Les syst?mes financiers sont de plus en plus interd?pendants, ? la
fois au niveau des entreprises et ? l’?chelle internationale, cr?ant un
effet de r?seau par lequel tout changement apport? ? ces syst?mes se
r?percute, directement ou indirectement, sur l’ensemble des autres
activit?s. Cette interd?pendance accrue affecte la confiance et la
visibilit? des flux de tr?sorerie, selon un rapport de Basware.

? 2011 Cost of Control ? Fuzzy Finance ? (Co?t du contr?le – Flou
financier), le troisi?me rapport annuel r?alis? pour le compte de
Basware, offre un aper?u des opinions et priorit?s de plus de 550
directeurs financiers dans le monde. L’?tude compare aussi les tendances
actuelles ? celles pr?sent?es dans les rapports de 2010 et 2009, pour
mesurer la confiance et les objectifs strat?giques des responsables
financiers.

En raison notamment de l’interd?pendance croissante des syst?mes
financiers, ? la fois au niveau des entreprises et ? l’?chelle
internationale, l’inqui?tude relative ? la visibilit? des flux de
tr?sorerie ?tait le th?me principal du rapport. Ce qui n’?tait jusqu’ici
qu’un probl?me de ? dialogue ? d’ordre purement technologique entre des
syst?mes disparates, semble ?tre devenu une s?rie interminable de
proc?dures interd?pendantes complexes, produisant un ? effet de r?seau ?
affectant l’efficacit? op?rationnelle de toute l’entreprise. Cette
situation est par ailleur aggrav?e par l’interaction avec les syst?mes
externes tout aussi interd?pendants. En cons?quence, 71 % des
administrateurs et directeurs financiers estiment que l’interd?pendance
accrue des diff?rents syst?mes financiers a un impact n?gatif sur la
visibilit? des flux de tr?sorerie.

Parall?lement, 59 % pensent que des d?cisions en vue d’am?liorer les
op?rations financi?res de leur entreprise ont ?t? prises sans une
compr?hension claire des r?percussions globales sur la visibilit? des
flux de tr?sorerie. Cette pr?occupation est d’ailleurs confirm?e par des
directeurs financiers qui affirment que la r?alisation d’?conomies au
sein de leur entreprise est le principal enjeu auquel fait face leur
service (48 %). En comparaison aux rapports de 2010 et 2009,
l’importance de ce crit?re continue de cro?tre (39 % et 31 %,
respectivement). La sensibilisation ? l’interd?pendance entre les
syst?mes financiers et la visibilit? des flux de tr?sorerie est par
ailleurs confirm?e par 47 % des directeurs financiers interrog?s
soutenant que l’int?gration des syst?mes et les d?fis technologiques
sont la deuxi?me priorit?, en hausse de 10 % depuis 2010.

Les probl?mes d’?conomies ?tant une pr?occupation constante pour les
directeurs financiers, il est int?ressant d’?valuer les niveaux de
confiance ?conomique au sein de ce groupe de r?f?rence. La confiance
globale envers l’?conomie r?gionale et mondiale a augment? parmi ces
professionnels depuis 2010 et 2009 ? de 18 % dans chaque cas. La
confiance envers les r?sultats de leur soci?t? s’est accrue mod?r?ment
(+7 %) mais celle ? l’?gard de la fonction financi?re demeure statique.

Esa Tihil?, PDG de Basware, commente en ces termes : ? La confiance
envers les ?conomies r?gionale et mondiale s’est am?lior?e depuis 2010
mais le climat de ces derni?res ann?es a contraint les entreprises ?
modifier radicalement leurs strat?gies de mani?re ? pouvoir identifier
en permanence de nouvelles ?conomies de co?ts. La visibilit? des flux de
tr?sorerie, en temps r?el, est essentielle pour atteindre cet objectif
et les directeurs financiers doivent disposer d’une vue globale des
finances pour r?aliser ces ?conomies. L’interd?pendance accrue des
syst?mes financiers au sein d’une entreprise et ? l’?chelle
internationale cr?e un certain flou quant ? la capacit? de disposer
d’une vue comptable en temps r?el ?.

Apr?s un examen d?taill? des composants des syst?mes financiers, il
semblerait qu’il incombe avant tout au service des comptes fournisseurs
de fournir une vue pr?cise des flux de tr?sorerie dans l’entreprise.
Selon 62 % des r?pondants, l’inefficacit? au sein de ce service
compromet la visibilit?, tandis que 64 % estiment que ses pratiques ont
un impact plus imm?diat sur d’autres secteurs de l’entreprise en raison
de niveaux plus ?lev?s d’int?gration entre les syst?mes.

L’automatisation au sein de services comme les comptes fournisseurs et
la facturation ?lectronique permet aux directeurs financiers d’acc?der
plus facilement ? des informations d?taill?es et en temps r?el sur la
tr?sorerie de la soci?t?. L’investissement dans la technologie de
facturation ?lectronique en vue d’augmenter la productivit? ?tait la
premi?re activit? que 52 % des entreprises sont d?sormais plus
susceptibles d’entreprendre, par rapport ? la m?me p?riode l’ann?e
derni?re. Cette mesure ?tait suivie de la r?duction des d?lais de
recouvrement des factures clients (49 %) et de l’extension des modalit?s
de paiement des fournisseurs (44 %).

