Regulatory News:

Ipsen (Euronext : IPN ; ADR : IPSEY) a publié aujourd?hui son chiffre
d?affaires du premier trimestre 2015.

Chiffre d?affaires consolidé IFRS du premier trimestre 2015
(non audité)

(en millions d?euros) T1 2015 T1 2014

% Variation

% Variation hors effets de change

Médecine de spécialité 265,7 225,3 18,0% 14,6%
dont Somatuline® 89,3 68,5 30,4% 25,0%
dont Décapeptyl® 82,9 73,8 12,3% 9,2%
dont Dysport® 68,6 60,8 12,9% 10,5%
Médecine générale* 84,4 80,7 4,6% 3,3%
dont Smecta® 35,9 30,2 18,8% 10,8%
dont Tanakan® 10,5 16,3 -35,6% -27,4%
dont Forlax® 9,1 8,4 8,4% 7,5%
Chiffre d?affaires Groupe 350,1 305,9 14,4% 11,7%

*Inclut désormais les principes actifs et matières premières

Commentant la performance des ventes du premier trimestre 2015, Marc
de Garidel, Président-Directeur général d?Ipsen,
a déclaré :
« Ipsen a bien débuté l?année grâce à la solide croissance de la
médecine de spécialité, en hausse de 14,6%
1,
avec le lancement de Somatuline
® dans les
tumeurs neuroendocrines aux Etats-Unis et en Europe, la bonne
performance de Dysport
® et la progression de
Décapeptyl
® en Chine. En outre, les ventes de
médecine générale, malgré la poursuite du déclin en France, ont
bénéficié d?une croissance soutenue à l?international. »
Marc de
Garidel
a ajouté : « Suite à l?amélioration de la
perspective des ventes et aux économies liées à l?arrêt du développement
de l?ensemble des études avec tasquinimod dans le cancer de la prostate,
nous relevons nos objectifs de vente et de profitabilité pour 2015. »

1 Croissance des ventes exprimée d?une année sur l?autre hors
effets de change

Revue du chiffre d?affaires du premier
trimestre 2015

Note : Sauf mention contraire, toutes les variations des ventes sont
exprimées hors effets de change.

Les ventes consolidées du Groupe ont progressé de 11,7% à 350,1
millions d?euros.

Les ventes en médecine de spécialité ont atteint 265,7 millions
d?euros, en hausse de 14,6% d?une année sur l?autre. Les ventes en
urologie-oncologie, endocrinologie et neurologie ont respectivement
augmenté de 8,5%, 22,7% et 10,9%. Le poids relatif des produits de
médecine de spécialité a continué de progresser pour atteindre 75,9% des
ventes totales du Groupe, contre 73,6% un an plus tôt.

Les ventes de Somatuline® ont atteint
89,3 millions d?euros, en hausse de 25,0% d?une année sur l?autre.
Somatuline® a enregistré une forte croissance en Amérique du
Nord de 39,9% en volume et de 56,9% en valeur, portée par le lancement
dans les tumeurs neuroendocrines. Le produit a également enregistré une
bonne performance dans l?ensemble des pays européens, notamment en
Allemagne, au Royaume-Uni, en Espagne et en France.

Les ventes de Décapeptyl® ont atteint 82,9
millions d?euros, en hausse de 9,2% d?une année sur l?autre, tirées par
une forte performance en Chine. La performance de Décapeptyl®
s?inscrit néanmoins dans un marché pharmaceutique en contraction en
Europe, affectée par un recours plus fréquent au co-paiement en Europe
du Sud et la poursuite des baisses de prix, avec notamment une réduction
de 11,0% au 1er janvier 2015 en Grèce et de 3,0% au 1er
février 2015 en France.

Les ventes de Dysport® ont atteint 68,6
millions d?euros au premier trimestre 2015, en hausse de 10,5% d?une
année sur l?autre, portées par la hausse des ventes à Galderma dans
l?indication esthétique avec notamment un effet de base favorable aux
Etats-Unis par rapport au premier trimestre 2014. La croissance du
produit a par ailleurs été affectée par le renforcement de l?intensité
concurrentielle en Europe, notamment en Allemagne.

