ACTIVITE ET RESULTATS 2014





Paris, le 12 février 2015

2014 : BONNE PERFORMANCE DES METIERS, CONTRIBUTION EN HAUSSE DE +3,5%

  • Produit net bancaire à 23,6 Md EUR, +5,0%* /2013
    Produit net bancaire des métiers stable, -0,5%* /2013
  • Bonne maîtrise des frais de gestion : -1,9%* /2013
  • Forte baisse de la charge du risque du Groupe, -25,2%* /2013
  • Hausse de +20,9%* du résultat d’exploitation des métiers
  • Hausse du résultat net part du Groupe à 2 692 M EUR contre 2 044 M EUR en 2013
    Contribution des métiers au résultat net part du Groupe de 3 504 MEUR, +3,5% /2013

  • Ratio CET1 Bâle 3 non phasé de 10,1% (10,0% à fin 2013)
  • Ratio de levier à 3,8% à fin 2014
  • BNPA(1) : 2,92 EUR
  • Dividende proposé : 1,20 EUR en espèces (taux de distribution de 40%)

T4-14 : Progression du résultat net part du Groupe à 511 M EUR (T4-13 : 191 M EUR)

  • Produit net bancaire en hausse de +7,5%* /T4-13
  • Frais de gestion en baisse* : -5,3%* /T4-13
  • Forte baisse de la charge du risque : -10,5%* /T4-13

* A périmètre et taux de change constants.

** Hors éléments non économiques (réévaluation de la dette liée au risque de crédit propre et Debt Value Adjustment) pour +77 M EUR au T4-14 et
-101 M EUR pour 2014 en produit net bancaire, soit un impact en résultat net part du Groupe de respectivement +51 M EUR et -66 M EUR ; au T4-13 (2013) : impact en produit net bancaire -397 M EUR (-1 509 M EUR) ; en résultat net part du Groupe -261 M EUR (-989 MEUR). Cf. notes méthodologiques.

Les éléments relatifs aux données financières de l’année 2013 ont été retraités en raison de l’entrée en application des normes IFRS 10 et 11 qui s’appliquent de façon rétrospective à partir du 1er janvier 2014.

(1) Après déduction des intérêts, nets d’effet fiscal, à verser aux porteurs de TSS et de TSDI au titre de 2014 (respectivement -413 et -7 millions d’euros), et correction de l’effet des plus ou moins values sur rachats partiels enregistrées sur la période (soit -6 millions d’euros au T1-14). Voir note méthodologique n°3. Hors réévaluation de la dette liée au risque de crédit propre, et DVA (Debt Value Adjustment, ajustement de valeur sur risque de crédit propre sur instruments financiers consécutif à la mise en oeuvre de la norme IFRS 13), le bénéfice net par action ainsi déterminé s’élève à 3,00 euros par action.


Le Conseil d’administration de Société Générale, réuni le 11 février 2015, a arrêté les comptes de Société Générale pour l’exercice 2014.

Le Groupe a présenté ses orientations stratégiques en mai 2014, et poursuit ses efforts d’adaptation au nouvel environnement économique et réglementaire, en s’appuyant sur son modèle de banque universelle centré sur ses clients, le déploiement de synergies et l’exécution de son plan d’économies. Au cours de l’exercice, Société Générale a poursuivi le recentrage du portefeuille pour optimiser l’allocation du capital aux métiers : il a en particulier renforcé sa participation dans Boursorama et Rosbank, acquis la totalité de Newedge, cédé sa filiale de Banque Privée en Asie, et recentré ses activités de crédit à la consommation sur la zone Europe et Afrique.

Le produit net bancaire du Groupe s’établit à 23 561 millions d’euros pour l’année 2014 (+5,0%* par rapport à 2013), avec une baisse des frais de gestion (-1,9%*). Le plan d’économies engagé a déjà permis de sécuriser plus de 80% des 900 millions d’économies envisagées à horizon fin 2015. La charge du risque s’inscrit en forte baisse (-25,2%*), malgré l’enregistrement d’une provision collective au titre du risque de litiges de -400 millions d’euros au total en 2014, témoignant de la qualité des portefeuilles de la Banque.

