Regulatory News:

Vivendi (Paris:VIV):

Note : ce communiqué présente des résultats consolidés audités
établis selon les normes IFRS, arrêtés par le Directoire de Vivendi du
11 février 2015 et examinés par le Comité d?audit du 20 février 2015
ainsi que par le Conseil de surveillance de Vivendi le 27 février 2015.
Ces comptes seront soumis à l?assemblée générale du 17 avril 2015.

Chiffres clés 20141

Variation par

rapport à

2013

Variation à périmètre2
et change constants
par
rapport à 2013

  • Chiffre d?affaires
10 089 M? -1,6 % -1,4 %
  • Résultat opérationnel courant (ROC)3
1 108 M? – 2,0 % +0,5 %
  • Résultat opérationnel ajusté (EBITA)3
999 M? +4,6 % +8,1 %
  • Résultat opérationnel (EBIT)
736 M? +15,6 %
  • Résultat net ajusté3
626 M? +37,9 %
  • Résultat net, part du groupe
4 744 M? x2,4
  • Trésorerie nette
+4,6 milliards? vs dette nette de -11,1 milliards?

à fin 2013

________________________

1 En application de la norme IFRS 5, GVT (à compter du
troisième trimestre 2014), SFR (à compter du 1
er
trimestre 2014) ainsi que le groupe Maroc Telecom et Activision Blizzard
(à compter du 2
ème trimestre 2013) sont
présentés comme des activités cédées ou en cours de cession. Vivendi a
déconsolidé SFR, le groupe Maroc Telecom et Activision Blizzard
respectivement à compter du 27 novembre 2014, 14 mai 2014 et du 11
octobre 2013, dates de leur cession effective par Vivendi. De ce fait,
ni GVT ni SFR, ni le groupe Maroc Telecom, ni Activision Blizzard ne
sont inclus dans le chiffre d?affaires, le ROC, le résultat opérationnel
(EBIT), le résultat opérationnel ajusté, et le résultat net ajusté.
Leurs contributions respectives au résultat net, part du groupe, de
Vivendi, de même que les plus-values réalisées, sont classées dans le «
résultat net des activités cédées ou en cours de cession », exclu du
résultat net ajusté.

2 Le périmètre constant
permet de retraiter les mouvements de périmètre suivants :

chez
Groupe Canal+ : il exclut les impacts en 2014 des acquisitions de Red
Production Company (22 novembre 2013), de Mediaserv (13 février 2014) et
de Thema (28 octobre 2014) ;

chez UMG : il exclut les
impacts en 2013 de l?exploitation du catalogue Parlophone Label Group.

3
Pour la réconciliation de l?EBIT à l?EBITA et au ROC, ainsi que
du résultat net, part du groupe, au résultat net ajusté, voir annexe IV.

Le Conseil de surveillance de Vivendi, réuni ce jour sous la présidence
de Vincent Bolloré, a examiné les comptes consolidés du Groupe pour
l?exercice 2014, arrêtés par le Directoire lors de sa séance du 11
février dernier.

Les résultats, conformes aux attentes, traduisent une bonne résistance
des activités principales du Groupe dans un contexte difficile.

Groupe Canal+ a enregistré une progression de son chiffre d?affaires
grâce au développement de ses activités internationales qui ont compensé
le tassement de l?activité et l?impact de la hausse de la TVA début 2014
en France.

Universal Music Group (UMG) a connu une année marquée par la
transformation, plus rapide que prévu, des modes de distribution de la
musique avec le fort développement du streaming par rapport au
téléchargement et aux ventes physiques.

Dans ce contexte, le résultat opérationnel courant (ROC) de Vivendi a
bien résisté à 1 108 millions d?euros. Le résultat opérationnel (EBIT)
du Groupe a nettement progressé en 2014 (+ 15,6 %) grâce en particulier
à la cession de sa participation dans Beats et à la réduction des
charges de restructuration dans la musique.

Les comptes du Groupe sont fortement impactés par les importantes
opérations financières de l?exercice : les cessions de SFR en novembre,
de Maroc Telecom et d?un bloc d?actions Activision Blizzard en mai et le
rachat de 4,7 milliards d?euros d?obligations en décembre.

