Paris, le 10 mai 2016

RÉSULTATS [1] DU PREMIER TRIMESTRE 2016

DU GROUPE BPCE




 

Bonnes performances commerciales dans un environnement de taux bas et un contexte de marché difficile. Stabilité du résultat net part du groupe à 872 millions d'euros [2]

POURSUITE DE LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES MÉTIERS COEURS [3]

 

Réseaux Banque Populaire et Caisse d'Epargne

  • Développement soutenu des encours de crédits en hausse de 4,2 %  sur un an après deux années de progression supérieure au marché ainsi que de l'épargne de bilan en augmentation de 3,0 %
  • Fonds de commerce en hausse sur les cibles prioritaires : + 157 000 clients bancarisés principaux sur 1 an

 

Assurance [4]

  • Forte dynamique en assurance vie avec une collecte brute en hausse de 23 % comparée au T1-15
  • Portefeuilles de contrats d'assurance non vie en augmentation de 10 % comparés au 31 mars 2015

             
Métiers coeurs de Natixis

  • Épargne : encours en gestion d'actifs de 776 Md€ à fin mars 2016, en repli suite à un effet change négatif, des cessions d'affiliés et une faible décollecte (- 1 Md€) ; poursuite de la hausse des marges
  • Banque de Grande Clientèle : maintien à un niveau élevé du poids des commissions dans les revenus des financements structurés (37 % au T1-16) et dynamique soutenue dans les dérivés actions
  • Services Financiers Spécialisés : bonne performance avec des primes émises en hausse de 15 % vs T1-15 (Cautions & Garanties), un chiffre d'affaires affacturé en progression de 10 % et une forte augmentation de la production nouvelle de crédit-bail immobilier

 

STABILITÉ DU R É SULTAT MALGR É L'ENVIRONNEMENT DE TAUX BAS

 

  • Baisse des revenus [5] des métiers coeurs à 5,7 Md€ (- 3,1 %) : performances commerciales de la banque de détail limitant l'impact négatif des taux sur la marge nette d'intérêt et stabilité des revenus des métiers coeurs de Natixis
  • Maîtrise des frais de gestion hors augmentation de la contribution estimée au Fonds de Résolution Unique (FRU) : + 0,4 % vs T1-15 (FRU : 218 M€ en 2016, soit une hausse de 112 M€ vs 2015)
  • Coût du risque5 en baisse et à un niveau modéré : 372 M€ (- 24,6 %), soit 24 pb (vs 32 pb au T1-15)
  • Résultat net part du groupe2 des métiers coeurs : 1 Md€ au T1-16, – 1,2 % vs T1-15
  • Résultat net part du groupe (hors hausse de la contribution estimée au FRU [6] ) : 680 M€, +5,4 % vs T1-15

 

RENFORCEMENT CONTINU DU BILAN

 

  • Ratio de Common Equity Tier 1 ou CET1 [7] de 13,3 % au 31/03/2016 (+  10 pb vs 31/12/2015)
  • Ratio de solvabilité global7 , [8] de 17,3 % (+  30 pb vs 31/12/2015)

Le 8 mai 2016, le conseil de surveillance du Groupe BPCE, présidé par Pierre Valentin, a examiné les comptes du groupe pour le premier trimestre 2016.

Pour François Pérol, président du directoire du Groupe BPCE, « ces résultats traduisent la résilience de notre modèle. Grâce à de bonnes performances commerciales dans ses métiers stratégiques, et à coût du risque faible, le Groupe BPCE stabilise son résultat ce premier trimestre, dans un environnement de taux historiquement bas et un contexte de marché difficile. Nous avons également poursuivi, ce trimestre, le renforcement de notre bilan. La persistance probable des taux bas pendant une période longue conduit le groupe à lancer une réflexion approfondie sur un nouveau programme de transformation et d'excellence opérationnelle. »

1. RÉSULTATS [9] CONSOLIDÉS DU GROUPE BPCE DU PREMIER TRIMESTRE 2016

Dans un environnement de taux bas et un contexte de marché défavorable, le Groupe BPCE affiche des résultats résilients au premier trimestre 2016. Les revenus [10] des métiers coeurs diminuent de 3,1 % sur un an et s'élèvent à 5 720 millions d'euros. De bonnes performances commerciales des réseaux ont permis de limiter l'impact croissant des taux bas sur les revenus de la banque de détail. Les encours de crédit des réseaux Banque Populaire et Caisse d'Epargne ont ainsi progressé de 16 milliards d'euros en un an, soit une hausse de 4,2 %, permettant de limiter la baisse de la marge nette d'intérêt. Les activités d'assurance vie et non vie ont enregistré une forte progression, avec une croissance de 23 % de la collecte brute en assurance vie et une hausse de 10 % des portefeuilles de contrats en assurance non vie. Les métiers coeurs de Natixis ont également très bien résisté.

Hors augmentation de la contribution estimée au FRU (Fonds de Résolution Unique), les frais de gestion sont maîtrisés. Rapporté aux encours bruts de crédit à la clientèle, le coût du risque du groupe diminue et ressort à un niveau modéré de 24 points de base au premier trimestre 2016 contre 32 points de base au premier trimestre 2015 (hors impact de la provision Heta Asset Résolution AG). Le résultat net part du groupe [11] est stable comparé au premier trimestre 2015, et s'établit à 872 millions d'euros.

