Regulatory News:

Lafarge (Paris:LG):

Conformément à la norme IFRS 11 applicable à partir du 1er
janvier 2014, les chiffres 2013 ont été retraités (voir page 4 pour plus
d?informations).

CHIFFRES CLÉS DU TROISIÈME TRIMESTRE*

— Chiffre d’affaires en baisse de 2 % à

— Résultat d’exploitation courant en baisse de 5 % à 676 M?

3 636 M? (+2 % sur base comparable)

(+2 % sur base comparable)

— EBITDA en recul de 4 % à 887 M?

— Résultat net part du Groupe à 218 M? (0,76 ? par action)

(+2 % sur base comparable)

CHIFFRES CLÉS SUR NEUF MOIS*

— Chiffre d’affaires en baisse de 3 % à

— Résultat d’exploitation courant en baisse de 1 % à 1 431 M?

9 636 M? (+ 4 % sur base comparable)

(+11 % sur base comparable)

— EBITDA en recul de 2 % à 2 042 M?

— Résultat net part du Groupe à 288 M? (1,00 ? par action)

(+8 % sur base comparable)

* Les données sur base comparable sont calculées en neutralisant
l’impact des changements de périmètre, les variations de change, et un
gain exceptionnel de 20 millions d’euros comptabilisé au premier
trimestre 2013

FAITS MARQUANTS DU GROUPE ? 3ÈME TRIMESTRE

  • Après une solide croissance au premier semestre, la progression des
    volumes a été plus modérée au 3ème trimestre, en raison
    d?une base de comparaison plus difficile en Europe, notamment en
    France, et d?une baisse des volumes en Irak. La croissance s’est
    poursuivie dans la plupart des marchés émergents ainsi qu?aux
    Etats-Unis et nous avons bénéficié du démarrage de nos nouvelles
    cimenteries en Inde et en Russie. À périmètre constant, et en excluant
    la baisse des volumes en Irak au troisième trimestre, les volumes
    ciment sont en hausse de 6 % depuis le début de l’année et de 3 % par
    rapport au 3ème trimestre 2013.
  • L’effet des variations de change s’est atténué au cours du trimestre
    avec un impact sur le chiffre d’affaires et l’Ebitda de -2 % et -3 %
    respectivement (-69 millions d’euros sur le chiffre d?affaires et -26
    millions d’euros sur l?Ebitda).
  • Les mesures de réduction de coûts et d’innovation ont généré
    respectivement 751 millions d’euros et 601 millions
    d’euros au cours du trimestre. Sur les neuf premiers mois, la
    contribution de ces mesures s?élève à 425 millions d’euros et nous
    sommes en ligne avec notre objectif de générer 600 millions d’euros
    sur 2014. Les prix du ciment sont restés stables par rapport au
    deuxième trimestre, et sont en progression de 2,2 % par rapport au 3ème
    trimestre 2013, soutenus par nos hausses de prix dans un contexte
    d’inflation des coûts.
  • Le résultat net part du Groupe est en baisse de -28 %. Retraité des
    plus-values de cessions et des coûts liés à la fusion, il est stable.
    L’amélioration de la contribution des « joint-ventures », notamment au
    Royaume-Uni, et la réduction des frais financiers ont compensé l’effet
    défavorable des variations de périmètre et de change.
  • Le Groupe a sécurisé 1,4 milliard d’euros de cessions depuis le début
    de l’année, dont 0,9 milliard d’euros restent à percevoir,
    essentiellement au 4ème trimestre, et contribueront
    intégralement à la réduction de l?endettement.
  • Avec la récente notification formelle de notre projet de fusion avec
    Holcim auprès de la Commission européenne, toutes les notifications
    nécessaires ont désormais été effectuées auprès des différentes
    autorités de la concurrence.