Dans un environnement économique particulièrement complexe en 2014, marqué par les fluctuations importantes des devises et des cours des matières premières, ainsi que par une situation économique difficile dans certains pays d’Europe, les métiers du Groupe confirment leur solidité. Avec un produit net bancaire globalement stable sur la période (-0,5%*), des frais de gestion maîtrisés (-1,0%*), et un coût du risque en forte baisse, leur contribution au résultat net part du Groupe s’inscrit à 3 504 millions d’euros en 2014, en progression de +3,5% par rapport à 2013. Cette contribution intègre -725 millions d’euros de charges non récurrentes au titre du recentrage des activités de crédit à la consommation fin 2014 et de la dépréciation de l’écart d’acquisition sur les activités de Banque de détail et Services Financiers Internationaux en Russie. Retraitée de ces éléments non récurrents, la contribution des métiers serait en hausse de près de +25% par rapport à l’année précédente : stable dans la Banque de détail en France (+0,8%) dans un environnement économique ralenti, en hausse de +12,5% dans les activités de Banque de détail et Services Financiers Internationaux, tirée par la progression des résultats en Europe et dans les activités de Services Financiers aux entreprises et d’Assurance, et en nette hausse (+59,1%) dans les activités de Banque de Grande Clientèle et Solutions Investisseurs, notamment dans les activités de Financement et Conseil.

A fin 2014, les ratios de capital du Groupe confirment leur robustesse. Le ratio Common Equity Tier 1 non phasé du Groupe s’établit à 10,1% selon les règles CRR/CRD4. Le Groupe a utilisé de façon équilibrée la contribution fortement positive des résultats des activités (+103 points de base sur l’année 2014) dans le cadre de la gestion de son capital. Cette contribution a permis de financer la croissance des encours pondérés du Groupe, les opérations d’acquisition et de cession de filiales, de nouvelles exigences réglementaires et la rémunération du capital. Le ratio global de solvabilité du Groupe atteint 14,3% pour un ratio de levier de 3,8% à fin 2014 selon les règles CRR/CRD 4 intégrant l’acte délégué adopté en octobre 2014, contre 3,5% à fin 2013. Le ratio de liquidité court terme (LCR) s’élève à 118% à fin 2014.

Sur la base de ces résultats, le Conseil d’administration a décidé de proposer à l’Assemblée générale le versement d’un dividende de 1,20 euro par action, payable en espèces, dont le détachement interviendra le 26 mai 2015 et qui sera mis en paiement le 28 mai 2015, sous réserve d’un vote favorable par l’Assemblée générale du 19 mai 2015. Ce montant correspond à 40% du bénéfice net par action([1]), net de l’effet des éléments non économiques (réévaluation de la dette liée au risque de crédit propre et DVA).


Commentant les résultats du Groupe à fin décembre 2014, Frédéric Oudéa – Président-Directeur général – a déclaré :

« En 2014, Société Générale a progressé avec succès dans la mise en oeuvre de sa stratégie, tournée vers la satisfaction de ses clients, l’innovation, notamment dans les technologies numériques et une croissance rentable. Dans un environnement difficile et instable, le Groupe a enregistré une bonne performance de ses métiers confirmant leur potentiel de croissance. Il a également démontré la bonne maîtrise des coûts et des risques, qui sont en baisse sensible.
En 2015, fort d’un bilan très solide, le Groupe va poursuivre son plan stratégique à l’horizon 2016 avec détermination et discipline. En s’appuyant sur l’efficacité de l’organisation en place, une gouvernance renforcée et l’engagement de ses équipes au service de ses clients, Société Générale va maintenir le rythme de sa transformation avec comme priorités opérationnelles la poursuite des développements ciblés et du déploiement des synergies, la bonne maîtrise des coûts et des risques et la poursuite de l’optimisation de l’allocation de capital entre les métiers. En dépit d’un environnement qui reste incertain et volatil, le Groupe aborde donc avec confiance ce nouvel exercice. »