De nouvelles synergies ont été engagées avec le lancement de trois opérations de fusion de banques régionales depuis le début de l'année.

Le Groupe BPCE poursuit le renforcement de son bilan avec un ratio de Common Equity Tier 1 (CET1) à 13,3 %7 au 31 mars 2016, en hausse de 10 points de base par rapport au 31 décembre 2015. Le ratio de solvabilité global s'élève à 17,3 %7 , 8 en hausse de 30 points de base par rapport au 31 décembre 2015.

1.1 R ésultats consolidés 9 du premier trimestre 2016 : stabilité du résultat net part du groupe à 872 millions d'euros 11

Le produit net bancaire 10 du Groupe BPCE atteint, au premier trimestre 2016, 5 787 millions d'euros, en baisse de 4,0 % par rapport au premier trimestre 2015. Les métiers coeurs participent au produit net bancaire à hauteur de 5 720 millions d'euros, en baisse de 3,1 % par rapport au premier trimestre 2015.

Les frais de gestion du groupe s'élèvent à 4 394 millions d'euros, en hausse de 3,0 % sur un an. Ceux des métiers coeurs, à 3 946 millions d'euros, augmentent de 1,2 %. Toutefois, hors augmentation de la contribution estimée au FRU, les frais de gestion du groupe, maîtrisés, ne progressent que de 0,4 %.

Le résultat brut d'exploitation 10 s'élève à 1 393 millions d'euros, en repli de 21,0 % par rapport au premier trimestre 2015. La contribution des métiers coeurs atteint 1 774 millions d'euros, en baisse de 11,6 % sur un an.

Le coût du risque 10, à 24 points de base [12] , diminue significativement, de 24,6 % au premier trimestre 2016 par rapport au premier trimestre 2015. Il s'établit à 372 millions d'euros. Pour les métiers coeurs, il ressort à 352 millions d'euros, en baisse de 25,6 % et correspond à 24 points de base.

Le résultat avant impôt 10 baisse de 14,7 % et s'établit à 1 136 millions d'euros au premier trimestre 2016. Pour les métiers coeurs, le résultat avant impôt ressort à 1 524 millions d'euros, en diminution de 4,8 % par rapport au premier trimestre 2015.

Retraité de l'impact de la norme IFRIC 21 et hors éléments non économiques et exceptionnels, le résultat net part du groupe est stable comparé au premier trimestre 2015 et s'établit à 872 millions d'euros. Celui des métiers coeurs diminue de 1,2 % à 1 003 millions d'euros. Le coefficient d'exploitation augmente de 3,6 points et s'établit à 70,1 % pour le groupe. Il est de 66,0 % pour les métiers coeurs, en hausse de 2,9 points par rapport au premier trimestre 2015. Le ROE du groupe ressort à 6,2 %, stable comparé au premier trimestre 2015 (- 0,1 point). Il est de 10 % pour les métiers coeurs, en baisse d'un point par rapport au premier trimestre 2015.

Après prise en compte des éléments non économiques et exceptionnels, et annulation du retraitement de l'impact de l'IFRIC 21, le résultat net part du groupe publié affiche une baisse de 10,5 % au premier trimestre 2016, à 578 millions d'euros. Celui d es métiers coeurs diminue de 1,2 % et atteint 883 millions d'euros pour le premier trimestre 2016. Toutefois, hors augmentation de la contribution estimée au FRU, le résultat net part du groupe publié11 est en hausse de 5,4 %.


RÉSULTATS CONSOLIDÉS DU PREMIER TRIMESTRE 2016 DU GROUPE BPCE

En millions d'euros T1-16 T1-16 /
T1-15 pf
variation %
  Métiers coeurs
T1-16
T1-16 /
T1-15 pf
variation %
Produit net bancaire * 5 787 – 4,0 %   5 720 – 3,1 %
Frais de gestion – 4 394 + 3,0 %   – 3 946 + 1,2 %
Résultat brut d'exploitation * 1 393 – 21,0 %   1 774 – 11,6 %
Coût du risque * – 372 – 24,6 %   – 352 – 25,6 %
Résultat avant impôt * 1 136 – 14,7 %   1 524 – 4,8 %
Résultat net part du groupe * 597 – 11,3 %    883 – 1,2 %
           
Retraitement de l'impact IFRIC 21             275     120  
Résultat net part du groupe ** 872     1 003 – 1,2 %
Coefficient d'exploitation ** 70,1 % + 3,6 pts   66,0 % + 2,9 pts
ROE ** 6,2 % – 0,1 pt   10,0 % – 1 pt
           
Impact en résultat net des éléments non économiques et exceptionnels             – 19        
Réintégration de l'impact IFRIC 21             – 275     -120  
Résultat net publié 578 – 10,5 %   883 – 1,2 %

T1-15 pro forma, se reporter à la note méthodologique à la fin de ce communiqué de presse

Les métiers coeurs sont la Banque commerciale et Assurance (avec les réseaux Banque Populaire et Caisse d'Epargne ainsi que le Crédit Foncier, la Banque Palatine et BPCE International), l'Épargne, la Banque de Grande Clientèle et les Services Financiers Spécialisés (Natixis)

* Hors éléments non économiques et exceptionnels

** Hors éléments non économiques et exceptionnels et après retraitement de l'impact IFRIC 21


2. POURSUITE DU RENFORCEMENT DU BILAN AU PREMIER TRIMESTRE 2016

2.1 Un ratio de solvabilité global en hausse

Le ratio de CET1 [13] du Groupe BPCE a continué de progresser au premier trimestre 2016 avec un niveau estimé à 13,3 % au 31 mars 2016, en hausse de 10 points de base par rapport au 31 décembre 2015. L'augmentation du ratio de CET1 est principalement due à la mise en réserve du résultat (tenant compte de la distribution prévisionnelle) avec un impact de 12 points de base depuis le 31 décembre 2015 (17 points de base corrigé de l'impact de l'application de l'IFRIC 21).

