce communiqué de presse ne sont pas audités.

AVERTISSEMENT

Cette présentation peut comporter des éléments de projection et des commentaires relatifs aux objectifs et à la stratégie du Groupe BPCE. Par nature, ces projections reposent sur des hypothèses, des considérations relatives à des projets, des objectifs et des attentes en lien avec des événements, des opérations, des produits et des services futurs et sur des suppositions en termes de performances et de synergies futures.

Aucune garantie ne peut être donnée quant à la réalisation de ces prévisions qui sont soumises à des risques inhérents, des incertitudes et des hypothèses relatives au groupe, ses filiales et ses investissements, au développement des activités du groupe, aux tendances du secteur, aux futurs investissements et acquisitions, à l'évolution de la conjoncture économique, ou à celle relative aux principaux marchés locaux du groupe, à la concurrence et à la réglementation. La réalisation de ces événements est incertaine, leur issue pourrait se révéler différente de celle envisagée aujourd'hui, ce qui est susceptible d'affecter significativement les résultats attendus. Les résultats qui sont projetés ou impliqués dans les prévisions pourraient différer significativement des résultats actuels. Le Groupe BPCE ne s'engage en aucun cas à publier des modifications ou des actualisations de ces prévisions.

Les informations contenues dans cette présentation, dans la mesure où elles sont relatives à d'autres parties que le Groupe BPCE, ou sont issues de sources externes, n'ont pas fait l'objet de vérifications indépendantes et aucune déclaration ni aucun engagement ne sont donnés à leur égard, et aucune certitude ne doit être accordée sur l'exactitude, la sincérité, la précision et l'exhaustivité des informations ou opinions contenues dans cette présentation. Ni le groupe ni ses représentants ne peuvent voir leur responsabilité engagée pour une quelconque négligence ou pour tout préjudice pouvant résulter de l'utilisation de cette présentation ou de son contenu ou de tout ce qui leur est relatif ou de tout document ou information auxquels elle pourrait faire référence.

Les éléments financiers présentés au titre de la période close le 30 juin 2018 ont été établis en conformité avec le référentiel IFRS, tel qu'adopté dans l'Union européenne. Ces informations financières constituent des états financiers résumés pour une période intermédiaire, tels que définis par la norme IAS 34 « Information financière intermédiaire ».

La nouvelle norme IFRS 9 est appliquée à compter du 1er janvier 2018. Le Groupe BPCE a retenu l'option prévue par la norme de ne pas retraiter les exercices antérieurs.

Cette présentation comprend des données financières relatives à des sociétés cotées, qui conformément à l'article L. 451-1-2 du Code monétaire et financier, publient à titre d'information trimestrielle le montant de leur chiffre d'affaires par branche d'activité. Dès lors, les données financières trimestrielles relatives auxdites sociétés sont issues d'une estimation réalisée par BPCE. La publication des soldes intermédiaires de gestion du Groupe BPCE prenant en compte ces estimations ne saurait engager la responsabilité desdites sociétés.

Les états financiers résumés du Groupe BPCE au 30 juin 2018, arrêtés par le directoire du 30 juillet 2018, ont été vérifiés et contrôlés par le conseil de surveillance du 2 août 2018. Ces éléments font l'objet d'un examen limité par les commissaires aux comptes.

INDICATEURS ALTERNATIFS DE PERFORMANCE – ÉLÉMENTS NON ECONOMIQUES ET EXCEPTIONNELS

En millions d'euros S1-2018  S1-2017 pf
  Résultat net part
du groupe
  Résultat net part
du groupe
Éléments non économiques de nature comptable ns   – 38
Réévaluation des actifs associés aux titres super subordonnés en devises (Hors métiers)ns – 38
Cessions de participations non stratégiques et d'actifs en gestion extinctive (Hors métiers)     – 3
Coûts de transformation et de restructuration
(Métiers /Hors métiers)
– 100   – 52
Dépréciation des écarts d'acquisition et divers     – 9
Total de l'impact des éléments non économiques et exceptionnels – 100   – 101


En millions d'euros T2-2018  T2-2017 pf
  Résultat net part
du groupe
  Résultat net part
du groupe
Éléments non économiques de nature comptable 3   – 31
Réévaluation des actifs associés aux titres super subordonnés en devises (Hors métiers)3 – 31
Coûts de transformation et de restructuration
(Métiers /Hors métiers)
– 74   – 28
Total de l'impact des éléments non économiques et exceptionnels – 71   – 60