Les ventes de produits de médecine générale ont atteint 84,4
millions d?euros, en hausse de 3,3% d?une année sur l?autre. En France,
les ventes de produits de médecine générale ont décliné de 5,6%,
pénalisées par les baisses de prix sur Smecta® en 2014 et par
la poursuite de l?érosion des ventes de Tanakan®. A
l?international, les ventes ont progressé de 7,1%, tirées par de solides
performances au Vietnam et en Chine, compensant le déclin en France. Les
ventes de médecine générale en France ont représenté 26,7% des ventes
totales de médecine générale du Groupe, contre 29,6% un an plus tôt.

Les ventes de Smecta® ont atteint 35,9 millions
d?euros, en hausse de 10,8% d?une année sur l?autre. La croissance des
ventes a bénéficié d?un effet de stock exceptionnel au Vietnam. Retraité
de cet effet au Vietnam, les ventes de Smecta® sont en recul
de 3,2%. La croissance soutenue en Chine n?a que partiellement compensé
l?arrêt des ventes directes en Algérie remplacées dorénavant par la
vente du principe actif à un producteur local, enregistrées dans les
Activités liées aux médicaments. Les ventes ont également été pénalisées
en France par la baisse de prix de 7,5% intervenue en juillet 2014.

Les ventes de Tanakan® ont atteint 10,5
millions d?euros, en baisse de 27,4% d?une année sur l?autre. La
croissance du produit a été notamment pénalisée par la performance en
Russie et par la pression concurrentielle en France.

Les ventes de Forlax® ont atteint 9,1 millions
d?euros, en hausse de 7,5% d?une année sur l?autre. Les ventes ont
continué à être affectées par la règle du « Tiers-Payant2 »
en France, mais ont bénéficié de la hausse des ventes à nos partenaires
assurant la commercialisation de versions génériques du produit, ainsi
que de la bonne performance en Belgique.

1 Avec la règle du « Tiers-Payant », le patient avance le
paiement pour un médicament princeps et n?est remboursé que plus tard

Point d?étape sur la revue réglementaire
européenne pour Somatuline
®
Autogel
®
dans les tumeurs neuroendocrines gastro-entero-pancréatiques (TNE GEP)

Après l?approbation reçue par les autorités réglementaires américaines
(Food and Drug Administration) en décembre 2014, les Autorités
européennes ont recommandé l?approbation d?une nouvelle indication pour
le traitement à visée antitumorale des tumeurs neuroendocrines
gastro-entero-pancréatiques (TNE-GEP) pour Somatuline® Autogel®
120 mg Injection dans 25 pays de l?Union Européenne. La décision sera
mise en ?uvre par l?autorité compétente de chacun de ces pays. A ce
jour, 14 pays européens* ont donné leur approbation, dont le
Royaume-Uni, l?Allemagne et l?Espagne.

* Royaume-Uni, Allemagne, Irlande, Belgique, Finlande, Slovaquie,
Norvège, Luxembourg, Pays-Bas, Pologne, Suède, Espagne, Autriche,
République Tchèque

Objectifs relevés pour l?année 2015

Le conseil d’administration d?Ipsen s’est réuni pour analyser les
conséquences de l?arrêt du développement de l?ensemble des études avec
tasquinimod dans le cancer de la prostate. La bonne performance de la
médecine de spécialité sur les trois premiers mois de l?année, portée
par le lancement de Somatuline® dans les tumeurs
neuroendocrines aux Etats-Unis et dans plusieurs pays d?Europe, ainsi
que les économies liées à l?arrêt des études cliniques avec tasquinimod,
ont amené le conseil d?administration à valider la révision à la hausse
des objectifs 2015 du Groupe :

  • Une croissance d?une année sur l?autre de ses ventes de médecine de
    spécialité comprise entre 10,0% et 12,0% ;
  • Une baisse d?une année sur l?autre de ses ventes de médecine
    générale comprise entre -3,0% et 0,0%
    ;
  • Une marge opérationnelle courante1 comprise entre
    21,0% et 22,0%
    .