Le Groupe BPCE présente un niveau élevé de ratio de solvabilité global13 estimé à 17,3 % [14] , [15] au 31 mars 2016 en augmentation de 30 points de base par rapport au 31 décembre 2015.

Les fonds propres globaux ont augmenté de 1,5 milliard d'euros au premier trimestre 2016, passant de 66,4 milliards d'euros au 31 décembre 2015 à 67,9 milliards d'euros estimés au 31 mars 2016. Cette croissance est liée en grande partie à la hausse des fonds propres Tier 2. Ceux-ci ont en effet progressé de 1,3 milliard d'euros en tenant compte des émissions de Tier 2 réalisées15.Les fonds propres CET1 ont augmenté de 0,4 milliard d'euros, passant de 51,6 milliards d'euros au 31 décembre 2015 à 52,0 milliards d'euros au 31 mars 2016. Sur la période, les fonds propres AT1 ont diminué de 0,2 milliard d'euros en raison de l'évolution du taux de phase-out qui passe de 30 % en 2015 à 40 % au 1 er janvier 2016.

Les risques pondérés restent maîtrisés, stables par rapport au 31 décembre 2015, à 391 milliards d'euros.

Au 31 mars 2016, le ratio de levier [16] (Bâle 3) s'établit à 4,7 % incluant l'épargne centralisée dans les expositions. Il reste inchangé par rapport au ratio pro forma au 31 décembre 2015.

2.2 Des réserves de liquidité couvrant largement le refinancement court terme

Au 31 mars 2016 les réserves de liquidité couvrent 137 % du total des encours de refinancement court terme et tombées moyen-long terme et subordonnées inférieures ou égales à un an. Les réserves de liquidité s'élèvent à 160 milliards d'euros au 31 mars 2016 (contre 161 milliards d'euros au 31 décembre 2015 [17] ), dont 118 milliards d'euros d'actifs disponibles éligibles au refinancement banques centrales (115 milliards d'euros au 31 décembre 201517) et 42 milliards d'euros de liquidités placées auprès des banques centrales (46 milliards d'euros au 31 décembre 201517).

Le coefficient emplois/ressources clientèle [18] du Groupe BPCE reste stable, ressortant à 119 % au 31 mars 2016.

Le ratio de liquidité court terme (LCR) demeure supérieur à 110 % au 31 mars 2016.


2.3 Programme 2016 de refinancement moyen-long terme marché réalisé à 55 % au 30 avril 2016

L'accès du Groupe BPCE aux grands marchés de dette lui a permis de lever 13,2 milliards d'euros de ressources à moyen-long terme (MLT) au 30 avril 2016, sur un programme 2016 de 24 milliards d'euros soit une réalisation de 55 %. La durée moyenne à l'émission est de 6,9 ans et le taux moyen est de mid-swap + 41 points de base. Sur les quatre premiers mois de l'année 2016, 54 % du refinancement MLT a été effectué sous la forme d'émissions publiques et 46 % sous la forme de placements privés.

Sur les quatre premiers mois de l'année 2016, 64 % du refinancement à MLT a été réalisé sous la forme d'émissions non sécurisées, soit un montant de 8,4 milliards d'euros. Dans le détail, 6,6 milliards d'euros ont concerné de la dette senior et 1,8 milliard d'euros, de la dette subordonnée Tier 2.
Les émissions sécurisées ont représenté 36 % du refinancement à MLT, soit 4,7 milliards d'euros.

Le Groupe BPCE continue de lever des montants importants grâce à une diversification accrue de sa base d'investisseurs. Ainsi, 35 % des émissions non sécurisées sur le marché des institutionnels ont été effectuées en devises autres que l'euro (notamment 32 % en dollar américain).


3. RÉSULTATS [19] DES MÉTIERS : BONNES PERFORMANCES COMMERCIALES deS MÉTIERS cOEurs

3.1 Banque commerciale et Assurance : le maintien d'une bonne dynamique commerciale limite le recul de la marge nette d'intérêt

Le métier Banque commerciale et Assurance regroupe les activités du réseau Banque Populaire, du réseau Caisse d'Epargne et des Autres réseaux comprenant les filiales BPCE International, Banque Palatine, Crédit Foncier et la participation minoritaire dans CNP Assurances.

Les Banques Populaires et les Caisses d'Epargne conservent une bonne dynamique commerciale au premier trimestre 2016. Les encours de crédit, dont le volume de production se maintient à un niveau élevé, s'établissent à 400 milliards d'euros au 31 mars 2016. Ils ont augmenté de 4,2 % sur un an, soit une progression de 16 milliards d'euros, portés par le crédit immobilier (+ 5,5 %) et le crédit à la consommation (+ 9,8 %).