L?essentiel de ces opérations a conduit à une forte diminution des frais
financiers (essentiellement du fait du remboursement d?obligations
réalisé en 2013 à la suite de la cession de 88 % de notre participation
dans Activision Blizzard) et à une constatation de plus-values notamment
sur la cession de SFR et de Maroc Telecom.

Le résultat net, part du groupe, s?est ainsi élevé à 4,744 milliards
d?euros, bénéficiant notamment des plus-values réalisées sur les
cessions de SFR et Maroc Telecom. Le résultat net ajusté, plus
représentatif de l?activité économique des métiers du Groupe, est
ressorti à 626 millions d?euros.

Perspectives 2015

Le Conseil de surveillance a pris connaissance des perspectives 2015
présentées par le Directoire.

Le Groupe prévoit une légère progression du chiffre d?affaires, soutenue
par la montée du streaming chez UMG et par les activités internationales
de Groupe Canal+. Le taux de marge opérationnelle courante serait proche
de celui de 2014. Vivendi prévoit également une progression de l?ordre
de 10 % du résultat net ajusté grâce notamment à de moindres charges de
restructuration et à une diminution des frais financiers.

Vente de la participation de 20 % de Vivendi dans Numericable-SFR

Après examen par le Directoire, le Conseil de surveillance a étudié ce
jour l?offre de Numericable-SFR et d?Altice concernant la participation
de 20 % de Vivendi dans l?opérateur de télécommunications. Il a décidé
d?y donner une suite favorable.

Cette offre permet de solder le désinvestissement de SFR dans des
conditions financières qui font ressortir, pour ces actions, une prime
de 20 % par rapport au cours de clôture de Numericable-SFR du 27
novembre 2014, date de la cession de SFR. Le faible niveau de liquidité
du titre Numericable-SFR rendait incertaine une sortie dans des
conditions optimales.

Au total, Vivendi aura reçu 17 milliards d?euros, montant en ligne avec
les perspectives de valorisation annoncées par Vivendi en avril
dernier. Pour plus de détails, voir annexe VIII.

Retour attendu aux actionnaires d?environ 5,7 milliards d?euros

Il sera proposé à l?Assemblée générale des actionnaires du 17 avril 20154
le versement au titre de 2014 d?un dividende ordinaire de 1 euro5,
correspondant à hauteur de 20 centimes à la performance économique du
Groupe et à hauteur de 80 centimes au retour aux actionnaires consécutif
aux opérations de cessions réalisées.

L?objectif est de maintenir ce niveau de distribution au titre des
exercices 2015 et 2016, représentant un retour aux actionnaires de 2
milliards d?euros supplémentaires.

Outre ces distributions, il est prévu de procéder, dans la limite
légale de 10 % du capital, à un programme de rachat d?actions d?environ
2,7 milliards d?euros, au prix maximum de 20 euros par action, dans le
cadre de la réglementation boursière relative aux rachats d?actions. Le
programme se déroulerait sur une période de 18 mois.

Au total, le retour aux actionnaires pourrait ainsi représenter d?ici
à mi-2017 environ 5,7 milliards d?euros auxquels se rajoutent les 1,3
milliard d?euros distribués en 2014.

________________________

4 A une date voisine de celle des précédentes années, à
l’exception de l?Assemblée tenue en 2014.

5 Détachement
le 21 avril 2015 et mise en paiement le 23 avril 2015.

Nominations

Le Conseil de surveillance a approuvé la proposition des résolutions qui
seront soumises au vote de l?Assemblée générale.

Les mandats d?Henri Lachmann et Pierre Rodocanachi arrivent à échéance
cette année. Le Conseil de surveillance a proposé qu?Henri Lachmann soit
nommé Vice-Président d?honneur et Pierre Rodocanachi Censeur du Conseil.
Ces changements seront effectifs à l?issue de l?Assemblée.

La nomination de deux nouveaux membres au Conseil de surveillance sera
proposée aux actionnaires : Tarak Ben Ammar, Président Directeur-général
de Quinta Communications, et Dominique Delport, Directeur Général
d?Havas Media Group.