BRUNO LAFONT, PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL DE LAFARGE, A DÉCLARÉ :

« Dans un trimestre marqué par une croissance plus modérée, nous avons
poursuivi la mise en ?uvre de nos actions visant à diminuer
l?endettement, réduire les coûts et favoriser la croissance par
l?innovation.

Le management est entièrement focalisé sur la conduite des opérations au
quotidien et sur l?atteinte de nos objectifs. Concernant nos objectifs
de réduction des coûts et d?innovation, nous atteindrons notre objectif
de générer 600 millions d?euros d?Ebitda additionnel en 2014 et nous
confirmons par ailleurs notre objectif de 550 millions d’euros en 2015.

Nous avançons rapidement sur le projet de fusion avec Holcim, avec une
équipe dédiée. Nous avons franchi des étapes décisives en vue de la
réalisation de ce projet stratégique unique. Au vu des progrès accomplis
en matière de désinvestissements, de notifications réglementaires et de
préparation du processus d’intégration, nous sommes confiants dans la
finalisation du projet de fusion au premier semestre 2015, comme nous
l?avions annoncé. ».

1 Ebitda avant application de la norme IFRS 11 sur les
joint-ventures. Après application de cette norme, ces mesures ont
contribué à l?augmentation de l’Ebitda de 115 millions d?euros (65
millions d?euros de réduction de coûts et 50 millions d?euros liés aux
actions en matière d?innovation).

PERSPECTIVES

Pour l’exercice 2014, le Groupe confirme attendre une croissance globale
de la demande de ciment comprise entre 2 et 5 % sur ses marchés par
rapport à 2013. Les marchés émergents restent le principal moteur de
croissance de la demande. Lafarge en bénéficiera grâce à un portefeuille
d?actifs de grande qualité et géographiquement équilibré.

L’inflation des coûts devrait se maintenir à un rythme similaire à celui
de 2013, ce qui devrait se traduire par des prix de vente globalement en
hausse.

Dans la perspective du projet de fusion avec Holcim, le Groupe a décidé
de faire une pause dans le programme des désinvestissements qui avaient
été prévus avant l?annonce de de ce projet.

COMPTES CONSOLIDÉS AU 30 SEPTEMBRE 2014

Le Conseil d’Administration de Lafarge, réuni le 4 novembre 2014 sous la
Présidence de Bruno Lafont, a approuvé les comptes au 30 septembre 2014.
L?examen limité des comptes consolidés intermédiaires condensés de
Lafarge par les commissaires aux comptes a fait l?objet d?un rapport
figurant dans le Rapport financier trimestriel.

Troisième trimestre Neuf mois
Variation Variation
2014 2013 Brut Sur base comparable(2) 2014 2013 Brut Sur base comparable(2)
Volumes
Ciment (millions de tonnes) 31,0 31,2 -1% 1% 88,0 85,7 3% 5%
Granulats (millions de tonnes) 50,4 52,5 -4% -4% 120,3 123,2 -2% -1%
Béton prêt à l?emploi (millions de m3) 7,1 7,2 -1% -2% 19,9 20,2 -1% -2%
Résultats (millions d’euros)
Chiffre d?affaires 3 636 3 700 -2% 2% 9 636 9 934 -3% 4%
EBITDA(1) 887 920 -4% 2% 2 042 2 087 -2% 8%
Marge brute d’exploitation (%) 24,4% 24,9% -50 pb 20 pb 21,2% 21,0% 20 pb 70 pb
Résultat d?exploitation courant 676 710 -5% 2% 1 431 1 449 -1% 11%
Résultat net, part du Groupe 218 304 -28% 288 388 -26%
Résultats par action (?) 0,76 1,06 -28% 1,00 1,35 -26%
Cash-flow libre(1) 360 450 -20% 200 336 -40%
Endettement net du Groupe 10 271 10 357 -1%