1 – RESULTATS CONSOLIDES DU GROUPE


M EUR 2013 2014 Var 2014/2013 T4-13 T4-14 Var T4/T4
Produit net bancaire 22 433 23 561 +5,0% 5 696 6 123 +7,5%
A données constantes* +5,0% +7,5%
Produit net bancaire** 23 942 23 662 -1,2% 6 093 6 046 -0,8%
Frais de gestion (16 047) (16 016) -0,2% (4 405) (4 263) -3,2%
A données constantes* -1,9% -5,3%
Résultat brut d’exploitation 6 386 7 545 +18,1% 1 291 1 860 +44,1%
A données constantes* +23,7% +55,9%
Coût net du risque (4 050) (2 967) -26,7% (1 045) (906) -13,3%
Résultat d’exploitation 2 336 4 578 +96,0% 246 954 x 3,9
A données constantes* x 2,1 x 5,3
Gains ou pertes nets sur autres actifs 134 (84) n/s
Pertes de valeur des écarts d’acquisition (50) (525) n/s (50) 0 n/s
Résultat net part du Groupe comptable 2 044 2 692 +31,7% 191 511 x 2,7
ROE Groupe (après impôt) 4,1% 5,3% 0,8% 3,6%

Produit net bancaire

Le produit net bancaire du Groupe atteint 6 123 millions d’euros au T4-14, (5 696 millions d’euros au T4-13, +7,5%*), portant le produit net bancaire annuel du Groupe à 23 561 millions d’euros, en hausse de +5,0%* par rapport à 2013. Hors éléments non économiques, le produit net bancaire du Groupe s’inscrit en léger retrait par rapport à 2013, -1,2%, dans un environnement économique particulièrement difficile en Europe.

Dans ce contexte, le produit net bancaire des métiers est globalement stable sur l’année
(-0,5%*), et en hausse de +0,9%* au T4-14 par rapport au T4-13.

  • En 2014, les revenus des activités de Banque de détail en France (RBDF) sont en retrait de
    -1,1% hors effet PEL/CEL (et -1,0% sur le T4-14 par rapport au T4-13), au terme d’une année marquée par la faible demande de crédit et la pression sur les revenus induite par la nouvelle loi bancaire française prenant effet en 2014. RBDF confirme toutefois son dynamisme commercial, avec un nombre d’ouvertures de comptes record en 2014.
  • Dans le pôle Banque de détail et Services Financiers Internationaux (IBFS), les revenus sont en progression de +1,5%* en 2014 par rapport à 2013, tirés par la croissance des activités hors Europe : la Banque à l’international en Afrique, Bassin méditerranéen et Outre-mer voit ainsi son produit net bancaire s’améliorer de +4,1%* et les activités de Services Financiers aux entreprises et d’Assurances progressent de +6,7%* sur l’année. La Russie présente un produit net bancaire résilient, (-0,8%*) sur l’année. Au T4-14, les revenus du pôle s’inscrivent en baisse de -1,2%*.
  • La Banque de Grande Clientèle et Solutions Investisseurs (GBIS) enregistre une légère baisse de ses revenus sur l’année (-0,7%*), malgré un bon dernier trimestre (+6,0%* au T4-14 par rapport au T4-13). Les activités de Financement et Conseil signent une bonne année 2014, avec des revenus en hausse de +11,7%* ; au total, les revenus de la Banque de Financement et d’Investissement sont globalement stables (-0,7%*) sur l’année. En Gestion d’Actifs et Banque Privée, les revenus sont en hausse de +2,5%* sur l’année. Dans les métiers de Courtage et Services aux Investisseurs, les revenus sont en baisse de -3,5%* par rapport à 2013, mais se redressent en fin d’année.