Les objectifs de ventes sont calculés à taux de change constant et les
activités liées aux médicaments (principes actifs et matières premières)
sont dorénavant comptabilisées dans les ventes de médecine générale.

1 Excluant les charges non récurrentes et de dépréciation
d?actifs, notamment celles relatives à tasquinimod

A propos d?Ipsen

Ipsen est un groupe mondial biotechnologique de spécialité qui a affiché
en 2014 un chiffre d?affaires supérieur à 1,2 milliard d?euros. Ipsen
commercialise plus de 20 médicaments dans plus de 115 pays, avec une
présence commerciale directe dans 30 pays. L?ambition d?Ipsen est de
devenir un leader dans le traitement des maladies invalidantes. Sa
stratégie de développement s?appuie sur 3 franchises : neurologie,
endocrinologie et urologie-oncologie. L?engagement d?Ipsen en oncologie
est illustré par son portefeuille croissant de thérapies visant à
améliorer la vie des patients souffrant de cancers de la prostate, de la
vessie ou de tumeurs neuro-endocrines. Ipsen bénéficie également d?une
présence significative en médecine générale. Par ailleurs, le Groupe a
une politique active de partenariats. La R&D d’Ipsen est focalisée sur
ses plateformes technologiques différenciées et innovantes en peptides
et en toxines situées au c?ur des clusters mondiaux de la recherche
biotechnologique ou en sciences du vivant (Les Ulis, France ; Slough /
Oxford, UK ; Cambridge, US). En 2014, les dépenses de R&D ont atteint
près de 187 millions d?euros, soit environ 15% du chiffre d?affaires. Le
Groupe rassemble près de 4 500 collaborateurs dans le monde. Les actions
Ipsen sont négociées sur le compartiment A d?Euronext Paris (mnémonique
: IPN, code ISIN : FR0010259150) et sont éligibles au SRD (« Service de
Règlement Différé »). Le Groupe fait partie du SBF 120. Ipsen a mis en
place un programme d?American Depositary Receipt (ADR) sponsorisé de
niveau I. Les ADR d?Ipsen se négocient de gré à gré aux Etats-Unis sous
le symbole IPSEY. Le site Internet d’Ipsen est www.ipsen.com.