Commentaires des principaux indicateurs financiers consolidés

A/ Analyse de l?évolution du compte de résultat consolidé

En application de la norme IFRS 5, GVT (à compter du troisième
trimestre 2014), SFR (à compter du premier trimestre 2014) ainsi que
Maroc Telecom et Activision Blizzard (à compter du deuxième trimestre
2013) sont présentés comme des activités cédées ou en cours de cession.
Vivendi a déconsolidé SFR, le groupe Maroc Telecom et Activision
Blizzard respectivement à compter du 27 novembre 2014, 14 mai 2014 et du
11 octobre 2013.

En pratique, les produits et charges de ces quatre métiers ont été
traités de la manière suivante :

  • leur contribution jusqu?à leur cession effective, le cas échéant, à
    chaque ligne du compte de résultat consolidé de Vivendi (avant
    intérêts minoritaires) est regroupée sur la ligne « Résultat net des
    activités cédées ou en cours de cession » ;
  • conformément à la norme IFRS 5, ces retraitements sont appliqués à
    l?ensemble des périodes présentées afin de rendre l?information
    homogène ;
  • leur quote-part de résultat net est exclue du résultat net ajusté
    de Vivendi.

Le chiffre d?affaires consolidé s?établit à 10 089 millions
d?euros, contre 10 252 millions d?euros en 2013 (-1,6 % et -1,4 % à taux
de change et périmètre constants2).

Le résultat opérationnel s?élève à 736 millions d?euros, contre
637 millions d?euros en 2013, en augmentation de 15,6 %. Cette
progression s?explique essentiellement par la plus-value de cession de
la participation d?UMG dans Beats (179 millions d?euros).

Le résultat net, part du groupe est un bénéfice de 4 744 millions
d?euros (3,52 euros par action), contre un bénéfice de 1 967 millions
d?euros en 2013 (1,48 euro par action), soit une multiplication par 2,4.
Cette évolution comprend notamment les plus-values réalisées sur les
cessions de SFR (2 378 millions d?euros), de Maroc Telecom (786 millions
d?euros), de Beats (179 millions d?euros) et de la moitié de la
participation résiduelle dans Activision Blizzard (84 millions d?euros)
ainsi qu?en sens inverse, la soulte payée (642 millions d?euros) lors du
remboursement anticipé des emprunts obligataires après la cession de SFR.

  • Le résultat net, après intérêts minoritaires, des activités
    poursuivies
    (Groupe Canal+, UMG et Vivendi Village, ainsi que le
    Siège du groupe) est négatif de 290 millions d?euros en 2014, contre
    un bénéfice de 43 millions d?euros en 2013, soit une évolution
    défavorable de 333 millions d?euros. L?augmentation du résultat
    opérationnel (EBIT) de 99 millions d?euros (incluant notamment la
    plus-value réalisée sur la cession de Beats pour 179 millions d?euros)
    et l?amélioration du coût du financement (+170 millions d?euros) sont
    plus que compensées par l?augmentation du coût du remboursement
    anticipé des emprunts obligataires (642 millions d?euros en 2014 après
    la cession de SFR, contre 182 millions d?euros en 2013 après la
    cession de 88 % d?Activision Blizzard) et de la hausse de la charge
    d?impôt sur les résultats (-147 millions d?euros).
  • Le résultat net, après intérêts minoritaires, des activités cédées
    ou en cours de cession
    (SFR, Maroc Telecom, Activision Blizzard et
    GVT), est un bénéfice de 5 034 millions d?euros en 2014, contre un
    bénéfice de 1 924 millions d?euros en 2013, soit une augmentation de
    3 110 millions d?euros. En 2014, ce résultat comprend notamment les
    plus-values de cession de SFR (2 378 millions d?euros) et de Maroc
    Telecom (786 millions d?euros) ainsi que la plus-value de cession de
    la moitié de la participation résiduelle dans Activision Blizzard
    (84 millions d?euros).

B/Analyse de l?évolution du compte de résultat ajusté

Compte tenu de l?application de la norme IFRS 5 à SFR, Maroc Telecom,
Activision Blizzard et GVT, le compte de résultat ajusté présente les
résultats de Groupe Canal+, UMG et des activités de Vivendi Village
ainsi que les coûts du Siège du groupe.