Précisions méthodologiques

Présentation des résultats trimestriels pro forma
L'information sectorielle est modifiée à compter du T4-17 en cohérence avec la présentation des lignes métiers dans le plan stratégique 2018-2020.
Les métiers Assurance de Natixis (assurance vie, prévoyance, ADE et dommages) auparavant reportés dans le pôle Epargne sont désormais rattachés à la Banque de proximité. Le pôle Epargne devient le pôle Gestion d'actifs.
Les trimestres antérieurs ont été retraités en conséquence.
A compter du 1er janvier 2018, le Groupe BPCE applique la norme IFRS 9 Instruments financiers, telle qu'adoptée par l'Union européenne. Le groupe a retenu l'option prévue par la norme de ne pas retraiter les données comparatives des exercices antérieurs. En conséquence, s'agissant des instruments financiers, les données comparatives relatives à l'exercice 2017 présentées en regard des données 2018 resteront établies conformément aux dispositions de la norme IAS 39.
Lors de la publication des résultats du T1-17, le montant comptabilisé au titre de la contribution du groupe au FRU procédait d'une estimation. Suite à la notification du montant définitif de la contribution au T2-17, le montant du FRU pris en compte en frais de gestion au T1-17 a été majoré de 3 millions d'euros. Le montant définitif de la contribution au FRU pour l'exercice 2018 est comptabilisé dans les résultats du T1-18.

Éléments non économiques et exceptionnels
Les éléments non économiques et exceptionnels et le passage du compte de résultat retraité au compte de résultat publié du Groupe BPCE sont détaillés  en annexe de présentation slide show disponible sur le site internet https://www.groupebpce.fr/Investisseur/Resultats/Presentations-des-resultats

Retraitement de l'impact IFRIC 21
Les résultats, coefficients d'exploitation et ROE après retraitement de l'impact IFRIC 21 se calculent en prenant en compte 1/4 du montant des taxes et contributions relevant de l'interprétation IFRIC 21 pour un trimestre donné ou 1/2 du montant des taxes et contributions relevant de l'interprétation IFRIC 21 pour un semestre. En pratique, pour le Groupe BPCE, les principales taxes concernées par IFRIC 21 sont la contribution sociale de solidarité des sociétés (C3S) et les contributions et prélèvements de nature réglementaire (taxe de risque systémique des banques, contribution pour frais de contrôle de l'ACPR, contribution au Fonds de résolution unique et au Mécanisme de surveillance unique).

Produit net bancaire
La marge nette d'intérêt clientèle hors épargne logement est calculée sur la base des intérêts sur opérations avec la clientèle en excluant les intérêts nets sur l'épargne centralisée (Livret A, Livret Développement Durable, Livret Epargne Logement) ainsi que la variation de la provision épargne logement. Les intérêts nets sur épargne centralisée sont assimilés à des commissions.

Frais de gestion
Les frais de gestion correspondent à l'agrégation des "charges générales d'exploitation" (telles que présentées dans le document de référence, note 6.6 en annexe des comptes consolidés du Groupe BPCE) et des "dotations nettes aux amortissements et aux dépréciations des immobilisations corporelles et incorporelles".

Coût du risque
Le coût du risque est exprimé en points de base et mesure le niveau de risque par pôle métier, en pourcentage du volume des encours de crédit ; il est calculé en rapportant la dotation nette au titre du risque de crédit de la période aux encours bruts de crédits à la clientèle début de période.

Performance des métiers mesurée en Bâle III
Le ROE comptable du Groupe BPCE , correspond au rapport entre les éléments suivants :

  • Résultat net part du groupe retraité de la charge d'intérêt des TSS classés en capitaux propres et des éléments non économiques et exceptionnels
  • Capitaux propres part du groupe retraités des TSS classés en capitaux propres et des gains et pertes latents

Les ROE normatifs des métiers correspondent au rapport entre les éléments suivants

  • Résultat net part du groupe contributif du métier, diminué de la rémunération (calculée au taux normatif de 2 %) de l'excédent des capitaux propres par rapport aux fonds propres normatifs et retraité des éléments non économiques et exceptionnels
  • Fonds propres normatifs ajustés des écarts d'acquisition et des immobilisations incorporelles relatives au métier
  • L'allocation de fonds propres normatifs aux métiers du Groupe BPCE est réalisée sur la base de 10,5 % des risques pondérés moyens en Bâle III