Avertissement Ipsen

Les déclarations prospectives et les objectifs contenus dans cette
présentation sont basés sur la stratégie et les hypothèses actuelles de
la Direction. Ces déclarations et objectifs dépendent de risques connus
ou non, et d’éléments aléatoires qui peuvent entraîner une divergence
significative entre les résultats, performances ou événements effectifs
et ceux envisagés dans ce communiqué. Ces risques et éléments aléatoires
pourraient affecter la capacité du Groupe à atteindre ses objectifs
financiers qui sont basés sur des conditions macroéconomiques
raisonnables, provenant de l?information disponible à ce jour.
L’utilisation des termes  » croit « ,  » envisage  » et  » prévoit  » ou
d’expressions similaires a pour but d’identifier des déclarations
prévisionnelles, notamment les attentes du Groupe quant aux événements
futurs, y compris les soumissions et décisions réglementaires. De plus,
les prévisions mentionnées dans ce document sont établies en dehors
d?éventuelles opérations futures de croissance externe qui pourraient
venir modifier ces paramètres. Ces prévisions sont notamment fondées sur
des données et hypothèses considérées comme raisonnables par le Groupe
et dépendent de circonstances ou de faits susceptibles de se produire à
l?avenir et dont certains échappent au contrôle du Groupe, et non pas
exclusivement de données historiques. Les résultats réels pourraient
s?avérer substantiellement différents de ces objectifs compte tenu de la
matérialisation de certains risques ou incertitudes, et notamment qu?un
nouveau produit peut paraître prometteur au cours d?une phase
préparatoire de développement ou après des essais cliniques, mais n?être
jamais commercialisé ou ne pas atteindre ses objectifs commerciaux,
notamment pour des raisons réglementaires ou concurrentielles. Le Groupe
doit faire face ou est susceptible d?avoir à faire face à la concurrence
des produits génériques qui pourrait se traduire par des pertes de parts
de marché. En outre, le processus de recherche et développement comprend
plusieurs étapes et, lors de chaque étape, le risque est important que
le Groupe ne parvienne pas à atteindre ses objectifs et qu?il soit
conduit à renoncer à poursuivre ses efforts sur un produit dans lequel
il a investi des sommes significatives. Aussi, le Groupe ne peut être
certain que des résultats favorables obtenus lors des essais pré
cliniques seront confirmés ultérieurement lors des essais cliniques ou
que les résultats des essais cliniques seront suffisants pour démontrer
le caractère sûr et efficace du produit concerné. Il ne saurait être
garanti qu’un produit recevra les homologations nécessaires ou qu’il
atteindra ses objectifs commerciaux. Les résultats réels pourraient être
sensiblement différents de ceux annoncés dans les déclarations
prévisionnelles si les hypothèses sous-jacentes s’avèrent inexactes ou
si certains risques ou incertitudes se matérialisent. Les autres risques
et incertitudes comprennent, sans toutefois s’y limiter, la situation
générale du secteur et la concurrence ; les facteurs économiques
généraux, y compris les fluctuations du taux d’intérêt et du taux de
change ; l’incidence de la réglementation de l’industrie pharmaceutique
et de la législation en matière de soins de santé ; les tendances
mondiales à l’égard de la maîtrise des coûts en matière de soins de
santé ; les avancées technologiques, les nouveaux produits et les
brevets obtenus par la concurrence ; les problèmes inhérents au
développement de nouveaux produits, notamment l’obtention d’une
homologation ; la capacité du Groupe à prévoir avec précision les
futures conditions du marché ; les difficultés ou délais de production ;
l’instabilité financière de l’économie internationale et le risque
souverain ; la dépendance à l’égard de l’efficacité des brevets du
Groupe et autres protections concernant les produits novateurs ; et le
risque de litiges, notamment des litiges en matière de brevets et/ou des
recours réglementaires. Le Groupe dépend également de tierces parties
pour le développement et la commercialisation de ses produits, qui
pourraient potentiellement générer des redevances substantielles ; ces
partenaires pourraient agir de telle manière que cela pourrait avoir un
impact négatif sur les activités du Groupe ainsi que sur ses résultats
financiers. Le Groupe ne peut être certain que ses partenaires tiendront
leurs engagements. A ce titre, le Groupe pourrait ne pas être en mesure
de bénéficier de ces accords. Une défaillance d?un de ses partenaires
pourrait engendrer une baisse imprévue de revenus. De telles situations
pourraient avoir un impact négatif sur l?activité du Groupe, sa
situation financière ou ses résultats. Sous réserve des dispositions
légales en vigueur, le Groupe ne prend aucun engagement de mettre à jour
ou de réviser les déclarations prospectives ou objectifs visés dans le
présent communiqué afin de refléter les changements qui interviendraient
sur les événements, situations, hypothèses ou circonstances sur lesquels
ces déclarations sont basées. L’activité du Groupe est soumise à des
facteurs de risques qui sont décrits dans ses documents d’information
enregistrés auprès de l’Autorité des Marchés Financiers.

Les risques et incertitudes présentés ne sont pas les seuls auxquels le
Groupe doit faire face et le lecteur est invité à prendre connaissance
du Document de Référence 2014 du Groupe, disponible sur son site web (www.ipsen.com).

Comparaison des ventes consolidées des premiers trimestres de 2015 et
2014

Ventes par domaines thérapeutiques et par produits

Note : Sauf mention contraire, toutes les variations des ventes sont
exprimées hors effets de change.