Les encours d'épargne des Banques Populaires et des Caisses d'Epargne s'établissent à 635 milliards d'euros au 31 mars 2016, en hausse de 16 milliards d'euros sur un an. Cette croissance résulte, en grande partie, de l'augmentation de l'épargne de bilan (+ 3,0 % sur un an), portée notamment par la forte croissance des dépôts à vue (+ 13,3 %) et la dynamique de l'épargne logement (+ 10,0 %). Elle est également liée à l'augmentation de l'épargne financière, qui progresse de 2,0 %, bénéficiant d'une dynamique continue de l'assurance vie, dont l'encours croît de 2,8 % sur la période.

Partenaire de la vie économique, le Groupe BPCE s'est associé, à travers ses deux réseaux, Banque Populaire et Caisse d'Epargne, au Fonds européen d'investissement (FEI). Banque Populaire a signé avec le FEI un second accord pour le financement des projets de croissance des entreprises innovantes portant sur une enveloppe de prêts contre garantis à hauteur de 300 millions d'euros. Grâce à l'accord précédent, Banque Populaire a permis à plus de 700 entreprises de bénéficier d'un financement Innov&Plus . De son côté, Caisse d'Epargne a signé des accords de garantie avec le FEI pour sa clientèle jeune et entreprise. Le premier, Erasmus+ , porte sur le financement de prêts pour les étudiants du programme Erasmus à hauteur de 30 millions d'euros. Le second, InnovFin , permettra d'octroyer aux entreprises innovantes 200 millions d'euros de prêts, contre-garantis à 50 % par le FEI.

Banque Populaire a lancé à destination de ses clients professionnels l'application CyberPlus Pro, disponible sur mobile et tablette, permettant de répondre aux besoins quotidiens de gestion des comptes des entreprises. 

Acteur majeur du financement des collectivités, Caisse d'Epargne a lancé le portail internet «  Développement et Collectivités  » pour mettre à disposition des élus locaux des outils de simulation budgétaire et de préparation pour leurs investissements communaux.

Le Groupe BPCE est le premier groupe bancaire en Europe à s'être engagé, en mars 2016, dans le Global Fintech Challenge, challenge d'open innovation en ligne réunissant au niveau mondial l'écosystème innovant de jeunes fintechs.



Résultats financiers 19 du premier trimestre 2016 de la Banque commerciale et Assurance

Les revenus de la Banque commerciale et Assurance du premier trimestre 2016 s'établissent à 3 802 millions d'euros (hors variation de la provision épargne logement), soit une baisse de 4,0 % par rapport au premier trimestre 2015. L'impact négatif des taux d'intérêt s'accentue sur la marge nette d'intérêt, mais l'effet est toutefois atténué par l'augmentation des volumes. L'évolution des commissions est affectée par la forte baisse des indemnités de remboursements anticipés.

Les frais de gestion sont maîtrisés, s'établissant à 2 619 millions d'euros au premier trimestre 2016, stables par rapport au premier trimestre 2015 (+ 0,6 %).

Le résultat brut d'exploitation s'élève à 1 152 millions d'euros au premier trimestre 2016, en baisse de 14,4 % sur un an.

Le coût du risque , à 268 millions d'euros au premier trimestre 2016, s'améliore significativement, en baisse de 31,7 %.

La contribution de la Banque commerciale et Assurance au résultat avant impôt du groupe s'établit à 959 millions d'euros au premier trimestre 2016, en baisse de 5,2 % par rapport au premier trimestre 2015.

Retraité de l'impact de l'IFRIC 21 , le résultat avant impôt s'établit à 1 079 millions d'euros, en baisse de 4,9 % par rapport au premier trimestre 2015 et le coefficient d'exploitation augmente de 3,5 points, s'établissant à 66,3 %. Le ROE ressort à 10 %, stable par rapport au premier trimestre 2015.

3.1.1 Banque Populaire : progression dynamique de la production de crédits et poursuite de la conquête clientèle

Le réseau Banque Populaire regroupe les 18 Banques Populaires, dont la CASDEN Banque Populaire et le Crédit Coopératif ainsi que leurs filiales, le Crédit Maritime Mutuel et les sociétés de caution mutuelle.

  • Fonds de commerce

Le réseau Banque Populaire poursuit sa stratégie de développement auprès des clientèles prioritaires, qui se traduit par une progression du nombre de ses clients bancarisés principaux de 1,5 % sur un an (+ 49 000 clients) et par une hausse du nombre de ses clients particuliers équipés et assurés de 7,6 % sur un an (+ 81 000 clients).

  • Crédit

Les encours de crédit s'établissent à 174 milliards d'euros à fin mars 2016, enregistrant une progression de 3,3 % sur un an. Les encours de crédits immobiliers connaissent une hausse de 5,6 % sur un an. La production de crédits à la consommation a été très dynamique, en hausse de 28 % par rapport au 31 mars 2015, entraînant une croissance de 8,8 % de l'encours. La reprise des crédits à l'équipement s'accélère : la production affiche une augmentation de 19 % par rapport au même trimestre l'année précédente et permet aux encours de repartir à la hausse (+ 1,0 %).

  • Épargne

Les encours d'épargne ont enregistré une croissance de 10 milliards d'euros sur un an (+ 4,4 %). Ils s'établissent ainsi à 235 milliards d'euros au 31 mars 2016. Les encours d'épargne de bilan s'élèvent à 164 milliards d'euros, soit une croissance de 5,0 % sur un an glissant portée par les dépôts à vue (+ 11,7 %) et l'épargne logement (+ 9,5 %). En parallèle, les encours d'assurance vie affichent une hausse de 3,1 % sur un an.