Solvabilité
Les fonds propres Common Equity Tier 1 sont déterminés conformément aux règles CRR / CRD IV applicables ; les fonds propres non phasés sont présentés sans application des mesures transitoires.
Les fonds propres additionnels de catégorie 1 tiennent compte des émissions subordonnées devenues non éligibles plafonnées au taux de phase-out en vigueur.
Le calcul du ratio de levier s'effectue selon les règles de l'Acte délégué publié par la Commission Européenne le 10 octobre 2014, sans mesures transitoires. Les opérations de financement sur titres traitées avec des chambres de compensation sont compensées en application des principes posés par IAS 32, sans prise en compte des critères de maturité et devises. Suite à la décision du 13 juillet 2018 de la Cour de justice de l'Union européenne, le Groupe BPCE a de nouveau sollicité l'accord de la BCE pour exclure l'encours centralisé d'épargne réglementée du calcul du dénominateur du ratio.

Capacité totale d'absorption des pertes
Le montant des passifs éligibles au numérateur du TLAC (capacité d'absorption des pertes) est déterminé selon notre interprétation de la Term Sheet publiée par le FSB le 09/11/2015 "Principles on Loss-absorbing and Recapitalisation Capacity of G-SIBs in Resolution".
Ce montant se compose des 4 éléments suivants :

  • Fonds propres Common Equity Tier 1 conformément aux règles CRR / CRD IV applicables
  • Fonds propres additionnels de catégorie 1 conformément aux règles CRR / CRD IV applicables
  • Fonds propres de catégorie 2 conformément aux règles CRR / CRD IV applicables
  • Passifs subordonnés non reconnus dans le fonds propres cités précédemment et dont la maturité résiduelle est supérieure à 1 an, à savoir :
    • La part des instruments de fonds propres additionnels de catégorie 1 non reconnus en fonds propres (ie., pris dans le phase-out)
    • La part de la décote prudentielle des instruments de fonds propres de catégorie 2 d'une maturité résiduelle supérieure à 1 an
    • Le montant nominal des titres senior non préférés d'une maturité supérieure à 1 an

Les montants éligibles diffèrent quelque peu des montants retenus pour le numérateur des ratios de solvabilité ; ces montants éligibles sont déterminés selon les principes de la Term Sheet du FSB du 09/11/2015.

Liquidité
Les réserves de liquidité totales comprennent :

  • Les actifs éligibles banques centrales incluent : les titres éligibles BCE non éligibles LCR pris pour leur valorisation BCE après haircut BCE, les titres retenus (titrisations et covered bonds) disponibles et éligibles à la BCE pris pour leur valorisation BCE après haircut BCE et les créances privées disponibles et éligibles au refinancement en banques centrales (BCE et Fed), nets des refinancements banques centrales.
  • Les actifs éligibles LCR constituant la réserve LCR du groupe pris pour leur valorisation LCR.
  • Les liquidités placées auprès des banques centrales (BCE et Fed), nettes des dépôts des Money Market Funds US et auxquelles est ajoutée la monnaie fiduciaire.

Le refinancement court terme correspond aux refinancements de maturité initiale inférieure ou égale à 1 an et les tombées court terme du moyen-long terme correspondent aux tombées intervenant jusqu'à 1 an des refinancements de maturité initiale supérieure à 1 an.
Le ratio CERC (coefficient emplois/ ressources clientèle) du groupe est déterminé comme le rapport entre, au numérateur, les prêts à la clientèle et la centralisation des livrets réglementés et, au dénominateur, les dépôts de la clientèle. Le périmètre de calcul exclut la SCF (Compagnie de Financement Foncier, société de crédit foncier du groupe). Ces éléments sont issus du bilan comptable du groupe après mise en équivalence des entités d'assurance.
Les dépôts de la clientèle présentent les ajustements suivants :

  • Ajout des émissions placées par les réseaux Banque Populaire et Caisse d'Epargne auprès de la clientèle et de certaines opérations effectuées avec des contreparties assimilables à des dépôts clients
  • Retrait des dépôts à court terme de certaines clientèles financières collectés par Natixis dans le cadre de ses activités d'intermédiation.