L’incidence comptable de la réévaluation de la dette liée au risque de crédit propre est de -139 millions d’euros en 2014 (-1 594 millions d’euros en 2013), dont +44 millions d’euros au T4-14 (-379 millions d’euros au T4-13). L’effet de la DVA (voir note méthodologique n°8) s’élève au total en 2014 à +38 millions d’euros (dont +33 au T4-14) contre +85 millions d’euros en 2013 (et -18 millions d’euros au T4-13). Ces deux facteurs constituent les éléments non économiques retraités dans les analyses des résultats du Groupe.

Frais de gestion

Les frais de gestion du Groupe sont de 16 016 millions d’euros pour l’année 2014, en baisse de -1,9%* par rapport à 2013. Cette baisse témoigne des efforts de maîtrise des coûts déployés depuis plusieurs années et de l’efficacité du plan d’économies lancé en 2013. Ce plan prévoit d’économiser 900 millions de coûts récurrents à horizon 2015, et a déjà rempli plus de 80% de ses objectifs pour seulement environ 60% des coûts d’investissement projetés.

Résultat d’exploitation

Le résultat brut d’exploitation du Groupe s’établit à 7 545 millions d’euros pour l’année 2014, contre 6 386 millions d’euros en 2013, en hausse de +23,7%*. Au T4-14, le résultat brut d’exploitation est de 1 860 millions d’euros, à rapprocher de 1 291 millions d’euros au T4-13. Cette variation s’explique notamment par l’effet de la réévaluation de la dette liée au risque de crédit propre, dont la contribution était très négative en 2013 et quasi nulle en 2014 et l’enregistrement au T4-13 de charges non récurrentes.

Le résultat brut d’exploitation des métiers ressort à 8 537 millions d’euros en 2014, globalement stable (+0,5%*) par rapport à 2013. Au T4-14, il est de 1 930 millions d’euros, contre 1 788 millions d’euros au T4-13, en hausse de +14,2%*.

La charge nette du risque du Groupe en 2014 est de -2 967 millions d’euros, en baisse de -25,2%* par rapport à 2013. Elle intègre en particulier une dotation complémentaire aux provisions collectives pour litiges de -400 millions. Cette provision atteint 1,1 milliard d’euros à fin 2014. Au T4-14, la charge du risque est de -906 millions d’euros, dont -200 millions au titre de la provision collective pour litiges, en nette diminution par rapport au T4-13 (-1 045 millions d’euros).

Le coût du risque commercial du Groupe s’établit à 61([2]) points de base en 2014 à comparer à 75 points de base en 2013, malgré un environnement économique toujours difficile.

  • Dans la Banque de détail en France, il est en recul à 56 points de base (contre 66 points de base en 2013). Comme les années précédentes, le quatrième trimestre est marqué par une hausse du coût du risque commercial liée à un effet saisonnier.
  • A 123 points de base (contre 150 points de base en 2013), le coût du risque du pôle Banque de détail et Services Financiers Internationaux est en baisse, avec des évolutions contrastées selon les zones géographiques. L’amélioration est sensible en Europe, notamment en Roumanie où il est en baisse de -42,6%* malgré un renforcement de taux de couverture brut des encours douteux à 71%. A l’inverse, en Russie, le coût du risque commercial augmente en lien avec la détérioration de l’environnement macroéconomique.
  • Le coût du risque de la Banque de Grande Clientèle et Solution Investisseurs demeure en 2014 à un niveau bas à 10 points de base (contre 13 points de base en 2013), confirmant la qualité du portefeuille de crédit.

Le taux brut d’encours douteux, hors actifs gérés en extinction, est de 5,6% à fin décembre 2014 (contre 6,0% à fin décembre 2013). Le taux de couverture brut des encours douteux du Groupe s’établit à 63%, en hausse de +2 points par rapport à 2013.

Au total, le résultat d’exploitation du Groupe atteint 4 578 millions d’euros en 2014, contre 2 336 millions d’euros en 2013, sous l’effet conjugué de la forte baisse de la charge du risque et de l’impact de la réévaluation de la dette liée au risque de crédit propre. Au T4-14, le résultat d’exploitation s’inscrit à 954 millions d’euros, à rapprocher de 246 millions d’euros au T4-13.