Le résultat opérationnel ajusté s?élève à 999 millions d?euros,
contre 955 millions d?euros en 2013, soit une augmentation de 4,6 %. A
taux de change constants, le résultat opérationnel ajusté progresse de
4,8 %. A taux de change et périmètre constants, il augmente de 8,1 %.
Cette évolution reflète essentiellement la progression du résultat d?UMG
(+58 millions d?euros à taux de change constants), notamment due à la
baisse des coûts de restructuration et d?intégration (-78 millions
d?euros).

Les charges de restructuration et autres charges et produits
opérationnels
sont une charge nette de 158 millions d?euros (contre
une charge nette de 192 millions d?euros en 2013). La diminution de
64 millions d?euros des charges pour restructuration d?UMG est compensée
par la provision de 44 millions d?euros constituée au 30 juin 2014 pour
le plan de transformation de Watchever en Allemagne, consommée à hauteur
de 18 millions d?euros.

Le coût du financement s?établit à 96 millions d?euros, contre
266 millions d?euros en 2013, en amélioration de 64,1 %. Les intérêts
sur emprunts sont de 283 millions d?euros (contre 494 millions d?euros
en 2013). Cette diminution s?explique par la réduction de l?encours
moyen des emprunts à 9,7 milliards d?euros en 2014 (contre
15,3 milliards d?euros en 2013) et par la baisse du taux d?intérêt moyen
des emprunts à 2,94 % en 2014 (contre 3,22 % en 2013).

Un remboursement anticipé d?emprunts obligataires pour un montant global
de 3 milliards d?euros a été réalisé en octobre et novembre 2013 après
la cession de la participation dans Activision Blizzard, ainsi qu?un
remboursement à leur échéance d?autres emprunts obligataires pour
respectivement 700 millions d’euros en octobre 2013 et 894 millions
d’euros en janvier 2014.

L?incidence des remboursements d?emprunts obligataires effectués en
décembre 2014 après la cession de SFR pour 4,7 milliards d?euros ne sera
sensible qu?en 2015.

L’impôt est une charge nette de 200 millions d’euros, contre
170 millions d’euros en 2013, en augmentation de 17,7 %. Le taux
effectif de l?impôt dans le résultat net ajusté en 2014 s?établit à
22,0 %, contre 22,5 % en 2013.

La part du résultat net ajusté revenant aux intérêts minoritaires s?établit
à 62 millions d?euros, contre 110 millions d?euros en 2013, en
diminution de 48 millions d?euros à la suite des variations des intérêts
minoritaires dans Groupe Canal+.

Le résultat net ajusté est un bénéfice de 626 millions d?euros
(0,46 euro par action), contre un bénéfice de 454 millions d?euros en
2013 (0,34 euro par action), soit une augmentation de 37,9 %. Cette
évolution s?explique notamment par l?amélioration du coût du financement
(+170 millions d?euros), l?augmentation du résultat opérationnel ajusté
(+44 millions d?euros) et la diminution de la part des intérêts
minoritaires (+48 millions d?euros), la baisse des produits reçus des
investissements financiers (-63 millions d?euros) pesant sur le résultat.

C/ Analyse de l?évolution de la position nette de trésorerie

Vivendi dispose d?une trésorerie nette positive de 4,6 milliards
d?euros, contre une dette nette de 11,1 milliards d?euros au 31 décembre
2013. Cette évolution s?explique principalement par les cessions de SFR,
Maroc Telecom et de 41,5 millions d?actions Activision Blizzard.

Commentaires sur les activités de Vivendi

Groupe Canal+

Le chiffre d?affaires de Groupe Canal+ s?élève à 5 456 millions d?euros,
en augmentation de 2,7 % par rapport à 2013 (+0,4 % à taux de change et
périmètre constants).