Le tableau suivant présente le chiffre d?affaires par domaines
thérapeutiques et par produits pour les premiers trimestres 2015 et 2014
:

1er trimestre
(en millions d’euros) 2015 2014 % Variation

% Variation hors effets de change

Urologie-oncologie 87,2 78,2 11,5% 8,5%
dont Hexvix® 4,3 4,4 -2,8% -3,3%
dont Décapeptyl® 82,9 73,8 12,3% 9,2%
Endocrinologie 109,7 86,2 27,2% 22,7%
dont Somatuline® 89,3 68,5 30,4% 25,0%
dont NutropinAq® 15,8 15,8 -0,2% -0,8%
dont Increlex® 4,6 2,0 134,2% 126,8%
Neurologie 68,8 60,8 13,3% 10,9%
dont Dysport® 68,6 60,8 12,9% 10,5%
Médecine de spécialité 265,7 225,3 18,0% 14,6%
Gastro-entérologie 59,2 51,9 14,1% 8,4%
dont Smecta® 35,9 30,2 18,8% 10,8%
dont Forlax® 9,1 8,4 8,4% 7,5%
Troubles cognitifs 10,5 16,3 -35,6% -27,4%
dont Tanakan® 10,5 16,3 -35,6% -27,4%
Cardio-vasculaire 5,1 5,5 -8,3% -8,4%
Autres médicaments 2,9 2,9 0,3% -0,6%
Activités liées aux médicaments 6,7 4,1 64,6% 63,9%
Médecine générale* 84,4 80,7 4,6% 3,3%
Chiffre d’affaires Groupe 350,1 305,9 14,4% 11,7%

* A partir de janvier 2015, les ventes liées aux médicaments (principes
actifs et ingrédients) sont enregistrées dans les ventes de Médecine
Générale.

Au premier trimestre 2015, les ventes en médecine de spécialité
ont atteint 265,7 millions d?euros, en hausse de 14,6% d?une année sur
l?autre. Les ventes en urologie-oncologie, endocrinologie et neurologie
ont respectivement augmenté de 8,5%, 22,7% et 10,9%. Au premier
trimestre 2015, le poids relatif des produits de médecine de spécialité
a continué de progresser pour atteindre 75,9% des ventes totales du
Groupe, contre 73,6% un an plus tôt.

En urologie-oncologie, les ventes de Décapeptyl®
ont atteint 82,9 millions d?euros au premier trimestre 2015, en hausse
de 9,2% d?une année sur l?autre, tirées par une forte performance en
Chine. La performance de Décapeptyl® s?inscrit néanmoins dans
un marché pharmaceutique en contraction en Europe, affectée par un
recours plus fréquent au co-paiement en Europe du Sud et la poursuite
des baisses de prix, avec notamment une réduction de 11,0% au 1er
janvier 2015 en Grèce et de 3,0% au 1er février 2015 en
France. Au premier trimestre 2015, les ventes d?Hexvix®
se sont élevées à 4,3 millions d?euros, en recul de 3,3% par rapport à
l?an passé, principalement affectées par la performance de l?Allemagne
qui a affiché des commandes importantes en mars 2014 en prévision de
l?augmentation de prix en avril. L?Allemagne a représenté près de 70%
des ventes du produit. Sur la période, les ventes en urologie-oncologie
ont représenté 24,9% des ventes totales du Groupe, contre 25,6% un an
plus tôt.

En endocrinologie, les ventes ont atteint 109,7 millions d?euros
au premier trimestre 2015, en hausse de 22,7% d?une année sur l?autre.
Au premier trimestre 2015, les ventes ont représenté 31,3% des ventes
totales du Groupe, contre 28,2% un an plus tôt.

Somatuline® ? Au premier trimestre 2015,
le chiffre d?affaires a atteint 89,3 millions d?euros, en hausse de
25,0% d?une année sur l?autre. Somatuline® a enregistré une
forte croissance en Amérique du Nord de 39,9% en volume et de 56,9% en
valeur, portée par le lancement dans la nouvelle indication des tumeurs
neuroendocrines. Le produit a également enregistré une bonne performance
dans l?ensemble des pays européens, notamment en Allemagne, au
Royaume-Uni, en Espagne et en France.

NutropinAq® ? Au premier trimestre 2015,
les ventes ont atteint 15,8 millions d?euros, en baisse de 0,8% par
rapport à l?an passé.

Increlex® ? Au premier trimestre
2015, les ventes ont atteint 4,6 millions d?euros, en très forte
croissance par rapport à la même période en 2014, tirée par un effet de
base favorable lié à la rupture de stock intervenue mi-juin 2013 aux
Etats-Unis et en août 2013 en Europe. L?approvisionnement a repris
progressivement en Europe au début de l?année 2014 et aux Etats-Unis en
juin 2014.