  • Assurance

Les activités d'assurance poursuivent leur croissance, avec une hausse du portefeuille de 8,0 % sur un an pour l'assurance dommages – IARD et de 9,3 % pour la prévoyance et la santé.

  • Résultats financiers

Le produit net bancaire du premier trimestre 2016 s'établit à 1 593 millions d'euros (hors variation de la provision épargne logement), en baisse de 4,0 % par rapport au 31 mars 2015. Cette évolution procède notamment d'une diminution de 7,0 % de la marge nette d'intérêt clientèle (hors variation de la provision épargne logement) et d'une diminution de 2,8 % des commissions.

Les frais de gestion du premier trimestre 2016, à 1 113 millions d'euros, augmentent légèrement (+ 0,7 %) par rapport au premier trimestre 2015.

Le résultat brut d'exploitation du premier trimestre 2016 s'établit à 469 millions d'euros, en baisse de 14,7 % par rapport au premier trimestre 2015.

Le coût du risque du premier trimestre 2016, à 132 millions d'euros, enregistre une baisse significative, de 23,6 % par rapport au premier trimestre 2015.

Le résultat avant impôt du premier trimestre 2016 diminue de 5,6 % par rapport au premier trimestre 2015 et s'élève à 367 millions d'euros.

En retraitant l'impact de l'IFRIC 21 , le résultat avant impôt s'établit à 413 millions d'euros, soit une baisse de 5,2 % par rapport au premier trimestre 2015, et le coefficient d'exploitation ressort à 67,5 %, en hausse de 3,5 points comparé au premier trimestre 2015.

3.1.2 Caisse d'Epargne : hausse du résultat avant impôt en lien avec une activité commerciale bien orientée et un coût du risque en forte baisse

Le réseau Caisse d'Epargne regroupe les 17 Caisses d'Epargne ainsi que leurs filiales.

  • Fonds de commerce

La stratégie de bancarisation des clients particuliers du réseau Caisse d'Epargne s'est poursuivie durant le premier trimestre 2016 et s'est traduite par une croissance de 2,1 % du nombre de ses clients bancarisés principaux, soit 108 000 clients supplémentaires sur un an. Sur le marché des professionnels, la stratégie de conquête a permis une hausse de 3,8 % du nombre de clients actifs (+ 6 300 clients sur un an).

  • Crédit

Les encours de crédit s'établissent à 226 milliards d'euros au 31 mars 2016, en hausse de 4,9 % par rapport au 31 mars 2015. Les encours de crédits immobiliers progressent de 5,4 %, ceux de crédits à la consommation s'accroissent de 10,4 %, avec une production en croissance de 14 % par rapport au même trimestre l'année précédente. La reprise des crédits d'équipement se confirme avec une production en hausse de 31 % pour les crédits aux entreprises, entraînant une augmentation des encours de 3,5 %.

  • Épargne

Les encours d'épargne ont enregistré une hausse de 7 milliards d'euros par rapport au 31 mars 2015 (+ 1,7 %), s'établissant à 400 milliards d'euros au 31 mars 2016. Les encours d'épargne de bilan s'élèvent à 270 milliards d'euros, en hausse de 1,8 % par rapport au 31 mars 2015. Les dépôts à vue ont progressé de 15,1 % et l'épargne logement de 10,2 %, au détriment des livrets, qui ont enregistré un repli de 4,2 %. Concernant l'épargne financière, les encours d'assurance vie affichent une hausse de 2,6 % sur un an.

  • Assurance

Le réseau Caisse d'Epargne conserve une activité en hausse significative sur l'assurance, ce qui se traduit par une progression du portefeuille de 11,9 % sur l'assurance dommages-IARD et de 9,2 % sur la prévoyance et la santé.

  • Résultats financiers

Le produit net bancaire du premier trimestre 2016 s'établit à 1 873 millions d'euros (hors variation de la provision épargne logement), en baisse de 2,1 % par rapport au premier trimestre 2015. Cette évolution provient notamment d'une diminution de 6,7 % de la marge nette d'intérêt clientèle (hors variation de la provision épargne logement) et d'une baisse de 5,4 % des commissions.

Les frais de gestion , à 1 254 millions d'euros, augmentent légèrement, de 0,8 %, par rapport au premier trimestre 2015.

Le résultat brut d'exploitation s'établit à 599 millions d'euros en baisse de 9,8 % par rapport au premier trimestre 2015.

Le coût du risque , à 85 millions d'euros au premier trimestre 2016, chute de 51,6 %, par rapport au premier trimestre 2015.

Le résultat avant impôt s'élève à 513 millions d'euros, en hausse de 5,1 %.

En retraitant l'impact de l'IFRIC 21 , le résultat avant impôt du premier trimestre 2016 s'établit à 566 millions d'euros, soit une hausse de 4,6 % par rapport au premier trimestre 2015 et le coefficient d'exploitation se dégrade de 2,4 points, à 64,8 %.