Fin décembre 2014, Groupe Canal+ affichait un portefeuille global de
15,3 millions d’abonnements, en progression de 678 000 en un an, grâce
notamment à de solides performances en Afrique et au Vietnam, ainsi qu’à
la croissance en France métropolitaine de son offre de vidéo à la
demande par abonnement, Canalplay. Le portefeuille d?abonnés individuels
dépasse pour la première fois la barre des 11 millions, comparé à 10,4
millions fin 2013.

Le chiffre d?affaires des activités de télévision payante en France
métropolitaine a été impacté par la hausse de la TVA, passée de 7 % à
10 % au 1er janvier 2014. Le chiffre d?affaires hors
France métropolitaine augmente de manière significative grâce à la
croissance du portefeuille d?abonnements, notamment en Afrique.

Le chiffre d’affaires publicitaire progresse grâce à la hausse des
audiences notamment d?i>Télé et de D8, laquelle se classe cinquième
chaîne nationale française sur l?année.

Le chiffre d?affaires de Studiocanal augmente de manière significative
grâce aux bonnes performances de plusieurs films en salles et de ventes
de droits (télévision et vidéo à la demande par abonnement) dont Paddington,
Imitation Game, Non-Stop et RoboCop, ainsi qu?à la
montée en puissance des activités de production de séries TV autour de
Red en Grande-Bretagne et de Tandem en Allemagne.

Le résultat opérationnel ajusté (EBITA) de Groupe Canal+ s?établit à 583
millions d?euros, contre 611 millions d’euros à fin 2013. Cet écart
s’explique principalement par l?impact de la hausse de la TVA en France,
partiellement compensé par les bons résultats dans les autres pays.

A l?issue d?un nouvel appel d?offres initié par la Ligue Nationale de
Rugby en janvier 2015, Groupe Canal+ conserve l?intégralité des droits
du TOP 14 de rugby (Championnat de France), en exclusivité. Les droits,
qui portent sur les sept matchs de chaque journée de championnat, les
phases finales et l?émission Jour de Rugby, couvrent les saisons
2015/2016 à 2018/2019.

Groupe Canal+ confirme avoir reçu des offres pour la cession de sa
participation dans TVN en Pologne, et pourrait rapidement rentrer en
négociations exclusives avec l?une des sociétés ayant déposé une offre.

Universal Music Group

Le chiffre d?affaires d?Universal Music Group (UMG) s?établit à
4 557 millions d?euros, en baisse de 5,6 % à taux de change constant
(-6,7 % à taux de change réel) par rapport à 2013. En excluant l?impact
de Parlophone Label Group (cédé en 2013 dans le cadre de l?acquisition
d?EMI Recorded Music) et à taux de change constant, le chiffre
d?affaires d?UMG baisse de 3,8 % par rapport à 2013, en raison de la
rapide transformation du marché de la musique enregistrée.

Les ventes numériques dans la musique enregistrée sont stables à taux de
change et périmètre constants par rapport à 2013. La hausse
significative des revenus liés aux abonnements et au streaming a
compensé la baisse des ventes des téléchargements numériques. Cependant,
le chiffre d?affaires total de la musique enregistrée est en repli en
raison de la baisse continue des ventes physiques.

Aux Etats-Unis, UMG détient les trois meilleurs albums de l?année avec
la bande originale du film Disney « La Reine des Neiges », « 1989 » de
Taylor Swift et « In The Lonely Hour » de Sam Smith. Il y compte les six
meilleurs albums disponibles en streaming en ajoutant « My Everything »
d?Ariana Grande, « Prism » de Katy Perry et « Pure Heroine » de Lorde.
En France, UMG a signé les trois meilleurs albums de l?année avec
Stromae, Indila et Kendji Girac.

Au niveau mondial, parmi les meilleures ventes de musique enregistrée en
2014, figurent la bande originale du film Disney « La Reine des
Neiges », le nouvel album de Taylor Swift, les sorties de Sam Smith,
Ariana Grande et 5 Seconds Of Summer, ainsi que les titres de Katy Perry
et Lorde.

Reflet de ces succès, UMG a remporté, en février 2015, 33 récompenses et
quatre des plus importants prix de la 57ème édition des
Grammy Awards. Sam Smith a gagné le trophée du meilleur album de
l?année, de la meilleure chanson de l?année et du meilleur
nouvel artiste, soit trois des quatre plus grands prix, et Beck a reçu
le trophée de l?album de l?année.