EBITDA (1) PAR RÉGION

(M?) Troisième trimestre Neuf mois
2014 2013 Variation 2014 2013 Variation
Brut Sur base comparable(2) Brut Sur base comparable(2)
Amérique du Nord 284 286 -1% 9% 399 412 -3% 14%
Europe occidentale 94 76 24% -10% 240 195 23% 10%
Europe centrale et de l’Est 105 106 -1% 5% 176 151 17% 22%
Moyen-Orient et Afrique 259 278 -7% 4% 788 765 3% 11%
Amérique latine 48 63 -24% -1% 121 185 -35% -4%
Asie 97 111 -13% -15% 318 379 -16% -10%
TOTAL 887 920 -4% 2% 2 042 2 087 -2% 8%

(1) L’Ebitda se définit comme le résultat
d?exploitation courant avant dépréciation et amortissement des actifs
corporels et incorporels. Le cash-flow libre se définit comme les flux
nets de trésorerie liés aux opérations d?exploitation des activités
poursuivies après déduction des investissements de maintien. Ces
indicateurs financiers sont des mesures non comptables.

(2) Calcul des variations sur base comparable :

  • Au niveau du Groupe et des activités : à
    périmètre et taux de change constants, et en excluant un gain
    exceptionnel de 20 millions d?euros enregistré au 1
    er trimestre
    2013 en Amérique du Nord
  • Au niveau régional : à
    périmètre et taux de change constants et, dans le but de mettre en
    évidence les performances régionales sous-jacentes, avec les
    retraitements suivants :

    • Europe occidentale : +26 millions d’euros de produits de la
      vente de crédits carbone au T3 2014
    • Europe centrale et de l?Est : +2 millions d’euros de produits
      de la vente de crédits carbone au T3 2014
    • Moyen-Orient et Afrique : -24 millions d’euros traduisant
      l’effet de la baisse des volumes en Irak au T3 2014

EVOLUTION DES VENTES ET DES RÉSULTATS FINANCIERS

À périmètre constant, les volumes de ciment sont en hausse de 1 % au
troisième trimestre, soutenus par la solide croissance aux Etats-Unis,
des volumes plus élevés en Egypte avec la mise en ?uvre progressive de
notre stratégie de diversification des combustibles, par le démarrage de
nos nouvelles cimenteries au Rajasthan, en Inde, et dans la région de
Moscou, en Russie, et par nos actions d’innovation. L’impact positif de
ces facteurs a été en partie compensé par une baisse des volumes en
France, où le secteur de la construction demeure faible, et en Irak
compte tenu des difficultés logistiques de transport du ciment au cours
du trimestre. En excluant l’impact de la situation spécifique en Irak,
les volumes des ventes de ciment ont progressé de 3 % à périmètre
constant au cours du trimestre. Sur base comparable, nos volumes de
granulats et de béton prêt à l?emploi ont baissé respectivement de -4 %
et -2 % au cours du trimestre, reflétant principalement la baisse de
l?activité en France et la fin, l?année dernière, de certains grands
projets d’infrastructures dans l?Ouest du Canada.

Le chiffre d?affaires consolidé est en hausse de 2 % au troisième
trimestre à périmètre et taux de change constants, sous l’effet conjugué
de l’augmentation des volumes et des hausses de prix mises en ?uvre sur
l’ensemble de nos lignes de produits en réponse à l’inflation des coûts.
Les variations de change ont eu un impact plus modéré, à -2 %, sur notre
chiffre d?affaires du trimestre (-69 millions d’euros), principalement
lié à l’appréciation de l’euro par rapport au dollar canadien et à
plusieurs devises émergentes.