3.1.3 Autres réseaux

La contribution du sous pôle Autres réseaux au résultat avant impôt du Groupe BPCE s'établit à 79 millions d'euros pour le premier trimestre 2016, en baisse de 41,5 % par rapport au premier trimestre 2015. En retraitant l'impact de l'IFRIC 21 , le résultat avant impôt s'établit à 100 millions d'euros, en diminution de 36,9 % par rapport au premier trimestre 2015.

  • Financement de l'Immobilier

Le Crédit Foncier est la principale composante du pôle Financement de l'Immobilier.

Le Crédit Foncier a connu une activité commerciale soutenue sur le premier trimestre 2016 notamment sur le secteur du financement de l'accession sociale à la propriété.

La production totale de crédits s'établit ainsi à 2,1 milliards d'euros au premier trimestre 2016, dont 1,6 milliard d'euros pour le segment des particuliers et 0,5 milliard d'euros pour le segment des équipements publics et investisseurs immobiliers.

Retraité d'éléments exceptionnels (dont l'impact CVA/DVA) et du coût des titres super subordonnés mis en place entre le CFF et BPCE, le produit net bancaire est quasiment stable ( – 0,5 %) par rapport au premier trimestre 2015.

Les frais de gestion , à 138 millions d'euros au premier trimestre 2016, diminuent de 4,7 % comparés au premier trimestre 2015.

Le coût du risque [20] ressort à 28 millions d'euros sur le trimestre écoulé, en hausse de 12,4 % par rapport au premier trimestre 2015.

Retraité de l'impact de l'IFRIC 21, le résultat avant impôt s'établit à 46 millions d'euros au premier trimestre 2016. Le coefficient d'exploitation augmente de 3,7 points comparé au premier trimestre 2015, et ressort à 62,4 %.

  • CNP et Autres

             
La principale composante du pôle est la participation minoritaire dans CNP Assurances, consolidée par mise en équivalence.

La collecte brute en assurance vie des Caisses d'Epargne s'élève à 3,5 milliards d'euros au premier trimestre 2016, en progression de 21,1 %. La gestion privée y contribue à hauteur de 64 % contre 59 % au premier trimestre 2015. La part des unités de compte dans la collecte brute reflète la bonne dynamique commerciale des Caisses d'Epargne et s'élève à 17,1 % au 31 mars 2016.

  • BPCE International [21]

BPCE International regroupe les filiales internationales du Groupe BPCE hors Natixis.

Les encours d'épargne de BPCE International affichent une croissance de 1,7 % sur un an, s'établissant à 5,3 milliards d'euros au 31 mars 2016. Cette progression est principalement portée par les dépôts à vue (+ 6,6 %), l'épargne de bilan hors dépôts à vue étant en légère diminution (- 0,9 %) et l'épargne financière affichant, sur un an, une baisse de 3,4 %.

Les encours de crédit, à 5,8 milliards d'euros à fin mars 2016, sont stables comparés à fin mars 2015. Les crédits aux particuliers sont en hausse de 3,7 % comparés au premier trimestre 2015. Les encours de crédits aux entreprises diminuent de 1,1 %.

  • Banque Palatine

Au 31 mars 2016, les encours d'épargne [22] de Banque Palatine enregistrent une croissance de 4,5 % sur un an tirée par la collecte bilantielle et s'établissent à 17,7 milliards d'euros. Le marché des entreprises progresse de 6,0 % reflétant le dynamisme de la collecte de dépôts à vue. Bénéficiant de la progression de l'épargne de bilan (+ 1,8 %), les encours de la clientèle privée augmentent de 0,3 %, compensant le léger recul de l'épargne financière (- 0,4 %).

Les encours22 de crédit, en hausse de 3,5 % sur un an, s'élèvent à 8,2 milliards d'euros au 31 mars 2016. Les encours de crédit aux entreprises progressent de 3,4 % sur un an. Sur la clientèle privée, la production de crédits immobiliers, toujours dynamique, permet d'afficher une hausse de l'encours de 3,8 % sur ce marché.


3.2 Métiers coeurs de Natixis [23] , [24] (Épargne, Banque de Grande Clientèle et Services Financiers Spécialisés) : bonne performance au premier trimestre 2016 dans un contexte de marché très volatil

Le produit net bancaire des métiers coeurs de Natixis (Épargne, Banque de Grande Clientèle et Services Financiers Spécialisés) s'établit à 1 949 millions d'euros au premier trimestre 2016, en légère baisse par rapport au premier trimestre 2015 (- 0,2 %).

Les frais de gestion des métiers coeurs de Natixis s'élèvent à 1 327 millions d'euros au premier trimestre 2016, en hausse de 2,6 % par rapport au premier trimestre 2015.

Le résultat brut d'exploitation des métiers coeurs de Natixis ressort à 622 millions d'euros sur le premier trimestre, soit une diminution de 5,8 % par rapport au premier trimestre 2015.

Le coût du risque des métiers coeurs de Natixis s'établit à 84 millions d'euros sur le premier trimestre 2016, en hausse de 4,9 %.

Le résultat avant impôt des métiers coeurs de Natixis s'élève à 565 millions d'euros au premier trimestre 2016, en baisse de 4,0 % sur un an.

Retraité de l'impact de l'IFRIC 21 , le résultat avant impôt s'élève à 615 millions d'euros, en baisse de 3,9 % par rapport au premier trimestre 2015. Il se décompose comme suit :

  • Le pôle Épargne présente un résultat avant impôt de 269 millions d'euros, au premier trimestre 2016, en hausse de 6,0 % par rapport au premier trimestre 2015. Le pôle Épargne contribue à hauteur de 44 % au résultat avant impôt des métiers coeurs.
     