En neurologie, les ventes de Dysport®
ont atteint 68,6 millions d?euros au premier trimestre 2015, en hausse
de 10,5% d?une année sur l?autre, portées par la hausse des ventes à
Galderma dans l?indication esthétique avec notamment un effet de base
favorable aux Etats-Unis par rapport au premier trimestre 2014. La
croissance du produit a été affectée par le renforcement de l?intensité
concurrentielle en Europe, notamment en Allemagne. Les ventes en
neurologie ont représenté 19,6% des ventes totales du Groupe au premier
trimestre 2015, contre 19,9% un an plus tôt.

Au premier trimestre 2015, le chiffre d?affaires des produits de médecine
générale
a atteint 84,4 millions d?euros, en hausse de 3,3% d?une
année sur l?autre. En France, les ventes de produits de médecine
générale ont décliné de 5,6%, pénalisées par les baisses de prix sur
Smecta® en 2014 et par la poursuite de l?érosion des ventes
de Tanakan®. A l?international, les ventes ont progressé de
7,1%, tirées par de solides performances au Vietnam et en Chine,
compensant le déclin en France. Les ventes de médecine générale en
France ont représenté 26,7% des ventes totales de médecine générale du
Groupe, contre 29,6% un an plus tôt.

En gastroentérologie, les ventes ont atteint 59,2 millions
d?euros au premier trimestre 2015, en hausse de 8,4% d?une année sur
l?autre.

Smecta® ? Au premier trimestre 2015, les ventes
ont atteint 35,9 millions d?euros, en hausse de 10,8% d?une année sur
l?autre. La croissance des ventes a bénéficié d?un effet de stock
exceptionnel au Vietnam. Retraité de cet effet au Vietnam, les ventes de
Smecta® sont en recul de 3,2%. La croissance soutenue en
Chine n?a que partiellement compensé l?arrêt des ventes directes en
Algérie remplacées dorénavant par la vente du principe actif à un
producteur local, enregistrées dans les Activités liées aux médicaments.
Les ventes ont également été pénalisées en France par la baisse de prix
de 7,5% intervenue en juillet 2014. Les ventes de Smecta® ont
représenté 10,3% des ventes totales du Groupe au cours de la période,
contre 9,9% un an plus tôt.

Forlax® ? Au premier trimestre 2015, les ventes
ont atteint 9,1 millions d?euros, en hausse de 7,5% d?une année sur
l?autre. Les ventes ont continué à être affectées par la règle du
« Tiers-Payant1 » en France, mais ont bénéficié de la
hausse des ventes à nos partenaires assurant la commercialisation de
versions génériques du produit, ainsi que de la bonne performance en
Belgique. Au premier trimestre 2015, la France a représenté 48,0% des
ventes totales du produit, contre 46,7% un an plus tôt.

Dans le domaine du traitement des troubles cognitifs, les ventes
de Tanakan® ont atteint 10,5 millions d?euros
au premier trimestre 2015, en baisse de 27,4% d?une année sur l?autre.
La croissance du produit a été notamment pénalisée par la performance en
Russie et par la pression concurrentielle en France.

1 Avec la règle du « Tiers-Payant », le patient avance le
paiement pour un médicament princeps et n?est remboursé que plus tard

Dans le domaine cardio-vasculaire, le chiffre d?affaires a
atteint 5,1 millions d?euros au premier trimestre 2015, en baisse de
8,4% d?une année sur l?autre. Le chiffre d?affaires a été principalement
affecté par un recul des ventes de Nisis®/Nisisco®
qui a subi une nouvelle baisse de prix en France de 40,0% en février
2015.

Les ventes des autres médicaments de médecine générale ont
atteint 2,9 millions d?euros au premier trimestre 2015, stables d?une
année sur l?autre, malgré la baisse de 10,6% des ventes d?Adrovance®.