Le résultat opérationnel ajusté (EBITA) d?UMG s?élève à 565 millions
d?euros, en hausse de 11,3 % à taux de change constant (+10,7 % à taux
de change réel) par rapport à 2013 et en progression de 20,2 % en
excluant la contribution en 2013 de Parlophone Label Group, qui a été
cédé. Cette excellente performance s?explique par une bonne gestion des
coûts et par des coûts de restructuration et d?intégration plus faibles
qui ont plus que compensé la baisse du chiffre d?affaires.

Activité en cours de cession : GVT

Le chiffre d?affaires de GVT s?élève à 1 765 millions d?euros, en hausse
de 12,8 % à taux de change constant par rapport à 2013. Cette
performance est portée par la croissance continue du c?ur de métier
(activité Grand Public et PME), en progression de 14,1 % à taux de
change constant en un an, dont une hausse de 56,8 % pour la télévision
payante. Ce dernier service représente désormais 14,2 % du chiffre
d?affaires total de GVT et compte 858 860 abonnés, en croissance de
33,6 % par rapport à 2013.

En 2014, GVT a poursuivi son expansion au Brésil de façon maîtrisée et
ciblée en lançant ses services dans six nouvelles villes. Il opère
maintenant dans 156 villes dans les régions du Sud, Sud-est,
Centre-ouest et Nord-est du Brésil.

Le résultat opérationnel ajusté avant amortissements (EBITDA) de GVT
s?élève à 702 millions d?euros, en hausse de 8,4 % à taux de change
constant par rapport à 2013. Sa marge d?EBITDA s?élève à 39,8 % (41,4 %
pour les seules activités Télécoms), le niveau le plus élevé enregistré
par les opérateurs télécoms au Brésil.

La finalisation de la cession de GVT devrait intervenir au deuxième
trimestre 2015, conformément à ce qui avait été précédemment annoncé.

Pour toute information complémentaire, se référer au document « Rapport
financier et états financiers consolidés audités de 2014 » qui sera mis
en ligne ultérieurement sur le site internet de Vivendi (www.vivendi.com).

Biographie des candidats au Conseil de surveillance proposés à
l?Assemblée générale

Tarak Ben Ammar, né le 12 juin 1949 à Tunis, est un entrepreneur
de culture, engagé dans les métiers audiovisuels sur la scène européenne
et mondiale.

Il a débuté sa carrière en 1974 en convainquant un certain nombre de
producteurs américains de réaliser une partie de leurs films en Tunisie.
Il a ainsi participé à de nombreuses productions internationales, dont
les blockbusters « Star Wars » (George Lucas) et « Les
Aventuriers de l?Arche perdue
» (Steven Spielberg). Il a été
producteur ou co-producteur de plus de 70 films, dont les prestigieux « La
Traviata
» (Franco Zeffirelli), « Pirates » (Roman
Polanski), « La Passion du Christ » (Mel Gibson) et « l?Or
Noir
» (Jean-Jacques Annaud).

Simultanément, il a développé un groupe, présent sur plusieurs pays, en
France, en Italie, au Maghreb et aux Etats-Unis :

  • En France, il a participé, à travers sa société Quinta Communications
    et aux côtés de la Caisse des Dépôts, au redressement et au
    développement d?un groupe leader dans le domaine de la post-production
    à partir de la reprise d?une entreprise emblématique du cinéma
    français, les laboratoires Eclair. Il s?est également associé à Luc
    Besson pour développer le projet de la Cité du Cinéma ;
  • En Italie, sa filiale Prima TV s?est rapidement imposée comme le 4ème
    groupe multimédia, derrière Mediaset, la RAI et Sky, notamment à
    travers la Société Eagle, le plus grand distributeur indépendant du
    pays. Prima a ouvert son capital, en 2013, au groupe de telecoms de
    Naguib Sawiris ;
  • Au Maghreb, il a créé et développé une chaîne de télévision, Nessma,
    qui est devenue la 1ère chaîne en Tunisie, Algérie et Libye, et la
    2ème chaîne au Maroc. Par son positionnement démocratique et son
    indépendance, cette chaîne a joué un rôle central dans le Printemps
    arabe. Il est également actionnaire de la chaîne de télévision
    égyptienne ONTV ;
  • Aux Etats-Unis, il a, aux côtés des frères Weinstein et de la Banque
    Goldman Sachs, co-fondé le studio indépendant « The Weinstein
    Company » qui a notamment produit « Le Discours d?un Roi »
    et « The Artist ».