L?Ebitda est en baisse de 4 % au 3ème trimestre, les
taux de change ayant eu un impact négatif de 3 % (-26 millions d’euros).
A périmètre et taux de change constants, l?Ebitda ressort en hausse de
2 %. Les ventes de crédit carbone se sont élevées à 28 millions d’euros
au 3ème trimestre 2014 alors qu?il n?y en avait pas eu au 3ème
trimestre 2013. Les prix du ciment ont progressé (+2,2 %) par rapport au
T3 2013 en réponse à l’inflation des coûts. Le Groupe a activement mis
en ?uvre des hausses de prix depuis le début de l’année 2014, même si
quelques ajustements tarifaires sont intervenus dans un nombre limité de
pays. La marge d?Ebitda à périmètre et taux de change constants est en
hausse de 20 points de base sur le trimestre, la contribution de nos
mesures de réduction de coûts et d?innovation, les tendances positives
aux Etats-Unis et dans la plupart des marchés du Moyen-Orient et
d’Afrique, ainsi que les ventes de crédits carbone ayant compensé
l’impact des faibles volumes en Europe et en Irak.

La contribution au résultat net de nos « joint-ventures » et entreprises
associées est passée de 14 millions d’euros à 33 millions d’euros au 3ème
trimestre, soutenue par le rebond de nos résultats au Royaume-Uni grâce
à la montée en puissance des synergies et à la reprise du marché.

Le résultat net part du Groupe pour le trimestre est en baisse de 28 %,
à 218 millions d?euros. Il reste stable retraité de l?effet après impôts
des gains exceptionnels sur les désinvestissements (y compris la
plus-value sur la cession de nos activités plâtre aux Etats-Unis classée
sur la ligne « résultat net des activités cédées ») et des coûts liés à
la fusion (30 millions d’euros de coût total avant impôts au troisième
trimestre et 47 millions d’euros depuis le début de l’année). Sur les
neuf premiers mois, le résultat net part du Groupe est en baisse de
26 %. Retraité de l?effet après impôts des gains exceptionnels sur les
désinvestissements, et des coûts liés à la fusion, il est en hausse de
18 %. Ceci reflète l?effet conjugué de la croissance organique, de
l?amélioration de la contribution des « joint-ventures », notamment au
Royaume-Uni, et de la réduction des frais financiers, qui ont largement
compensé l?impact des variations de change et de périmètre.

ENDETTEMENT NET, DÉSINVESTISSEMENTS ET INVESTISSEMENTS

Le montant perçu par Lafarge au titre des désinvestissements s’élève à
101 millions d’euros au cours du trimestre.

Le montant total des investissements atteint 334 millions d’euros pour
le trimestre :

  • Les investissements de maintien se sont élevés à 98 millions d’euros.
  • Les investissements de développement et les acquisitions se sont
    élevés à 236 millions d’euros. Il s’agit principalement des
    investissements réalisés dans nos projets en Amérique du Nord (Exshaw
    au Canada et Ravena aux Etats-Unis), ainsi que d’une série
    d’opérations de « dégoulottage », notamment en Afrique subsaharienne.

L’endettement net du Groupe est en baisse de 1 % par rapport au 3ème
trimestre 2013. Il est en légère augmentation par rapport au 31 décembre
2013, ce qui reflète la variation saisonnière traditionnelle du besoin
en fonds de roulement. Le montant des cessions sécurisées depuis le
début de l?année s’élève à 1,4 milliard d’euros, dont 524 millions
d’euros ont été perçus sur les neuf premiers mois ; le solde (0,9 md?)
sera perçu essentiellement au 4ème trimestre. Les
désinvestissements sécurisés restant à encaisser contribueront à la
réduction de l’endettement et comprennent notamment la cession de nos
activités en Equateur, au Pakistan et au Mexique.

FUSION ENTRE ÉGAUX POUR CRÉER LAFARGEHOLCIM

Lafarge et Holcim ont annoncé le 7 avril 2014 leur intention de
rapprocher les deux sociétés dans le cadre d?une fusion entre égaux,
pour donner naissance à LafargeHolcim, un groupe à la pointe de
l?innovation et à l?avant-garde de l?industrie, présent dans 90 pays et
disposant d?un fort potentiel de création de valeur pour toutes ses
parties prenantes.