Au premier trimestre 2015, le chiffre d?affaires des Activités liées
aux médicaments (principes actifs et matières premières)
2
a atteint 6,7 millions d?euros, en hausse de 63,9% d?une année sur
l?autre. Cette performance s?explique principalement par un changement
de modèle en Algérie, où Ipsen fournit dorénavant le principe actif de
Smecta® à un producteur local et les ventes sont enregistrées
dans les Activités liées aux médicaments.

1 A partir de janvier 2015, les ventes liées aux médicaments
(principes actifs et ingrédients) sont enregistrées dans les ventes de
Médecine Générale

Répartition géographique du chiffre d?affaires

Pour les premiers trimestres 2015 et 2014, la répartition géographique
du chiffre d?affaires du Groupe se présente comme suit :

1er trimestre
(en millions d’euros) 2015 2014 % Variation

% Variation hors effets de change

France 54,1 54,3 -0,4% -0,4%
Allemagne 26,5 24,3 9,3% 9,3%
Italie 21,1 22,2 -4,8% -4,8%
Royaume-Uni 18,4 13,8 33,4% 20,0%
Espagne 16,8 14,6 15,2% 15,2%
Principaux pays d’Europe de l’Ouest 137,0 129,3 6,0% 4,8%
Europe de l’Est 39,4 44,2 -10,9% 2,9%
Autres Europe 37,4 37,4 0,1% 0,4%
Autres pays d?Europe 76,8 81,6 -5,9% 1,7%
Amérique du Nord 29,8 14,3 108,1% 72,5%
Asie 59,7 40,3 48,1% 25,4%
Autres reste du monde 46,8 40,5 15,5% 10,8%
Reste du Monde 106,5 80,8 31,8% 18,5%
Chiffre d’affaires Groupe 350,1 305,9 14,4% 11,7%

Au premier trimestre 2015, les ventes dans les Principaux pays
d?Europe de l?Ouest
ont atteint 137,0 millions d?euros, en hausse de
4,8% d?une année sur l?autre. Les ventes dans les principaux pays
d?Europe de l?Ouest ont représenté 39,1% des ventes totales du Groupe au
premier trimestre 2015, contre 42,2% un an plus tôt.

France ? Au premier trimestre 2015, le chiffre d?affaires a
atteint 54,1 millions d?euros, en baisse de 0,4% d?une année sur
l?autre. Les ventes de Smecta® ont reculé sur la période,
affectées par la baisse de prix de 7,5% en juillet 2014. Par ailleurs,
les ventes de Tanakan® ont continué à s?éroder. Les ventes
des produits de médecine de spécialité, en hausse de 3,7% sur la
période, ont été portées par la croissance soutenue des ventes de
Somatuline®, mais pénalisées par le recul des ventes de
Décapeptyl®, à la fois en volume et en valeur, suite à la
baisse de prix de 3,0% mise en ?uvre au 1er
février 2015. En conséquence, le poids relatif de la France dans les
ventes consolidées du Groupe a continué à décroître et représente
désormais 15,5% des ventes totales du Groupe contre 17,8% un an plus tôt.

Allemagne ? Au premier trimestre 2015, les ventes ont atteint
26,5 millions d?euros, en hausse de 9,3% d?une année sur l?autre. La
forte croissance de Somatuline® et de NutropinAq® permet
de compenser le recul des ventes de Dysport®. Sur la période,
les ventes en Allemagne ont représenté 7,6% des ventes totales du
Groupe, contre 7,9% un an plus tôt.

Italie ? Au premier trimestre 2015, les ventes ont atteint 21,1
millions d?euros, en baisse de 4,8% d?une année sur l?autre. La mise en
place de politiques d?austérité visant les produits hospitaliers affecte
la performance de l?ensemble des produits de médecine de spécialité. Au
premier trimestre 2015, les ventes en Italie ont représenté 6,0% des
ventes consolidées du Groupe, contre 7,3% l?année passée.

Royaume-Uni ? Au premier trimestre 2015, les ventes ont atteint
18,4 millions d?euros, en hausse de 20,0% d?une année sur l?autre. La
perf

Print Friendly, PDF & Email

Ipsen affiche une forte croissance des ventes au premier trimestre 2015 et relève ses objectifs annuels

ACTUALITÉS ÉCONOMIQUES ET FINANCIÈRES |