Le résultat d’exploitation des métiers est en forte hausse en 2014, à 5 973 millions d’euros contre 5 143 millions d’euros en 2013, principalement en lien avec la baisse de la charge du risque. Cette tendance est confirmée au T4-14, avec un résultat d’exploitation des métiers à 1 225 millions d’euros contre 745 millions d’euros au T4-13.

Résultat net

Le résultat net part du Groupe s’élève à 2 692 millions d’euros pour l’année 2014, après prise en compte de la charge fiscale (taux effectif d’impôt du Groupe de 29,5% pour 2014), et la contribution des participations ne donnant pas le contrôle. En 2013, le résultat net part du Groupe était de 2 044 millions d’euros, avec un taux effectif d’impôt de 18,1%. Au T4-14, le résultat net part du Groupe est de 511 millions d’euros (contre 191 millions d’euros au T4-13), avec un taux effectif d’impôt de 41,3% (il était de 4,7% au T4-13).

Corrigé des éléments non économiques (réévaluation de la dette liée au risque de crédit propre et DVA), le résultat net part du Groupe atteint 2 759 millions d’euros en 2014 (dont 460 millions au T4-14), à rapprocher de 3 033 millions d’euros en 2013 (et 451 millions au T4-13). Ce résultat intègre notamment
-525 millions d’euros liés à la dépréciation de l’écart d’acquisition des activités du Groupe en Russie et les conséquences de la sortie des activités de crédit à la consommation au Brésil pour -200 millions d’euros, annoncé en février 2015.

Corrigé des éléments non économiques et non récurrents de l’année, le ROE([3]) du Groupe est de 7,3% pour l’année 2014, (5,3% en données brutes). Il était de 4,1% en données brutes en 2013, et de 7,8% hors éléments non économiques et non récurrents.

Le bénéfice net par action s’élève à 2,92 euros à fin décembre 2014, après déduction des intérêts à verser aux porteurs de TSS et TSDI(2). Hors réévaluation de la dette liée au risque de crédit propre et DVA, le bénéfice net par action s’élève à 3,00 euros par action, après déduction des intérêts à verser aux porteurs de TSS et TSDI([4]).



2 – STRUCTURE FINANCIERE DU GROUPE

Au 31 décembre 2014, les capitaux propres part du Groupe s’élèvent à 55,2 milliards d’euros(1) et l’actif net tangible par action à 51,43 euros (correspondant à un actif net par action de 57,96 euros dont 1,64 euro de plus-values latentes).

Le total du bilan consolidé s’établit à 1 308 milliards d’euros au 31 décembre 2014 (1 214 milliards d’euros au 31 décembre 2013, montant ajusté par rapport aux états financiers publiés, après entrée en application rétrospective des normes IFRS 10 et 11). Le montant net des crédits à la clientèle, y compris location financement est de 356 milliards d’euros (+11 milliards par rapport au 31 décembre 2013). Parallèlement les dépôts de la clientèle atteignent 328 milliards d’euros (+14 milliards par rapport au 31 décembre 2013).

Le total du bilan financé du Groupe (voir note méthodologique n°7) est de 647 milliards d’euros à fin décembre 2014, en légère hausse par rapport à fin 2013, (+22 milliards d’euros en raison de l’intégration de Newedge), avec un ratio crédits sur dépôts de 98% (-8 points par rapport au 31 décembre 2013). Le Groupe a entièrement réalisé son programme de financement à moyen et long terme pour l’année 2014 à des conditions financières satisfaisantes (environ 40 points de base au dessus de l’indice de référence mid-swap à 6 mois au 31 décembre 2014) avec une maturité moyenne (hors dette subordonnée) de 5,2 ans. La réserve de liquidité du Groupe (voir note méthodologique n°7) atteint 140 milliards d’euros au 31 décembre 2014 (contre 174 milliards d’euros au 31 décembre 2013), couvrant 168% des besoins de financement court terme (y compris la dette long terme arrivant à maturité à moins d’un an), contre 145% à fin décembre 2013.