M. Tarak Ben Ammar est administrateur de plusieurs sociétés dont « The
Weinstein Company », aux Etats-Unis, et Mediobanca, en Italie, en tant
qu?administrateur indépendant.

Tarak Ben Ammar est diplômé en économie internationale de l’Université
de Georgetown à Washington. Il a reçu, en 1984, la Légion d?honneur des
mains du Président François Mitterrand.

Dominique Delport, né le 21 novembre 1967 à Toulouse, a rejoint
Havas Media en 2006 comme Directeur Général France avant d?être promu
Président Directeur Général d?Havas Media Group France un an plus tard.
Depuis 2013, il est Directeur Général de Havas Media Group, pour
l?ensemble des 126 pays du groupe et est également Chairman France et UK.

Dominique Delport a débuté sa carrière comme journaliste de télévision.
Il a été rédacteur en chef de M6 (Groupe RTL) pendant 8 ans, en charge
des sujets d?actualité.

Entrepreneur du web, il a co-créé Streampower (acquise par le groupe
Bolloré en 2001), une société spécialisée dans l?interactivité pour les
principales chaînes de télévision françaises. Il a notamment lancé et
coproduit une émission interactive de télévision sur la culture urbaine
qui a remporté un International Emmy Award dans la catégorie émission de
TV interactive en 2007. Il a contribué au lancement de la chaîne Direct
8 (aujourd?hui D8, dans Groupe Canal+) et y présentait une émission
hebdomadaire sur les médias et les technologies.

Dominique Delport est diplômé de l’Ecole supérieure de management (EM)
de Lyon et est lauréat du « Moot Corp » MBA Challenge de l’Université du
Texas, Austin (Etats-Unis).

A propos de Vivendi

Vivendi regroupe plusieurs entreprises leaders dans les contenus et
les médias. Groupe Canal+ est le numéro un français de la télévision
payante, présent également en Afrique, en Pologne et au Vietnam ; sa
filiale Studiocanal est un acteur européen de premier plan en matière de
production, d?acquisition, de distribution et de ventes internationales
de films et de séries TV. Universal Music Group est le numéro un mondial
de la musique. Vivendi Village rassemble Vivendi Ticketing
(billetterie), Wengo (conseil d?experts), Watchever (vidéo à la demande
par abonnement) et la salle de concerts parisienne l?Olympia. Par
ailleurs, Vivendi contrôle actuellement GVT, un groupe de très haut
débit et de téléphonie fixes ainsi que de télévision payante au Brésil.

www.vivendi.com

Avertissement Important

Déclarations prospectives. Le présent communiqué de presse contient
des déclarations prospectives relatives à la situation financière, aux
résultats des opérations, aux métiers, à la stratégie et aux
perspectives de Vivendi, y compris en termes d?impact de certaines
opérations ainsi que de paiement de dividendes et de distributions tout
comme de rachats d?action. Même si Vivendi estime que ces déclarations
prospectives reposent sur des hypothèses raisonnables, elles ne
constituent pas des garanties quant à la performance future de la
société. Les résultats effectifs peuvent être très différents des
déclarations prospectives en raison d’un certain nombre de risques et
d’incertitudes, dont la plupart sont hors de notre contrôle, notamment
les risques liés à l’obtention de l’accord d’autorités de la concurrence
et des autres autorités réglementaires ainsi que toutes les autres
autorisations qui pourraient être requises dans le cadre de certaines
opérations et les risques décrits dans les documents déposés par Vivendi
auprès de l’Autorité des Marchés Financiers, également disponibles en
langue anglaise sur notre site (
www.vivendi.com).
Les investisseurs et les détenteurs de valeurs mobilières peuvent
obtenir gratuitement copie des documents déposés par Vivendi auprès de
l’Autorité des Marchés Financiers (
www.amf-france.org)
ou directement auprès de Vivendi. Le présent communiqué de presse
contient des informations prospectives qui ne peuvent s’apprécier qu’au
jour de sa diffusion. Vivendi ne prend aucun engagement de compléter,
mettre à jour ou modifier ces déclarations prospectives en raison d?une
information nouvelle, d?un évènement futur ou de tout autre raison.