Le 7 juillet 2014, les deux groupes ont annoncé une proposition de liste
d?actifs à désinvestir afin d’anticiper les demandes éventuelles des
autorités de la concurrence. Cette liste a été élaborée par un Comité de
désinvestissements mis en place par les deux groupes.

Le 28 octobre 2014, Lafarge et Holcim ont franchi une étape
supplémentaire dans la réalisation de cette opération en annonçant la
notification formelle de leur projet de fusion auprès de la Commission
européenne afin d?obtenir son approbation réglementaire. Avec cette
notification, Holcim et Lafarge ont désormais formellement notifié
auprès des autorités de la concurrence dans tous les pays dans lesquels
cela était nécessaire. Dans le cadre de dialogues constructifs avec les
autorités compétentes, la liste des actifs proposés par Lafarge et
Holcim pour être désinvestis a été légèrement modifiée.

Les deux Groupes continueront à évaluer les situations où des
désinvestissements supplémentaires pourraient être nécessaires en
fonction de l?appréciation des recouvrements géographiques ou des
demandes des autorités de la concurrence. Les désinvestissements
proposés seront conditionnés à l?examen des autorités de régulation dans
le cadre d?un dialogue continu ainsi qu?à l?accord de nos
coactionnaires, lorsque nécessaire.

Ce projet de fusion devrait être finalisé au premier semestre 2015. Des
informations complémentaires sur l?avancement du projet seront
communiquées en temps utile. Plus d?informations sur le projet sur le
site internet de Lafarge : http://lafargeholcim.projet-fusion.com/fr.

IMPACT DE LA NORME IFRS 11

Dans le respect des normes comptables IFRS, le Groupe applique la
nouvelle norme IFRS 11 depuis le 1er janvier 2014. Cela
implique la publication des données financières pro-forma 2013
retraitées en application du nouveau standard, qui seront utilisées
comme base de comparaison d?une année sur l?autre.

Le principal impact de l?application d?IFRS 11 est la mise en
équivalence des « joint-ventures » du Groupe qui étaient précédemment
consolidées de manière proportionnelle. Ce reclassement comptable
consiste à isoler la contribution des joint-ventures sur une ligne
spécifique dans le compte de résultat et dans le bilan, sans impact sur
le résultat net, part du Groupe, et les capitaux propres, part du Groupe.

Ci-dessous les chiffres clés du Groupe (i) après application de la norme
IFRS 11 et (ii) pro-forma selon l?ancien standard.

Chiffres publiés – après application Chiffres pro forma – avant application
Chiffres clés du troisième trimestre d’IFRS 11 d’IFRS 11
2014 2013 2014 2013
Volumes
Ciment (millions de tonnes) 31,0 31,2 36,5 36,7
Granulats (millions de tonnes) 50,4 52,5 58,5 59,8
Béton prêt à l?emploi (millions de m3) 7,1 7,2 8,3 8,2
Résultats (millions d?euros)
Chiffre d?affaires 3 636 3 700 4 248 4 236
EBITDA(1) 887 920 992 1 007
Marge brute d’exploitation (%) 24,4% 24,9% 23,4% 23,8%
Résultat d?exploitation courant 676 710 739 755
Résultat net, part du Groupe 218 304 218 304
Résultats par action (?) 0,76 1,06 0,76 1,06
Cash-flow libre(1) 360 450 418 492
Chiffres publiés – après application Chiffres pro forma – avant application
Chiffres clés sur neuf mois d’IFRS 11 d’IFRS 11
2014 2013 2014 2013
Volumes
Ciment (millions de tonnes) 88,0 85,7 104,8 101,9

Print Friendly, PDF & Email

LAFARGE: RÉSULTATS AU 30 SEPTEMBRE 2014

ACTUALITÉS ÉCONOMIQUES ET FINANCIÈRES |
window.dataLayer = window.dataLayer || []; function gtag(){dataLayer.push(arguments);} gtag('js', new Date()); gtag('config', 'UA-11504234-1'); ante. ipsum felis ut libero dapibus ultricies justo