  • Dans la Banque de Grande Clientèle , le résultat avant impôt s'élève à 233 millions d'euros au premier trimestre 2016, en diminution de 18,6 %. Le pôle Banque de Grande Clientèle contribue à hauteur de 38 % au résultat avant impôt des métiers coeurs.
     
  • Le résultat avant impôt d u pôle Services Financiers Spécialisés (SFS) enregistre une progression de 12,6 % au premier trimestre 2016 et s'établit à 114 millions d'euros. Le pôle Services Financiers Spécialisés contribue à hauteur de 18 % au résultat avant impôt des métiers coeurs.

             
Retraité de l'impact de l'IFRIC 21, le coefficient d'exploitation des métiers coeurs de Natixis ressort à 65,5 % au premier trimestre 2016, soit une augmentation de 1,9 point.

Retraité de l'impact de l'IFRIC 21, le ROE s'établit à 12 % au premier trimestre 2016 et diminue d'un point sur un an.

(Pour une analyse plus détaillée des métiers et des résultats de Natixis, merci de vous reporter au communiqué de presse de Natixis que vous trouverez en ligne sur www.natixis.com ).


ÉLÉMENTS NON ÉCONOMIQUES ET EXCEPTIONNELS

  T1-16   T1-15 pf
Éléments non économiques
en millions d'euros
Résultat avant impôt Résultat net part du groupe   Résultat avant impôt Résultat net part du groupe
Réévaluation de la dette propre * (PNB) 7 5   – 8 – 6
Réévaluation des actifs associés aux titres super subordonnés en devises ** (PNB) – 45 – 29   122 74
Total de l'impact
des éléments non économiques
– 38 – 23   114 68
     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
     
  T1-16   T1-15 pf
Éléments exceptionnels
en millions d'euros
Résultat avant impôt Résultat net part du groupe   Résultat avant impôt Résultat net part du groupe
Banca Carige / Dépréciation durable (PNB) – 10 – 10      
Cession d'actifs internationaux en gestion extinctive (CFF, ex-SCF) (PNB)             – 39 – 26   – 5 – 3
Cession de l'intégralité de la participation résiduelle dans Nexity (PNB)             39 40      
Heta Asset Resolution AG (Coût du risque)       – 142 – 93
Total de l'impact
des éléments exceptionnels
– 10 4   – 147 – 96
           
Total des impacts – 48 – 19   – 33 – 28

T1-15 pro forma (se reporter à la note méthodologique à la fin de ce communiqué de presse)

* Concerne Natixis et Crédit Foncier

** Concerne Natixis et BPCE

Pour en savoir plus sur les résultats financiers du premier trimestre 2016, consultez le site www.bpce.fr , rubrique Investisseurs / Résultats.

 

Précisions méthodologiques

 

Présentation des résultats trimestriels T1-15 pro forma
L'information sectorielle est modifiée à compter du T1-16, le pôle Participations financières ayant été regroupé avec le pôle Hors métiers.
Le 18 septembre 2015, BPCE International a cédé à la Caisse d'Epargne Provence-Alpes-Corse l'intégralité des participations qu'elle détenait au sein de la Banque de la Réunion, de la Banque des Antilles Françaises et de la Banque de Saint-Pierre-et-Miquelon. Le résultat de ces entités a été affecté rétroactivement au sous-pôle Caisse d'Epargne. Cette opération n'a aucun impact au niveau du pôle Banque commerciale et Assurance.
L'application rétroactive au 1 er janvier 2015 du changement de traitement comptable de la couverture d'actifs et passifs en devises par des swaps de devises (les impacts de l'inefficacité des couvertures étant désormais inscrits en capitaux propres recyclables) a conduit à retraiter la chronique trimestrielle 2015 ; ce traitement est sans conséquence sur le résultat annuel 2015.
La chronique 2015 est également présentée pro forma du transfert de charges du Hors pôle vers le pôle SFS.

 

Éléments non économiques et exceptionnels
Les données et commentaires de cette présentation sont basés sur les comptes de résultat du Groupe BPCE et de ses métiers retraités des éléments non économiques et exceptionnels détaillés en page 13 du communiqué. Le passage du compte de résultat retraité au compte de résultat publié du Groupe BPCE est présenté en annexe des slides.
A compter du T1-16, la contribution au Fonds de Résolution Unique, comptabilisée dans les frais de gestion du pôle Hors métiers, n'est plus retraitée au titre des éléments exceptionnels.
Lors de la publication des résultats du T1-15, le montant comptabilisé au titre de la contribution du groupe au FRU procédait d'une estimation. La chronique trimestrielle 2015 a été retraitée pour tenir compte du montant définitif au T1-15 de la contribution au FRU calculé par le superviseur. Ce retraitement est sans impact sur le résultat annuel 2015.
Retraitement de l'impact IFRIC 21
Les résultats, coefficients d'exploitation et ROE après retraitement de l'impact IFRIC 21 se calculent en prenant en compte par trimestre un quart du montant des taxes et contributions relevant de l'interprétation IFRIC 21.
Performance des métiers mesurée en Bâle III
L'allocation de fonds propres normatifs aux métiers du Groupe BPCE est réalisée depuis le T1-15 sur la base de 10 % des risques pondérés moyens en Bâle III.
Ratio de levier
Le calcul du ratio de levier s'effectue selon les règles de l'Acte délégué publié par la Commission Européenne le 10 octobre 2014, sans mesures transitoires après retraitement des impôts différés actifs sur pertes reportables. Les opérations de financement sur titres traitées avec des chambres de compensation sont compensées en application des principes posés par IAS 32, sans prise en compte des critères de maturité et devises. L'épargne centralisée à la Caisse des Dépôts et Consignations est prise en compte dans l'exposition levier totale depuis le T1-16.