ADR non sponsorisés. Vivendi ne sponsorise pas de programme
d?American Depositary Receipt (ADR) concernant ses actions. Tout
programme d?ADR existant actuellement est « non sponsorisé » et n?a
aucun lien, de quelque nature que ce soit, avec Vivendi. Vivendi décline
toute responsabilité concernant un tel programme.

CONFERENCE ANALYSTES & INVESTISSEURS (en anglais avec
traduction française)

Intervenants :
Arnaud de Puyfontaine
Président
du Directoire
Hervé Philippe
Membre du Directoire et
Directeur Financier

Date : Vendredi 27 février 2015
Présentation à 19h00 heure
de Paris ? 18h00 heure de Londres ? 13h00 heure de New York

Les journalistes peuvent seulement écouter la conférence.
Internet :
La conférence pourra être suivie sur Internet : www.vivendi.com
(audiocast)

Numéros à composer pour suivre la conférence EN DIRECT

Depuis la France : +33 (0)1 76 77 22 21
– Depuis le Royaume
Uni : +44 (0) 203 427 19 19
– Depuis les Etats-Unis :
+1 646 254 33 63
Code pour se connecter à la conférence
en version originale (anglais) : 713 76 27
Code pour se
connecter à la conférence sur la traduction simultanée (français) : 251
55 62

Codes pour suivre la conférence EN REPLAY
– Depuis la
France : +33 (0)1 74 20 28 00
– Depuis le Royaume Uni : +44
(0) 203 427 0598
– Depuis les Etats-Unis : +1 347 366 9565
Code
pour se connecter à la conférence en version originale (anglais) : 713
76 27
Code pour se connecter à la conférence sur la traduction
simultanée (français) : 251 55 62

Sur notre site www.vivendi.com
seront disponibles les numéros pour le service de ré-écoute (14 jours),
un service de web cast audio et les « slides » de la présentation.

ANNEXE I

VIVENDI

COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE

(IFRS, audité)

4e trimestre 2014 4e trimestre 2013 % de variation Exercice 2014 Exercice 2013 % de variation
2 971 2 959 + 0,4% Chiffre d’affaires 10 089 10 252 – 1,6%
(1 878) (1 830) Coût des ventes (6 121) (6 097)
1 093 1 129 – 3,2% Marge brute 3 968 4 155 – 4,5%
(789) (866) Charges administratives et commerciales hors amortissements des
actifs incorporels liés aux regroupements d’entreprises
(2 811) (3 008)
(70) (92) Charges de restructuration et autres charges et produits
opérationnels
(158) (192)
(93) (85) Amortissements des actifs incorporels liés aux regroupements
d’entreprises
(344) (350)
(92) (1) Dépréciations des actifs incorporels liés aux regroupements
d’entreprises
(92) (6)
21 53 Autres produits 203 88
(8) (4) Autres charges (30) (50)
62 134 – 53,7% Résultat opérationnel (EBIT) 736 637 + 15,6%
(6) (17) Quote-part dans le résultat net des sociétés mises en équivalence (18) (21)
(31) (65) Coût du financement (96) (266)
46 Produits perçus des investissements financiers 3 66
3 3 Autres produits financiers 19 13
(702) (239) Autres charges financières (751) (300)
(674) (138) x 4,9 Résultat des activités avant impôt (107) 129 na
13 (83) Impôt sur les résultats

Print Friendly, PDF & Email

Vivendi : Des résultats 2014 conformes aux attentes

ACTUALITÉS ÉCONOMIQUES ET FINANCIÈRES |
non in accumsan dictum id, facilisis Praesent