Encours de crédit et d'épargne
Les retraitements effectués pour le passage des encours comptables aux encours de gestion de crédit et d'épargne sont les suivants :

  • Encours d'épargne : les encours de gestion excluent de leur périmètre les dettes représentées par un titre (bons de caisse ou bons d'épargne)
  • Encours de crédit : les encours de gestion excluent de leur périmètre les titres assimilés à des prêts et créances sur clientèle et autres titres assimilés à de l'activité financière.

À propos du Groupe BPCE
Le Groupe BPCE, deuxième groupe bancaire en France, s'appuie sur deux réseaux de banques commerciales coopératives, autonomes et complémentaires : celui des 14 Banques Populaires et celui des 15 Caisses d'Epargne. Dans le domaine du financement de l'immobilier, il s'appuie également sur le Crédit Foncier. Il est un acteur majeur de la gestion d'actifs, de l'assurance, de la banque de grande clientèle, et des services financiers spécialisés avec Natixis. Le Groupe BPCE compte 31 millions de clients et 106 500 collaborateurs ; il bénéficie d'une large présence en France avec 7 800 agences et 9 millions de sociétaires.
La dette senior préférée à long terme du groupe est notée par quatre agences de notation financières, Moody's (A1, perspective stable), S&P (A, perspective positive), Fitch (A, perspective positive) et R&I (A, perspective stable).


Contacts presse Groupe BPCE
Anne-Laure Declaye : 01 58 40 61 79
Lina Mestari : 01 58 40 59 26
mail : presse@bpce.fr

 
Relations analystes Groupe BPCE
Roland Charbonnel : 01 58 40 69 30
Evelyne Etcheverry : 01 58 40 57 46
mail : bpce-ir@bpce.fr

 

       groupebpce.fr  



[1] A change constant pour le PNB consolidé. Résultats sous-jacents (c'est-à-dire hors éléments non économiques et exceptionnels). Variation exprimée entre S1-17 pro forma et S1-18, sauf indication contraire 

[2] Indemnités de remboursement anticipé

[3] Estimation au 30/06/2018 – CRR / CRD IV sans mesures transitoires

[4] Voir note méthodologique sur la capacité totale d'absorption des pertes p21

[5] Projet soumis à information-consultation des Instances Représentatives du Personnel des entités du groupe concernées

[6] S1-17 pro forma (se reporter à la note méthodologique à la fin de ce communiqué de presse), sauf mention contraire toutes les variations sont exprimées par rapport au 30 juin  2017 – Résultats sous-jacents

[7] Coût du risque en points de base annualisés sur encours bruts de crédits à la clientèle début de période

[8] Après retraitement de l'impact de l'IFRIC 21

[9] Coût du risque en points de base annualisés sur encours bruts de crédits à la clientèle début de période

[10] CRR/CRD IV sans mesures transitoires ; les fonds propres additionnels de catégorie 1 tiennent compte des émissions subordonnées devenues non éligibles plafonnées au taux de phase-out en vigueur

[11] Au sens du term sheet du 09/11/2015 du Financial Stability Board sur la « Total Loss-absorbing Capacity » -voir note méthodologique p21

[12] Estimation selon les règles de l'Acte délégué publié par la Commission Européenne le 10/10/2014 ; le ratio de levier s'élèverait à 5,3 % après exclusion de l'encours centralisé d'épargne réglementée du calcul du dénominateur du ratio, sous réserve de l'accord de la BCE et suivant la décision du 13/07/2018 du Tribunal de l'Union européenne

[13] Détermination de l'exigence et du niveau effectif de MREL sujette à modification compte tenu des évolutions législatives et règlementaires en cours

[14] S1-17 pro forma (se reporter à la note méthodologique à la fin de ce communiqué de presse), sauf mention contraire toutes les variations sont exprimées par rapport au 30 juin 2017

[15] Après retraitement de l'impact de l'IFRIC 21

[16] Calcul basé sur le niveau d'activité de l'année précédente, 2017 étant la première année pleine d'activité avec les CE


This announcement is distributed by Nasdaq Corporate Solutions on behalf of Nasdaq Corporate Solutions clients.

The issuer of this announcement warrants that they are solely responsible for the content, accuracy and originality of the information contained therein.

Source: BPCE via GlobeNewswire

HUG#2209017

Print Friendly, PDF & Email

BPCE : Résultats du 2e trimestre et du 1er semestre 2018 du Groupe BPCE

ACTUALITÉS ÉCONOMIQUES ET FINANCIÈRES |