 


À propos du Groupe BPCE
Le Groupe BPCE, deuxième groupe bancaire en France, s'appuie sur deux réseaux de banques commerciales coopératives, autonomes et complémentaires : celui des 18 Banques Populaires et celui des 17 Caisses d'Epargne. Dans le domaine du financement de l'immobilier, il s'appuie également sur le Crédit Foncier. Il est un acteur majeur de la banque de grande clientèle, de la gestion d'actifs et des services financiers avec Natixis. Le Groupe BPCE compte 35 millions de clients et bénéficie d'une large présence en France avec 8 000 agences, 108 000 collaborateurs et plus de 8,9 millions de sociétaires.



Contacts presse Groupe BPCE
Sabine Baudin : 01 58 40 47 62
Marie de Clercq : 01 58 40 59 26
Anne-Laure Declaye : 01 58 40 61 79
mail : presse@bpce.fr

 
Relations investisseurs BPCE
Roland Charbonnel : 01 58 40 69 30
Evelyne Etcheverry : 01 58 40 57 46
mail : investor.relations@bpce.fr
www.bpce.fr   @GroupeBPCE





[1] T1-15 pro forma (se reporter à la note méthodologique à la fin de ce communiqué de presse), sauf mention contraire toutes les variations sont exprimées par rapport au 31/03/2015

[2] Hors éléments non économiques et exceptionnels et après retraitement de l'impact de l'IFRIC 21

[3] Métiers coeurs : Banque commerciale et Assurance, Épargne, Banque de Grande Clientèle et Services Financiers Spécialisés

[4] Entités comprises : CNP Assurances, Natixis Assurances, Prépar Vie (collecte brute des réseaux Banque Populaire et Caisse d'Epargne)

[5] Hors éléments non économiques et exceptionnels

[6] Augmentation de 102 M€ en RNpg vs T1-15

[7] Estimation au 31/03/2016 – CRR/CRD4 sans mesures transitoires après retraitement des impôts différés actifs sur pertes reportables

[8] Y compris environ 1,6 Md€ d'émissions de Tier 2 réalisées post 31/03/2016

[9] T1-2015 pro forma (se reporter à la note méthodologique à la fin de ce communiqué de presse), sauf mention contraire toutes les variations sont exprimées par rapport au 31/03/2015

[10] Hors éléments non économiques et exceptionnels

[11] Hors éléments non économiques et exceptionnels et après retraitement de l'impact de l'IFRIC 21

[12] Coût du risque en points de base annualisés sur encours bruts de crédits à la clientèle début de période

[13] CRR/CRD 4, sans mesures transitoires après retraitement des impôts différés actifs (IDA) sur pertes reportables, pro forma du projet d'acquisition de Peter J. Solomon (PJS)

[14] Le ratio estimé est de 17,1 % avec la déduction complète des IDA

[15] Y compris environ 1,6 Md€ d'émissions de Tier 2 réalisées post 31/03/2016

[16] Estimation au 31/03/2016 selon les règles de l'Acte délégué publié par la Commission européenne le 10/10/2014 – CRR/CRD 4 sans mesures transitoires après retraitement des IDA sur pertes reportables et pro forma du projet d'acquisition de PJS

[17] Les chiffres au 31/12/2015 tiennent compte d'une sur-centralisation volontaire des ressources règlementées engagée fin 2015 mais réalisée début 2016

[18] Hors SCF (Compagnie de Financement Foncier, société de crédit foncier du groupe)

[19] T1-15 pro forma (se reporter à la note méthodologique à la fin de ce communiqué de presse), sauf mention contraire toutes les variations sont exprimées par rapport au 31/03/2015

[20] Provision de 142 millions d'euros constituée au T1-15 sur Heta Asset Resolution AG affectée en Hors métiers

[21] Encours 2015 pro forma de la cession à la Caisse d'Epargne Provence-Alpes-Corse (CEPAC), au T3-15, de l'intégralité des participations de BPCE International au sein de la Banque de la Réunion, de la Banque des Antilles Françaises et de la Banque de Saint-Pierre-et-Miquelon ainsi que d'un portefeuille de crédits d'un montant de 531 M€

[22] Encours fin de période pour les crédits et encours moyens pour l'épargne

[23] Les résultats contributifs au Groupe BPCE sont différents de ceux publiés par Natixis

[24] Données T1-15 pro forma (cf note méthodologique)



This announcement is distributed by NASDAQ OMX Corporate Solutions on behalf of NASDAQ OMX Corporate Solutions clients.

The issuer of this announcement warrants that they are solely responsible for the content, accuracy and originality of the information contained therein.

Source: BPCE via GlobeNewswire

HUG#2011015

Print Friendly

GROUPE BPCE : RESULTATS DU PREMIER TRIMESTRE 2016