Esa Tihil?, PDG de Basware, poursuit : ? L’automatisation des processus
manuels est essentielle, du fait notamment de l’accroissement de
l’interd?pendance des syst?mes financiers qui s’appuient de plus en plus
sur des informations issues d’autres secteurs de l’entreprise. Les
soci?t?s reconnaissent la valeur tangible que l’automatisation peut
apporter, en plus de ses fonctions de rentr?es de fonds plus ?videntes,
telles que l’extension des accords de paiement avec les fournisseurs et
la r?duction des modalit?s de paiement des clients. L’interd?pendance
accrue des syst?mes financiers signifie qu’aucun ?l?ment du processus
financier ne peut ?tre consid?r? de fa?on isol?e car toute modification
apport?e ? l’une des extr?mit?s du spectre financier aura probablement
des r?percussions ? l’autre bout. Il importe donc aux directeurs
financiers d’avoir une vision claire des flux de tr?sorerie au sein de
l’entreprise et une connaissance globale de l’interconnexion de ces
r?seaux de sorte que les changements introduits ne soient pas
pr?judiciables ?.

Peter Smith, r?dacteur et co-directeur g?n?ral de Spend Matters UK
/?Europe, a d?clar?: ??Spend Matters constate une plus ?troite
collaboration entre les fonctions et les cadres des services achats et
comptabilit? et ce rapport confirme bien cette tendance. Il est donc
important pour les responsables des achats de comprendre ce qui motive
leurs coll?gues des services financiers?; le sondage de Basware leur en
donne une id?e bien pr?cise ?.

??Il est int?ressant de noter que les responsables de la gestion
financi?re sont de plus en plus concern?s par les flux de tr?sorerie et
la visibilit? des engagements, des paiements et les autres probl?mes
li?s aux liquidit?s. La r?duction des co?ts aupr?s des fournisseurs
n?est en fait plus une priorit? aussi importante, du moins aux yeux des
services financiers. Ces tendances ont des r?percussions sur les
strat?gies et d?marches d?achat et sugg?rent aussi que les entreprises
doivent adopter une approche plus int?gr?e sur l?ensemble de leur cycle
Purchase to Pay ?.

??Cette ?tude indique que les entreprises donnent une plus grande
priorit? aux comptes fournisseurs et ne les consid?rent plus simplement
comme une simple fonction administrative. Les probl?mes plus g?n?raux
touchant au contr?le, ? la visibilit?, ? la gestion de tr?sorerie et au
financement de la cha?ne d?approvisionnement semblent de mieux en mieux
compris. Cela met par ailleurs l?accent sur la n?cessit? d?automatiser
et d?am?liorer la gestion de la facturation ?.

Pour obtenir un exemplaire complet du rapport ? 2011 Cost of Control –
Fuzzy Finance ?, rendez-vous sur le site www.basware.com

? propos de l’?tude

L’?tude de Basware sur le co?t du contr?le pr?sente les opinions de
550 administrateurs et directeurs financiers, aux ?tats-Unis (100
personnes interrog?es), au Royaume-Uni (100), en Scandinavie (100), en
Allemagne (100), en Australie (50), au Benelux (50) et en France (50).

Les entreprises concern?es comptaient au moins 1 000 employ?s et les
questions portaient sur la responsabilit? d?cisionnelle et la gestion
budg?taire au nom de toute l’organisation.
Les personnes ont ?t?
interrog?es par t?l?phone et ont particip? ? un sondage en ligne.

? propos de Basware

Basware est le leader mondial des solutions Purchase to Pay avec plus
de 1 000 000 d’utilisateurs r?partis dans plus de 60 pays ? travers le
monde. Le r?seau ouvert de Basware, destin? ? la facturation
?lectronique et aux messages d’achat, relie aujourd’hui plus de 320 000
soci?t?s dans le monde. Gr?ce ? Basware, les entreprises peuvent r?duire
les frais associ?s ? l’achat et au paiement des biens et services et
am?liorer la visibilit? et le contr?le de l’ensemble de leur m?canisme
de d?penses en automatisant les processus manuels, depuis le sourcing
jusqu’au paiement des factures, en passant par la gestion des contrats,
les achats et la collaboration des fournisseurs. Les solutions et
services Basware permettent aux soci?t?s d’am?liorer leur position de
tr?sorerie, d’optimiser leur fonds de roulement et de maximiser la
souplesse de leurs transactions financi?res sur l’ensemble du cycle
Purchase to Pay. Les solutions sont distribu?es et d?ploy?es, sur site
ou bien sous forme de service, en Europe, aux ?tats-Unis et dans la
r?gion Asie-Pacifique par l’interm?diaire d’un vaste r?seau de bureaux
Basware et de partenaires agr??s.
www.basware.com

Le texte du communiqu? issu d?une traduction ne doit d?aucune mani?re
?tre consid?r? comme officiel. La seule version du communiqu? qui fasse
foi est celle du communiqu? dans sa langue d?origine. La traduction
devra toujours ?tre confront?e au texte source, qui fera jurisprudence.

Print Friendly, PDF & Email

Basware : la visibilité des flux de trésorerie compromise par la complexité des systèmes financiers

ACTUALITÉS ÉCONOMIQUES ET FINANCIÈRES |