Les encours pondérés par les risques du Groupe sont de 353,2 milliards d’euros à fin décembre 2014, contre 342,6 milliards d’euros à fin décembre 2013 selon les règles CRR/CRD4. Les encours pondérés au titre du risque de crédit représentent plus de 80% du total.

Au 31 décembre 2014, le ratio Common Equity Tier 1(2) du Groupe s’établit à 10,1%(3), il était de 10,0% au 31 décembre 2013. Le ratio Tier 1 est de 12,6% en hausse de +89 points de base par rapport à fin 2013. Le ratio Global s’établit à 14,3% à fin 2014, en progression de +89 points de base en un an. La forte génération de capital du Groupe (+103 point de base sur l’année) a permis de financer la croissance des encours pondérés, reflet de l’activité du Groupe, les évolutions du portefeuille d’activités du Groupe (notamment les acquisitions de l’année), l’intégration de nouvelles exigences réglementaires et l’accroissement de la provision collective pour litiges, tout en préservant une marge significative pour la rémunération des actionnaires.

Le ratio de levier s’établit à 3,8%(2), en progression de +33 points de base par rapport à 2013, principalement sous l’effet de la croissance des capitaux « Tier 1 » du Groupe.

Le Groupe est noté par les agences de notation DBRS (notation senior long terme : AA(low) – perspectives négatives), FitchRatings (notation senior long terme : A – perspectives négatives), Moody’s (notation senior long terme : A2 – perspectives négatives) et Standard and Poor’s (notation senior long terme A – perspectives négatives).

3 – Banque de detail en France


M EUR 2013 2014 Var 2014/2013 T4-13 T4-14 Var T4/T4
Produit net bancaire 8 437 8 275 -1,9% 2 161 2 117 -2,0%
-1,1%(1) -1,0%(1)
Frais de gestion (5 358) (5 356) -0,0% (1 385) (1 435) +3,6%
Résultat brut d’exploitation 3 079 2 919 -5,2% 776 682 -12,1%
-2,8%(1) -9,2%(1)
Coût net du risque (1 258) (1 041) -17,3% (346) (303) -12,5%
Résultat d’exploitation 1 821 1 878 +3,1% 430 379 -11,8%
Résultat net part du Groupe 1 196 1 205 +0,8% 286 241 -15,6%
(1) Hors PEL/CEL

Dans un environnement macroéconomique difficile, la Banque de détail en France affiche une activité commerciale résiliente et poursuit sa stratégie d’innovation au service de ses clients.

En matière de conquête de clientèle, les Réseaux France démontrent la solidité de leurs fonds de commerce : le nombre d’ouvertures nettes de comptes à vue des clients particuliers atteint un niveau record en 2014 (+221 000 en 2014), en hausse sur les trois enseignes (Société Générale, Crédit du Nord et Boursorama), soit +30,3% au global par rapport à 2013. Boursorama dépasse le cap des 600 000 clients en France, surpassant ainsi son objectif pour 2014.

Les encours de dépôts bilanciels progressent de +4,9% par rapport à 2013 à 162,4 milliards d’euros, portés par une bonne performance sur la clientèle d’entreprises. Par type de supports d’épargne, la croissance est tirée par la collecte de dépôts à vue, qui progressent de +7,2% par rapport à 2013. En parallèle, la production brute d’assurance vie est en hausse de +9.0%, avec un taux de souscriptions en unité de compte, dans la nouvelle production, en progression de quatre points par rapport à 2013, à 14%.
La Banque de détail en France continue d’accompagner les entreprises et les particuliers dans le financement de leurs projets. Néanmoins, dans un contexte économique contraint, la demande de crédits d’investissement demeure relativement atone. Au total, les encours de crédits sont en léger recul par rapport à 2013, et s’établissent à 78,2 milliards d’euros pour les clientèles commerciales et entreprises
(-2,7% par rapport à 2013) et à 96,1 milliards d’euros pour les encours de crédits aux particuliers (-1,1% par rapport à 2013). La production de crédit aux entreprises s’inscrit toutefois en hausse de 0,5% par rapport 2013, tandis que la production d’affacturage et de crédit-bail sont en hausse de +37,9% et +34,1% respectivement par rapport à 2013.
Le ratio crédits sur dépôts moyen s’élève à 108% en 2014 contre 116% en 2013 et s’améliore ainsi de 8 points en un an.

Les revenus de la Banque de détail en France sont résilients avec un produit net bancaire de 8 373 millions d’euros, en baisse de -1,1% par rapport à 2013, après neutralisation de l’impact des provisions PEL/CEL. La marge d’intérêts est en hausse de +0,4% par rapport à 2013 (hors PEL/CEL), la hausse des encours de dépôts et la hausse de la marge sur crédits compensant la baisse des taux de replacement des dépôts et la baisse des encours de crédits. Les commissions sont en baisse de -3,1% sur cette même période, notamment en raison du nouveau plafonnement des commissions d’intervention.

Les frais de gestion sont stables par rapport à 2013, l’effet des plans d’économies engagés compensant un certain nombre de coûts non récurrents au T4-14, tandis que la charge du risque est en forte baisse
(-17,3% par rapport à 2013). Le résultat d’exploitation s’améliore ainsi de +3,1% par rapport à 2013.

Au total, la Banque de détail en France extériorise une contribution solide au résultat net part du Groupe de 1 205 millions d’euros, en hausse de +0,8% par rapport à 2013, dont 241 millions d’euros au T4-14 (contre 286 millions au T4-13).



4 – Banque DE Détail et Services Financiers Internationaux

Les revenus du pôle s’élèvent à 7 456 millions d’euros en 2014, en progression de +1,5%* par rapport à 2013, tandis que les frais de gestion s’établissent sur la même période à -4 279 millions d’euros (+3,4%*). Le résultat brut d’exploitation annuel s’établit ainsi à 3 177 millions d »euros (-1,0%*). Sur l’année 2014, le coût du risque s’améliore nettement à -1 442 millions d’euros, en baisse de -18,3%*, en particulier sur la Roumanie. Au global, le pôle dégage en 2014 un résultat net part du Groupe de 381 millions d’euros, pénalisé par la dépréciation de l’écart d’acquisition des activités en Russie intervenue au T1-14 pour un montant de -525 millions d’euros et la charge non récurrente de -200 millions d’euros liée la décision de sortie des activités de crédit à la consommation au Brésil intégrée dans les résultats du T4-14. Retraitée de ces éléments, la contribution du pôle s’élève à 1 106 millions d’euros, en progression de +12,5% par rapport à 2013 (983 millions d’euros).

Au T4-14, le pôle affiche des revenus de 1 849 millions d’euros (-1,2%* par rapport au T4-13), un résultat brut d’exploitation de 757 millions d’euros (-10,7%*) et un résultat net part du Groupe de 51 millions d’euros intégrant l’effet de la sortie des activités de crédit à la consommation au Brésil.

M EUR 2013 2014 Var 2014/2013 T4-13 T4-14 Var T4/T4
Produit net bancaire 7 762 7 456 -3,9% 1 990 1 849 -7,1%
A données constantes* +1,5% -1,2%
Frais de gestion (4 367) (4 279) -2,0% (1 094) (1 092) -0,1%
A données constantes* +3,4% +6,7%
Résultat brut d’exploitation 3 395 3 177 -6,4% 897 757 -15,6%
A données constantes* -1,0% -10,7%
Coût net du risque (1 835) (1 442) -21,4% (636) (374) -41,2%
Résultat d’exploitation 1 560 1 735 +11,2% 260 383 +47,2%
A données constantes* +20,3% +57,8%
Gains ou pertes nets sur autres actifs 6 (198) n/s 4 (200) n/s
A données constantes*

Print Friendly, PDF & Email

SOCIETE GENERALE : INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE, T4 ET ANNUELS 2014

ACTUALITÉS ÉCONOMIQUES ET FINANCIÈRES |
venenatis sit vulputate, venenatis, ipsum sem, commodo libero Nullam